Ces pandas ont trouvé un moyen insolite de se réchauffer !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le panda géant, c'est un peu le symbole des espèces menacées. Peu à peu, presque l'air de rien, nous avons grignoté sur son territoire. Morcelé son habitat. Et mis en péril l'équilibre fragile qu'il avait su négocier avec la nature…

À ce jour, la population de Pandas de Qinling (Ailuropoda melanoleuca qinlingensis), une sous-espèce du Panda Géant vivant à l'état sauvage, varie entre 200 et 300 individus… Photo : Yau Hawk Sau (Cliquez pour agrandir)

À ce jour, la population de Pandas de Qinling (Ailuropoda melanoleuca qinlingensis), une sous-espèce du Panda Géant vivant à l'état sauvage, varie entre 200 et 300 individus… Photo : Yau Hawk Sau (Cliquez pour agrandir)

Nous avons manqué de douceur pour celui que les légendes présentent pourtant comme un animal au grand cœur. Elles racontent même que c'est ainsi que des taches noires sont apparues sur la fourrure initialement d'un blanc immaculé du panda géant. Comme autant de traces de cendres laissées par leurs pattes essuyant leurs larmes à la mort d'un humain. Se bouchant les oreilles pour ne pas entendre les pleurs. Et se serrant dans les bras pour trouver du réconfort.

Le panda géant : à le voir, avec son air débonnaire et ses yeux cerclés de noir, assis là à mastiquer sans fin un bambou pourtant indigeste, une seule envie nous vient : lui faire un énorme câlin. Mais ne vous y trompez pas. L'animal a aussi ses petits défauts. Tiens, par exemple, il est un poil fainéant. Y compris lorsqu'il s'agit de séduire sa belle.

Une vertu inattendue du crottin de cheval

Pire encore -ou peut-être pas, selon les valeurs de chacun-, le panda géant semble avoir développé une étrange attirance pour, n'ayons pas peur des mots... le caca des autres. Et cette attitude est tellement rare chez les mammifères sauvages -qui préfèrent s'en éloigner pour éviter des contaminations par des parasites- que des chercheurs ont voulu en savoir plus. Ils ont voulu comprendre pourquoi diable les pandas géants aiment tant se rouler dans le crottin de cheval. En frotter et en étaler partout sur leur fourrure. Avec une préférence marquée pour le crottin frais!

Ce qui leur a mis la puce à l'oreille, c'est que ce comportement s'observait chez les pandas de Qinling –une sous-espèce dont la fourrure peut apparaître tachée de brun clair plutôt que de noir et dont il n'en reste pas plus de 300 individus à l'état sauvage- surtout lorsque les températures, dans les montagnes où ils vivent, passent en dessous des 15  C.

En s'intéressant eux aussi de plus près au crottin de cheval, les chercheurs y ont trouvé des substances -du bêta-caryophyllène (BCP) et de l'oxyde de caryophyllène (BCPO)- capables de faire basculer, temporairement au moins, l'interrupteur de la sensation de froid sur «off». Les pandas géants, eux, l'avaient appris par l'expérience, en vivant aux côtés de chevaux parcourant depuis 1.000 ans les routes commerciales des monts Qinling. Eux qui, contrairement à leurs cousins les ours, n'hivernent pas, ont trouvé une solution tout aussi efficace pour lutter contre le froid... Pas si bête, le panda de Qinling!

Nathalie Mayer/Futura Sciences (16.12.2020)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Biodiversité, Insolite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Encore un animal bien menacé...
J'ai appris des choses sur la panda géeant !
Répondre
Z
Les pandas ont du lire l'appel de Fred Vargas dans sa célèbre lettre de 2008 " Voilà nous y sommes " "Colossal programme que celui de la Troisième
Révolution. y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut
jamais. Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser
la terre, abandonner sa voiture, figer le
nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre
en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité,
trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas
sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser
au voisin, relancer la marine à voile, laisser le
charbon là où il est – attention, ne nous
laissons pas tenter, laissons ce charbon
tranquille- récupérer le crottin, pisser dans les
champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on
a tout pris dans les mines, on s’est quand
même bien marrés)...
Pas d’échappatoire, allons-y. Encore qu’il faut
noter que récupérer du crottin, et tous ceux
qui l’ont fait le savent, est une activité
foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en
rien de danser le soir venu, ce n’est pas
incompatible!!!... Après avoir fichu la m.... on se roulera dedans!!!
Répondre
J
Beaucoup de belles histoires mais souvent un peu tristes. Espérons qu’il y aura bientôt une inflexion favorable à cette évolution infernale. Pourquoi pas en 2021 ?
Répondre
C
Encore une espèce décimée par la faute des humains...Je ne connaissais même pas ce Panda de Qinling -on voit presque toujours le Panda, symbole du WWF- et voilà qu'il n'y en a pratiquement plus... Leur comportement pour tirer profit du crottin de cheval est insolite en effet, est-il unique pour autant ?
Répondre
J
Quand on est dans la m..., autant en profiter pour en tirer le meilleur !
Répondre