Monsieur le président de la République, laissez-nous retrouver la nature ! La lutte des Français contre la Covid-19 n’en sera que plus performante…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Alors que nous nous apprêtons à vivre avec ce virus pour une période indéterminée, nous considérons que cette mesure (le confinement) met en danger la santé des Français, qu’elle est disproportionnée face aux objectifs qu’elle poursuit et qu’elle crée des inégalités au sein de la population…

‘’Le confinement ne sera pas le même si on habite sur le littoral breton, dans les forêts du Morvan, sur le plateau du Vercors ou… à proximité du périphérique parisien.’’ Photo d’illustration : JLS (Cliquez pour agrandir)

‘’Le confinement ne sera pas le même si on habite sur le littoral breton, dans les forêts du Morvan, sur le plateau du Vercors ou… à proximité du périphérique parisien.’’ Photo d’illustration : JLS (Cliquez pour agrandir)

Monsieur le Président de la République,

Vous l’avez dit dans votre discours du 28 octobre dernier annonçant ce nouveau confinement, dans la lutte contre la Covid-19 “rien n’est plus important que la vie humaine”. L’immense majorité des 67 millions de Français vous approuve et accepte de mettre provisoirement de côté ses libertés individuelles, au nom de la solidarité et de la fraternité qui unissent notre peuple.

C’est bien entendu notre cas; tous ensembles, nous nous engageons au quotidien pour la protection des personnes les plus vulnérables face au virus. Depuis le 30 octobre, nous sommes donc confinés chez nous et ne sortons que munis d’une attestation: l’immobilité est devenue la règle, le déplacement l’exception.

Nous ne saurions remettre en cause la plupart de nos nouveaux devoirs, car nous comprenons leur utilité dans le cadre de cet engagement collectif: les gestes barrières font à présent partie de notre quotidien et cela fait 8 mois que nous n’avons pas pris nos proches dans nos bras. Pour autant, l’une des mesures du reconfinement suscite notre indignation et nous oblige à vous écrire: il s’agit de l’interdiction des déplacements liés à l’activité physique au-delà d’une heure quotidienne et d’un rayon d’un kilomètre autour de notre domicile.

Alors que nous nous apprêtons à vivre avec ce virus pour une période indéterminée, nous considérons que cette mesure met en danger la santé des Français, qu’elle est disproportionnée face aux objectifs qu’elle poursuit et qu’elle crée des inégalités au sein de la population. Nous vous proposons donc un encadrement plus souple et plus responsable des activités de plein air, que nous détaillons en conclusion de cette tribune.

Une menace pour la santé des Français

Cette pandémie a déjà tué 41.000 de nos concitoyens et le deuil touche chaque jour de nouvelles familles. Nous vous appelons pourtant à considérer dans le même temps les impacts que le confinement va générer sur la santé de l’ensemble de notre population à court, moyen et long terme.

Denis Masseglia, président du Comité national olympique et Sportif français a déclaré le 4 novembre devant le Sénat : “dans 20, 30 ou 40 ans, on se prépare à une crise sanitaire qui ne sera rien à côté de celle que l’on vit actuellement. L’inactivité physique va inévitablement se traduire par une augmentation des maladies cardio-vasculaires”.

Au niveau psychologique, l’Académie de médecine mettait dès le mois de mars en garde contre les effets de la perte brutale de la liberté de mouvement et la limitation des relations sociales, avec notamment l’augmentation des symptômes anxieux ou dépressifs et une peur de mourir pouvant aboutir à un véritable état de stress post-traumatique. Bientôt, ce ne sont plus nos hôpitaux qui manqueront de lits, mais nos psychologues qui manqueront de divans!

Alors que la crise sanitaire s’annonce très longue, il est urgent de faire évoluer les règles du confinement en prenant en compte les bénéfices du sport et du temps passé dans la nature sur notre santé physique et psychologique. Les limitations spatiales et temporelles dont fait l’objet l’activité physique en plein air aujourd’hui nous paraissent en effet largement disproportionnées.

Des mesures disproportionnées

Les décisions que vous prenez dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 vont dessiner le visage de notre société pour de longs mois. Vous avez ainsi décidé de laisser les écoles ouvertes et d’autoriser les visites en EHPAD, ce que nous applaudissons. En revanche, nous ne comprenons pas pourquoi on ne peut pas aujourd’hui en France se promener librement dans les forêts, les plaines et les montagnes, pédaler sur les routes et les sentiers, pagayer sur les lacs et les rivières, nager dans la mer, naviguer ou glisser sur l’océan. L’ordre public sanitaire nous permet de nous entasser dans le métro, mais sanctionne le promeneur solitaire parti cueillir des champignons en forêt…

Alors que les activités de plein air favorisent évidemment la distance entre les personnes, l’exercice physique et le lien indispensable avec la nature, le régime qui leur est imposé nous paraît d’autant plus disproportionné qu’il constitue une véritable exception française! La Belgique autorise en effet 3 personnes à pratiquer ces activités ensemble en respectant les mesures de distanciation sociale, l’Allemagne encourage et responsabilise ses citoyens en leur demandant de ne pas pratiquer d’activités dangereuses afin de ne pas saturer les hôpitaux, les Pays-Bas incitent à ne pas trop s’éloigner de chez soi, le Canada et la Suisse ne prévoient aucune restriction.

Quand cette crise sera derrière nous, voulons-nous vraiment que notre pays se soit distingué comme celui qui a pris les mesures les plus restrictives sur le sujet, tentant de mettre fin à l’épidémie en empêchant ses habitants d’accéder librement au plein air et à la nature?

Des mesures vectrices d’inégalités

Les règles d’accès aux espaces naturels ont été assouplies par rapport au premier confinement, néanmoins votre choix de limiter les déplacements à un kilomètre du domicile vient créer une véritable injustice. À quoi bon ouvrir les forêts, les montagnes et les plages si c’est pour en limiter l’accès aux seuls riverains? Malheureusement, cette règle vient renforcer l’inégalité de nos concitoyens dans l’accès aux espaces naturels.

Le confinement ne sera donc pas le même si on habite sur le littoral breton, dans les forêts du Morvan, sur le plateau du Vercors ou… à proximité du périphérique parisien. Ce dernier n’est pourtant qu’à une trentaine de kilomètres des Parcs Naturels Régionaux du Vexin, du Gâtinais ou de la Vallée de Chevreuse - tous en Île-de-France! Nous voyons dans cet exemple le principal assouplissement à apporter aux règles applicables à la pratique des activités de plein air.

Notre proposition d’assouplissement des règles concernées

Pour toutes les raisons exposées ci-dessus, nous vous proposons donc d’adapter les règles liées à l’activité physique en période de confinement de la manière suivante:

  • Autorisation de principe des activités de plein air, limitées à 3 adultes avec respect des mesures de distanciation sociale;
  • Limitation des déplacements concernés à la région de résidence, sans limite dans le temps.

Aucun peuple ne peut se passer durablement d’avoir accès à la nature, Monsieur le Président. Croyez-nous, la lutte des Français contre la Covid-19 n’en sera que plus performante si nous pouvons crapahuter librement et responsablement!

Ferdinand Martinet et Thibaut Labey* (16.11.2020)

*Respectivement Co-fondateur et PDG du site Chilowé et Co-fondateur et Rédacteur en chef du site Chilowé

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Il y a des incohérences c'est sûr et j'aimerais en voir certaines disparaître et par dessus tout, j'enrage contre les dérogations pour les chasseurs.. Mais il y a tellement de gens irresponsables aussi que je cra qu'un déconfinement pour le Black friday et Noël va être une cata intégrale!
Répondre
Z
Commentaire parti à l'insu de mon plein gré! Alors je corrige! 1) pas cra mais crains . et 2) soit et non va être !!!
B
Eh bien je suis d'accord avec le contenu de cette lettre adressée au Président de la République...
Répondre
O
Ce n'est pas bien de s'en prendre au Président qui a déjà bien assez de soucis comme ça. Je sens là surgir des velléités pour contourner des règles pourtant justes et équilibrées. Personnellement bien que vivant seul je remplis une attestation plusieurs fois par jour même lorsque je sors faire un petit tour dans mon jardin, attention jamais plus d'un quart d'heure. C'est fastidieux mais nécessaire, on ne sait jamais. Alors ces demandes d'assouplissements me semblent bien suspectes et prématurées surtout sous le fallacieux prétexte d'activités physiques indispensables.
Répondre
M
Dans tous les autres pays les sorties dans la nature et le sport sont recommandés dans la lutte contre le covid renforcement des défenses immunitaires. Il ni a qu'en France que quelques fonctionnaires coupés de la réalité ont imposés ces mesures stupides sans la moindre justification scientifique. avec des résultats sur le front du virus bien moins bon qu'ailleurs. ...<br /> Nos dirigeants mêlent incompétence et arrogance et le résultat est catastrophique !
Répondre
J
Une décision de confinement a été prise pour un petit mois. Nous devons le respecter tel qu'il est, malgré des incohérences. Augmentez le rayon d'un kilomètre et l'heure d'activité physique et vous verrez les véhicules à moteur circuler, sans la finalité de marcher . Passer par une phase de restriction permet de ralentir, savourer l'instant, se libérer des habitudes. La nature a besoin de calme, de repos. Trop de choses sont déjà permises, comme la chasse. Ensuite, évoquer l'inégalité de nos citoyens dans l'accès aux espaces naturels me paraît exagéré. La vie urbaine a des avantages comme le fait d'habiter en campagne. Le sujet de l'article est trop vaste pour quelques lignes.
Répondre
J
Il est bien évident que se promener dans la nature, que se soit à 1, 2, ou 5 km de chez soi, n’est pas dangereux en terme de contagiosité par rapport à la stagnation dans une grande surface, un bus, tram ou métro… mais c’est absolument l’inverse qui est prescrit et avec pénalités à l’appui! De même que les petits commerces dans lesquels il va y avoir que quelques personnes et de ce fait un risque très faible, mais c’est là aussi exactement l’inverse qui est fait! <br /> Pareil pour les écoles pour lesquelles un rapport de l’inserm déclare une situation à risque car les enfants peuvent être au moins aussi contagieux que les adultes … et ici encore on les laisse ouvertes avec un ministre qui déclare les enfants non ou très peu contaminants! <br /> Ces gens sont des coupables alors que d’autres font beaucoup mieux à l’image de la Corée du Sud entre autres qui avec ses 50 millions d’habitants n’a eu que 4 à 5000 décès et cela sans confinement. Il faut signaler que dans ce pays et en cas d’épidémie, la cellule décisionnaire repose sur des spécialistes médecins et épidémiologistes dont les décisions priment sur celles des politiques ! <br /> Chez nous, ces mêmes politiciens de bas niveau donnent des dérogations aux chasseurs… petites têtes, petits cerveaux étriqués et confinés dans des mensonges permanents avec plus de morts à la clef.
Répondre
C
Moi aussi je serai plutôt pour un assouplissement de la réglementation pour les personnes -sportifs ou simples marcheurs- qui souhaiteraient profiter davantage de la nature !<br /> Se pose bien entendu le problème (et les difficultés inhérentes) des contrôles mais, il est vrai que, moi aussi, il me semble que le risque est beaucoup plus grand pour ceux qui fréquentent les grandes surfaces où se réunissent en famille ou entre amis malgré les interdictions...<br /> Merci pour le partage de ce post que j'ai découvert avec plaisir.
Répondre
C
Bonjour , merci pour ce partage, je suis chaque jour dans la nature aussi ! ou est l'erreur plutôt que 2h dans un magasin a raconter sa vie lol , bisous bisous amitiés annick 62.
Répondre
J
Bonjour et merci Croliquette,<br /> Je souhaite qu'un assouplissement soit instauré pour les personnes qui souhaitent davantage profiter de l'espace naturel !<br /> Les chasseurs ont bien leurs dérogations, eux...
J
Je partage totalement cet avis : je ne prends aucun risque en me baladant, seul, autour du village où je sais que je ne rencontrerai personne surtout aux heures où je sort... Mais, il est interdit de le faire plus d'une heure ! Paradoxalement, il est autorisé de passer une, deux, trois... heures dans un super ou hypermarché et donc de côtoyer quantité d'autres badauds ! Où est la logique ?
Répondre
D
Tu sais bien que le déconfinement provoque des concentrations humaines, tu as vu le résultat...Bien sûr dans ton cas...
C
Bonjour , Jean-Louis , tout a fait d'accord avec vous , amitiés annick 62.