Futurs retraités de La Poste et soigneurs à la LPO

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Après avoir passé une grande partie de leur carrière à La Poste, ils consacrent les derniers mois avant leur retraite à s’occuper... d’oiseaux ! Rencontre avec deux anciens salariés de la Poste, ravis du dispositif ‘’Temps Partiel Aménagé Senior’’ (TPAS)…

Jean-Michel Chenal et Maurice Peter, futurs retraités de La Poste, au centre de soins de la LPO à Rosenwiller... Photo : Rund'Um (Cliquez pour agrandir)

Jean-Michel Chenal et Maurice Peter, futurs retraités de La Poste, au centre de soins de la LPO à Rosenwiller... Photo : Rund'Um (Cliquez pour agrandir)

« A mon arrivée ici, je ne savais pas faire grand-chose, à part nourrir les oiseaux et nettoyer les cages. » Aujourd’hui, pourtant, Maurice Peter attrape avec doigté une buse blessée, muni d’un épais gant de cuir, pour lui administrer un traitement contre une infection oculaire. Un changement de taille pour celui qui a passé 35 années au service de La Poste, les neuf dernières à la tête du centre de distribution de Molsheim (Bas-Rhin).

Maurice Peter vient de travailler durant 15 mois au centre de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, à Rosenwiller (Bas-Rhin). Aujourd’hui, à 58 ans, il est en pré-retraite, mais continue d’être bénévole à la LPO. Un engagement pour la nature et les animaux, nécessaire pour lui. En mémoire aussi de l’un de ses amis, décédé trop tôt, passionné par la protection des oiseaux, et qui lui a fait découvrir l’association.

Un dispositif avantageux

Ce qui a permis la mise à disposition d’un salarié de La Poste à la LPO, c’est le dispositif «Temps Partiel Aménagé Senior» (TPAS). Le principe : l’employé peut demander à passer quinze mois avant sa retraite ou sa pré-retraite dans une association, La Poste bénéficiant ainsi d’avantages fiscaux, le TPAS étant considéré comme du mécénat. Le salarié, lui, travaille à mi-temps, mais perçoit 70% de son salaire.

Un deuxième salarié de la Poste, Jean-Michel Chenal, a pris la relève de Maurice Peter, dans les mêmes conditions. Arrivé en mai dernier, il nous confie : « C’est une nouvelle vie, la vraie vie, sans charge mentale, à l’air libre... » Un rythme bien différent de son poste au centre de courrier de Schirmeck, où il a géré une équipe de quarante personnes durant quelques années.

La LPO, ravie

Du côté de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, ces futurs retraités sont une aubaine. Motivés, « ils ne comptent pas leurs heures, et peuvent rester au-delà de celles imparties dans leur contrat, parce qu’ils sont passionnés », nous dit Cathy Zell, chargée de communication. C’est pourquoi une troisième personne bénéficie du TPAS avec la LPO dans le Haut-Rhin, et une quatrième candidature a été déposée…

Judith Jung (10/11/2020)

Vidéo : Des salariés de la Poste, soigneurs à la LPO de Rosenwiller (6 :20)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michelle Petit 17/12/2020 10:34

Belle initiative à saluer. Après une bifurcation de 35 ans "pour assurer le quotidien", se retrouver sur son chemin de vie, en cohérence avec soi, pourquoi ne pas le penser comme ça?
Bravo!

Béa kimcat 13/12/2020 16:00

Bravo à ces 2 messieurs !!

Françoise 13/12/2020 15:58

Bravo aux initiateurs de ce dispositif ! Une chance formidable pour les bénéficiaires qui font le bon choix. Pour nous le bénévolat est une seconde nature depuis fort longtemps, ce qui fait que notre départ à la retraite n'a eu que des avantages : plus de disponibilité pour le monde associatif, pour la nature, etc. Et cette seconde nature est devenue notre vraie nature. Mais que faire pour les personnes qui, à l'heure de la retraite, sont désespérées et ne savent plus quoi faire de leur vie alors qu'il y a tant à faire sur cette planète ? Cette détresse prouve une fois de plus que bien des choses ne tournent pas rond dans notre société : l'éducation qui oublie l'essentiel, la méconnaissance de la nature et de tous les êtres vivants qui nous entourent, l'absence d'empathie, l'incapacité à contempler, l'obsession de l'argent, l'invention de faux besoins...

Zoé 13/12/2020 12:53

Initiative absolument formidable! J'ai sû attendre l

Zoé 13/12/2020 12:55

Commentaire parti à l'insu de mon plein gré !!! Je disais donc , j'ai dû attendre la retraite pour pour m'engager comme bénévole dans une association de protection animale .
Bon dimanche !

osswald pierre 13/12/2020 11:15

Excellente initiative. J'espère que les futurs postiers en TPAS s'occuperons également des pigeons voyageurs bien utiles pour remplacer les facteurs manquants. Pour la la continuité du service essentiellement le samedi. Pour la banque postale au niveau du personnel ça à l'air d'aller.

Jacky 13/12/2020 08:48

Postier, J'ai pris le TPAS en 2017. Le dispositif avec une association ne m'a pas été proposé. Je l'aurais pris tout de suite. Je me retrouve totalement dans les propos des deux volontaires sur leur nouvelle vie. D'ailleurs, je suis pleinement engagé dans le monde associatif.

Michel 13/12/2020 08:06

Eh oui, Jean Louis, on a loupé ça !
On y pensera dans une deuxième vie...!!!

Jean-Louis 13/12/2020 05:56

Voilà une fin de carrière qui ne m'aurait vraiment pas déplu !