Des statues sous-marines pour faire fuir les chalutiers

Publié le par Jean-Louis Schmitt

En Italie, un marin pêcheur mobilise des artistes pour l’aider à protéger les fonds marins des ravages de la surpêche…

La forteresse du village de Talamone où les fonds marins sont protégés par des statues immergées. Photo : A. Amantini/Getty

Paolo Fanciulli regorge de créativité pour faire fuir les chalutiers qui pêchent illégalement près des côtes toscanes. Il s’est déjà notamment déguisé en policier, il a bloqué un port industriel et il a même essayé de trouer des filets géants avec des barbelés... Sa dernière idée en date : déposer au fond de l’eau des sculptures massives de 12 tonnes pour entraver le passage des filets ! 

Petit bateau contre chalutiers industriels

Cela fait 47 ans que Paolo pêche avec son petit bateau, La Sirena, au large du village toscan de Talamone. À partir des années 1980, il a commencé à constater que ses prises étaient de moins en moins abondantes, notamment à cause de la concurrence des chalutiers industriels. Ceux-ci pratiquent ce que l’on appelle le chalut de fond qui dévaste les fonds marins…

Pêche illégale

Bien que cette technique soit officiellement interdite à moins de trois milles nautiques des côtes italiennes, de nombreux bateaux de pêche continuent à la pratiquer sur les zones protégées, en particulier la nuit, lorsqu’il est plus facile de déjouer la surveillance des garde-côtes.

Sculptures sous-marine

En 2006, les autorités toscanes ont commencé à installer des blocs de béton pour bloquer le passage de ces chaluts géants. Il y en a aujourd’hui près de 800 dans cette zone de la Méditerranée. Mais Paolo a voulu aller plus loin pour ’attirer l’attention sur le problème de la surpêche. C’est ainsi qu’est née l’idée de solliciter des artistes pour sculpter les blocs dissuasifs et créer un véritable musée sous-marin ! 

Financement participatif

Dès 2007, il en parle autour de lui et lance, via son association “La Casa dei Pesci”, qui signifie La Maison du Poisson en italien, une campagne de financement participatif. Le bouche à oreille fonctionne à merveille : des sculpteurs du monde entier viennent mettre la main à la pâte. Il obtient ensuite l’autorisation de l’ARPA, l’association régionale de protection environnementale, pour installer ces grandes sculptures dans la mer.

Homards et algues 

Depuis, grâce au soutien de Greenpeace Italie et de nombreux touristes, 39 sculptures ont été déposées à 50 mètres de profondeur. Celles-ci attirent les amateurs de plongée, tout en pointant la question de la surpêche. La vie marine semble également apprécier ces statues : homards et algues y ont pris leurs quartiers, tandis que les tortues et les dauphins reviennent nager près de la côte.

L'art pour protéger la nature 

Paolo Fanciulli aimerait maintenant immerger 60 sculptures supplémentaires. Ce David a encore de longs combats à mener contre les Goliath de la pêche industrielle, mais il est persuadé que l’art représente un allié puissant dans la lutte pour la protection de la nature !

Emmanuel Moreau*

 

Pour en savoir plus retrouvez Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

 

*Emmanuel Moreau présente ‘’Esprit d’Initiative’’, du lundi au vendredi à 6h18 sur France Inter

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 19/12/2020 18:52

Excellente idée! Et il faudrait envisager cela aussi pour éloigner les chasseurs, genre des statues qui s'ouvrent pour accueillir les animaux poursuivis et qui tirent sur leurs poursuivants s'ils s'approchent ! Na!

Domi 19/12/2020 18:18

Une bonne idee à plusieurs titres

Cléo 19/12/2020 17:55

J'adore! L'art pour protéger la faune marine! Superbe idée! :)

Béa kimcat 19/12/2020 16:25

Excellente idée ! Si ça pouvait les empêcher les ravages de la surpêche !

Mario 19/12/2020 15:36

Bonne idée souhaitons qu'elle fasse beaucoup d'imitateurs un peu partout.

Françoise 19/12/2020 14:39

Voilà une porte de sortie qu'on n'attendait pas ! Mais il va falloir faire preuve de beaucoup d'imagination pour perturber les actions des destructeurs de la biodiversité. Alors au travail !

osswald pierre 19/12/2020 13:16

Génial, il faudra rapidement étendre cette idée à la terre ferme. Des vénus de Milo géantes tout les 200/300 mètres dans les monocultures, les parkings, les autoroutes, sur les pistes d'aéroport, les lignes TGV, les pistes de ski, etc. Des ilots de tranquilité et de verdure se formeraient rapidement pour le bonheur de tous. Le problème c'est le sable et le ciment qu'il faudra faire venir de Mars.

Jpl 19/12/2020 11:01

Il me semble que c’est au Japon, où ils ont immergé des centaines de carcasses de voitures, dépolluées, mais c’est tout de même moins écolo que des statues, pour lutter contre les chaluts. Résultats garantis avec accrochage des filets dans les carcasses métalliques et au final plus de surpêche, multiplication de la faune et flore locale, nurserie pour poissons etc …

Jacky 19/12/2020 08:38

Belle idée. J'aimerais bien voir une photo d'une de ces statues.

Claire 19/12/2020 07:08

Voilà effectivement une "riche" idée : espérons que cela fonctionnera...
Ces chalutages sont une horreur pour la faune et la flore aquatique !
Si la mer meurt, nous mourons aussi ! Voilà une certitude que ne remet nullement en doute...

danièle 19/12/2020 05:31

Voilà de quoi se réjouir ! Utiliser des sculptures pour lutter contre la pêche industrielle envahissante, quelle bonne idée. Bravo Paolo et Greenpeace ! Ouvrons nos méninges, car David terrassera Goliath ! Youpi !!!