L'Egypte va interdire les promenades à dos d'animaux sur plusieurs sites touristiques

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le ministère égyptien du Tourisme a annoncé son intention d’interdire les promenades à dos de chevaux, de dromadaires et d'ânes autour des pyramides de Gizeh et dans les zones archéologiques, selon l'organisation PETA à l'origine d'une enquête accablante…

Image extraite de la vidéo de PETA Asia « Egypte : des animaux maltraités pour le tourisme » (voir ci-dessous)

Les animaux n'auront plus à trimballer les touristes autour des pyramides de Gizeh. C'est la décision récemment annoncée par le ministère égyptien du Tourisme et relayée par l'organisation PETA pour qui cette initiative fait figure de victoire. Depuis plus d'un an, les militants dénonçaient en effet la maltraitance dont les animaux sont victimes.

Dans une enquête publiée en avril 2019, PETA Asie a dévoilé des images montrant des chevaux utilisés pour transporter les touristes sur les sites de Gizeh, de Saqqarah ou de Louxor. Plusieurs y apparaissant amaigris, épuisés, présentant des blessures graves ou s'effondrant en plein chemin.

La vidéo montre également des animaux battus ou fouettés par leur propriétaire et contraints d'avancer "dans la chaleur accablante, sans accès à la nourriture, à l’eau ni à l’ombre", affirme l'ONG à travers son enquête. Celle-ci met également en lumière le sort tout aussi peu enviable des dromadaires utilisés pour le tourisme.

Provenant pour la plupart du marché aux dromadaires de Birqash, les animaux "sont violemment frappés avec des bâtons" et sont "revendus au marché pour être abattus" lorsqu'ils ne sont plus capables de marcher, explique PETA, appelant les touristes à ne plus financer cette maltraitance.

"Une immense victoire"

Un an après, les efforts de l'ONG semblent donc avoir payé. "Cette annonce est une immense victoire pour tous les dromadaires et les chevaux forcés de porter les touristes sur leur dos ou dans des calèches", a réagi dans un communiqué Jason Baker, vice-président directeur des campagnes internationales à PETA Asie.

Suite à l'enquête, près de 500.000 personnes s'étaient mobilisées à travers le monde pour réclamer l'arrêt de ces pratiques au ministère du Tourisme. Les images avaient conduit à l'arrestation de trois marchands accusés d'avoir maltraités des animaux. Ils sont passibles d’une amende et d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à six mois.

Selon les informations relayées par l'ONG, l'interdiction prendra effet autour des pyramides de Gizeh et dans les zones archéologiques. Les animaux y seront remplacés par des voitures et des bus électriques "comme PETA l'avait recommandé", s'est-elle réjouie. Les promenades de ce type demeurent toutefois autorisées dans le reste du pays.

« La maltraitance animale n'a pas sa place dans les majestueuses destinations touristiques d'Egypte. Et si cette décision n'interdit pas toutes les promenades animales à travers le pays, nous avons hâte de voir les voitures et bus électriques transporter les touristes à l'avenir » Jason Baker.

D'autres maltraitances dénoncées

Il n'y a pas qu'en Egypte que le sort des animaux du secteur touristique inquiète les ONG. C'est également le cas sur l'île de Santorin en Grèce. Plusieurs campagnes ont de la même façon dénoncé les maltraitances dont sont victimes les ânes et mules utilisés pour voyager à travers les paysages escarpés de la région. Sans être entendues pour le moment.

Sur les îles d'Istanbul en Turquie, des campagnes ont également été lancées pour mettre en lumière les conditions de vie des chevaux qui tirent les calèches touristiques. Après que le gouverneur de la ville s'est emparé du problème, une interdiction temporaire a été proclamée fin 2019.

En juin dernier, l'organisation britannique World Animal Protection (WAP) a dévoilé de son côté des images témoignant de la violence du dressage des éléphanteaux destinés à l'industrie du tourisme en Thaïlande. Bien que très prisées des touristes dans les pays asiatiques, les balades à dos d'éléphants sont de plus en plus décriées.

En novembre 2019, le Cambodge a annoncé son intention d'interdire ces pratiques sur le site d'Angkor.

Emeline Férard/Géo (30/10/2020)

Vidéo : Egypte : des animaux maltraités pour le tourisme (2 :03)

Attention, les images de cette vidéo peuvent heurter la sensibilité.

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michelle Petit 13/11/2020 09:47

Je ne me sens pas de visionner ce genre de vidéos! J'imagine l'horreur et c'est déjà beaucoup même si cela peut sembler lâche. C'est à l'image de ce qui se passe dans nos élevages et abattoirs. Une question lancinante me revient toujours dans ces cas de maltraitance avérée : Quid de la participation des touristes, des salariés, de tous ceux qui voient et ne disent rien voire utilisent le système? Pour moi, c'est de la responsabilités de TOUS. C'est à ce prix là qu'on pourra avancer.

Jean-Louis 13/11/2020 12:00

Oui Michelle : vous avez raison, il s'agit bien de la responsabilité collective ! Il y a des délations qui sont à proscrire et d'autres, en revanche, à encourager ! De toute manière, lorsqu'on est témoin d'actes de maltraitance, que cela concerne des humains ou des non humains, on ne devrait pas demeurer indifférent ! Bien à vous...

Zoé 11/11/2020 20:37

Merci à PETA . Cette mesure devrait s'appliquer partout!

Pêcheur Antoinette 10/11/2020 20:58

Merci à PETA, la situation va changer la vie de ces pauvres animaux.
OUF, il était temps que l'on se réveille...

Béa kimcat 10/11/2020 17:18

Insupportable !
Je ne regarderai pas la vidéo. Trop sensible.
Une bonne nouvelle pour ces pauvres animaux...

Françoise 10/11/2020 17:17

C'est insupportable... Il me semble quand même que les célèbres ânes de Gavarnie sont un peu moins maltraités, mais ce n'est peut-être qu'une impression et ce n'est évidemment pas une raison pour continuer à les exploiter et à leur casser le dos. Si quelqu'un a des infos sur Gavarnie...

dominique 10/11/2020 13:27

Pourvu que ça suive dans ce pays comme ailleurs dans le Monde

Anne 10/11/2020 10:46

bien d'accord avec vous tous. Pour Jpl il est question de bus électrique mais les batteries sont un autre problème et bien d'accord que la marche est le meilleur choix.

Mario 10/11/2020 09:45

Une bonne nouvelle espérons que ce sera bientôt le cas partout.
Le tourisme de masse est une plaie même s'il ramène beaucoup d'argent.

Jpl 10/11/2020 08:50

Bonne nouvelle effectivement. Un peu de marche à pied leur ferait du bien mais je parierai plutôt qu’une « motorisation «  des touristes sera mise en place… hélas!

danièle 10/11/2020 07:05

MERCI à PETA d'agir et de révéler toute cette maltraitance faite aux animaux...reste à encadrer et à éduquer ces personnes pour les faire évoluer. Un exemple " la croix bleue" en Egypte crée par le Prince Charles d'Angleterre.

Jean-Louis 10/11/2020 06:38

Une bonne nouvelle : je déteste voir ces touristes -de surcroît souvent en surpoids et à qui un peu de marche ferait le plus grand bien...- se faire véhiculer par des animaux mal en point, décharnés et maltraités bien sûr ! Quant aux ''propriétaires'' et autres meneurs des animaux en question, je préfère m'abstenir de tout commentaire : je serais grossier...