Des millions d'arbres découverts dans le désert du Sahara

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le plus grand désert chaud du monde, le Sahara, en Afrique est souvent représenté comme une vaste région stérile et nue. Et pourtant, une analyse minutieuse des images satellites réalisée par intelligence artificielle montre que des millions d'arbres y vivent. C'est la première fois que les arbres d'une grande région aride sont dénombrés.

Les données recueillies par les satellites ont permis aux chercheurs d'inventorier les arbres à l'ouest du Sahara et au Sahel avec un niveau de détails jamais égalé sur une aussi grande surface. Et contre toute attente, ils en ont répertorié bien plus qu'ils ne l'avaient imaginé… Photo : Pierre Hiernaux

Il y a moins de 15 000 ans, le Sahara était une savane tropicale herbeuse qui s'est progressivement asséchée, laissant place au plus grand désert chaud de notre planète : une région souvent hostile, écrasée par le Soleil. Mais sous ce monde minéral et hostile se cache une nappe d'eau gigantesque qui alimente notamment les oasis et qui parvient en partie à se renouveler, malgré une pression humaine de plus en plus forte.

Le nombre d'arbres peuplant l'ouest du Sahara, le Sahel et la zone soudanienne dépasse les attentes des scientifiques. En effet, dans une région dont la superficie est environ 2,5 fois celle de la France, une équipe internationale de recherche, menée par l'Université de Copenhague (Danemark) et la NASA, ont dénombré pas moins d'1,8 milliard d'arbres !

La région étudiée couvre une partie des pays suivants : Mauritanie, Mali, Sénégal et le territoire du Sahara occidental.

L'utilisation de la télédétection à très haute résolution a permis de rassembler une multitude d'images satellitaires de ces régions, ensuite analysées en appliquant une méthode de reconnaissance de formes par intelligence artificielle (IA). Tous les arbres dont la couronne est supérieure à 3 m² ont été dénombrés, une prouesse réalisée en quelques heures alors qu'il aurait fallu des années avec des techniques humaines de photo-interprétation.

Dans cette région subhumide d'Afrique de l'Ouest qui couvre 1,3 million de km², les arbres ne constituent pas une forêt mais sont isolés. "Nous avons été très surpris de voir qu'un bon nombre d'arbres poussent réellement dans le désert du Sahara, car jusqu'à présent, la plupart des gens pensaient qu'il n'y en avait pratiquement pas. Nous avons compté des centaines de millions d'arbres rien que dans le désert. Cela n'aurait pas été possible sans cette technologie. En effet, je pense que cela marque le début d'une nouvelle ère scientifique", affirme le géographe Martin Brandt du Département de géosciences et de gestion des ressources naturelles de l'Université de Copenhague, auteur principal de l'article scientifique de l'étude, publiée dans la revue Nature.

Le rôle crucial de ces arbres isolés

Bien qu'isolés, ils n'en sont pas moins utiles : ces arbres contribuent de manière primordiale aux ressources locales, à la promotion de l'agroforesterie, à la biodiversité et au stockage du carbone. Or, faute d'être identifiés, ils ne sont pas pris en compte dans les bilans carbones et donc les modèles climatiques.

"Nous souhaitons également utiliser des satellites pour déterminer les espèces d'arbres, car les types d'arbres sont importants par rapport à leur valeur pour les populations locales qui utilisent les ressources ligneuses pour leurs moyens d'existence. Les arbres et leurs fruits sont consommés à la fois par le bétail et les humains, et lorsqu'ils sont préservés dans les champs, les arbres ont un effet positif sur les rendements des cultures car ils améliorent l'équilibre en eau et les nutriments", explique le professeur Rasmus Fensholt du Département de géosciences et de gestion des ressources naturelles.

L'intelligence artificielle au service de la géographie

L'utilisation de techniques d'apprentissage profond (deep learning) permet de réaliser des tâches insurmontables. "Cette technologie a un énorme potentiel lorsqu'il s'agit de documenter les changements à l'échelle mondiale et, en fin de compte, de contribuer à la réalisation des objectifs climatiques mondiaux. Nous sommes motivés pour développer ce type d'intelligence artificielle bénéfique", s'enthousiasme le professeur et co-auteur Christian Igel du département d'informatique.

La prochaine étape consiste à s'intéresser à une zone beaucoup plus vaste en Afrique. Puis, à plus long terme, à créer une base de données mondiale de tous les arbres poussant en dehors des zones forestières, notamment afin d'évaluer leur contribution aux enjeux environnementaux.

Ophélie Bontemps/notre-planete.info (30.10.2020)

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cléo 01/12/2020 00:31

C'est une bonne nouvelle ça! C'est superbe cette technologie! :0)

Zoé 30/11/2020 19:02

Un constat positif : wait and see ce qu'il en sera fait!
Bien d'accord avec toi Jean-Louis! lol!

Béa kimcat 30/11/2020 18:20

Eh bien en voilà une bonne nouvelle !

Jacky 30/11/2020 17:46

Quelles seront les répercussions de cette découverte? Qui la finance?

dom 30/11/2020 13:48

ce n'est là qu'un constat quantitatif, un simple dénombrement.
malheureusement dans ce qui est écrit, l'arbre n'est présenté une fois encore, que comme ressource pour l'humanité et intérêt pour participer à limiter les effets de pollution de celle-ci.... et à moins d'avoir mal lu ou trop rapidement, aucune satisfaction en rapport au milieu que cela représente, la part de nature qu'il ne faudrait pas toucher (comme ailleurs)

Jean-Louis 30/11/2020 11:22

Ah ! J'adore le terme d' "intelligence artificielle'' ! Tant qu'à rendre service à l'humanité, si elle pouvait nous dire combien la planète compte de pollueurs, destructeurs, assassins en tous genre... et nous fournir un moyen sûr de nous en débarrasser, ce serait magnifique ! D'ici là, rêvons...

Martine 30/11/2020 11:01

Concernant l'écologie, enfin une bonne nouvelle !!