Images de…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Comme le soulignait fort justement Domi l’autre jour dans un commentaire : « Mais pourquoi aime-t-on les marmottes et les écureuils bien plus que les rats musqués et les ragondins ? ». Il est vrai que les premiers bénéficient généralement d’un excellent capital ‘’sympathie’’ tandis que Rats musqués et Ragondins sont impitoyablement pourchassés et détruits…

 Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

La raison en est assez simple : les rongeurs tels les Ragondins et les Rats musqués –tout comme la craquante Marmotte des Alpes d’ailleurs- creusent des galeries ! En montagne, cela ne dérange pas grand monde à part les chasseurs qui, comme on le sait, sont d’ardents partisans de l’ordre et détestent tout ce qui se cache sous terre (Cf. Blaireaux et Renards qui, eux aussi, ont cette vilaine manie de s’enterrer) !

Mais, revenons à nos Ragondins qui, avec leurs cousins les Rats musqués dégradent certaines berges de rivières à force de creuser des galeries ! De plus, l’humain ayant la fâcheuse habitude de planter d’excellentes choses à proximité, les susdits, n’ayant pas la même conception que nous de la ‘’propriété privée’’, ne se gênent pas pour se servir dans les champs de maïs ou d’autres céréales ! Cela est largement suffisant pour condamner les intéressés qui, de fait, se retrouvent sur la liste des « Nuisibles » à l’homme et à l’écosystème…

A la décharge des accusés, je préciserais que, lorsque leur densité de population est peu importante, Ragondin et Rat musqué ont plutôt un impact écologique positif puisqu’ils entretiennent la végétation des marais (ce sont essentiellement des herbivores quoique le Rat musqué ne dédaigne pas quelques poissons abandonnés sur la berge par les pêcheurs…).

Images de…
Images de…Images de…
Images de…Images de…
Le Ragondin (Myocastor coypus) ou Rat gondin est l’unique représentant de la famille des Myocastoridés ainsi que du genre Myocastor… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Le Ragondin (Myocastor coypus) ou Rat gondin est l’unique représentant de la famille des Myocastoridés ainsi que du genre Myocastor… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Le Ragondin (Myocastor coypus) ou Rat gondin est l’unique représentant de la famille des Myocastoridés ainsi que du genre Myocastor… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Le Ragondin (Myocastor coypus) ou Rat gondin est l’unique représentant de la famille des Myocastoridés ainsi que du genre Myocastor… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le Ragondin (Myocastor coypus) ou Rat gondin est l’unique représentant de la famille des Myocastoridés ainsi que du genre Myocastor… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Images de..., Animaux, Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Pauvres Rats musqués et Ragondins
Répondre
A
Je suis désolée d'aller à contre courant mais n'oublions pas que : cf. Wiki : "Dans leur environnement d'origine, les populations de ragondins sont régulées naturellement par leurs prédateurs, comme les caïmans et le puma. Dans les pays où il a été introduit, le ragondin n'a aucun prédateur naturel, tout du moins à l'état adulte." Les rat musqués ou rat d’Amérique ont été lâchés dans la nature quand leur fourrure ne s'est plus vendue à cause de la guerre. Re cf. Wiki : "le ragondin atteint sa maturité sexuelle vers six mois. Les mâles sont actifs sexuellement toute l'année. La femelle a deux ou trois portées par an de cinq ou sept petits en moyenne" et le rat musqué : "La gestation est brève (environ 30 jours), ce qui explique la prolificité de l'espèce : 2 à 3 portées par an sont possibles, avec 6 à 7 petits par portée, ". "Il peut être affecté par de nombreuses maladies, dont zoonotiques. Il peut par exemple véhiculer la leptospirose, l’hantavirose (et la maladie de Lyme". Donc sans prédateur, ils envahissent et sont sans doute une erreur pour la biodiversité. Voyez ce qui se passe avec les écrevisses américaines dans la région de Nantes : elles déciment tout : écrevisses autochtones, petits poissons (qui ne deviendront pas grands), les nénuphars où nichent des oiseaux. Elles sont classées " « susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques". Donc désolée mais je n'aime pas trop les ragondins ni les rats musqués et comme Dominique, j'ai aussi peur pour mes chiens (morsure ou maladie). Ou alors ... introduisons en France le caïman et le puma mais là je crois que c'est jouer à l'apprenti sorcier...
Répondre
A
un nid de frelon "mange" environ 500 g de mouches et moustiques et autres...PAR JOUR !!! Moi aussi je devrais mieux me relire :) !
A
Merci Jean-Louis pour ces éclairages mais il fallait bien quelqu'un pour soulever la question et permettre d'en débattre :). Effectivement, je suis sûre d'être un peu influencée par tout ce qui se dit sur ces espèces "envahissantes" et suis bien d'accord pour ne pas m’élever contre celles qui s'intègrent bien. (tiens, tiens ferais-je de la politique ??? mais non ce n'est pas la place sur ce blog :) ). Pour le frelon européen, oui il est bien inoffensif : nous avons eu un nid ... dans la cheminée ! Nous nous en sommes aperçu quand, à la toute fin de l'été, il y en avait plusieurs de morts tous les matins sur le carrelage. ils n'étaient pas gênants, car ils s'en vont gentiment d'en revers de main pas trop rapide et, effet "Kiss cool", nous avons réalisé que nous n'avions eu aucune mouche et aucun moustique de tout l'été (un nid "mange" environ 500 g de mouches et moustiques et autres...!). J'aurais bien voulu en avoir un cette année, disons à une vingtaine de mètres de la maison mais je n'ai pas trouvé ces nichoirs à leur offrir. Pour ce qui est de mes chiens, bien sûr ce sont eux qui attaquent mais ... ce sont des terriers donc difficile de changer leur instinct qui, il faut bien le reconnaitre, est un instinct de tueur. Comme le rappelle Véronique c'est la loi de la nature et la mare est chez eux, donc mes chiens aussi défendent leur territoire :). Abordons le sujet des espèces envahissantes : il faut quand même être prudent car il y en a de plus en plus : la coccinelle asiatique qui mande nos braves coccinelles quand il n'y a plus de pucerons, le frelon asiatique qui est dangereux car agressif même si on ne l'attaque pas, le papillon pyrale du buis qui ne quitte les lieux que quand TOUS les buis sont morts et cette écrevisse américaine etc... et notre ragondin...On pourrait peut-être les stériliser comme ce qui est fait pour les pigeons parisiens plutôt que de les tuer ? En tous les cas il faut les surveiller et veiller à ce qu'ils n’envahissent pas. Tolérance, je veux bien mais dans les limites raisonnables. Et pour finir ce long commentaire, je pense que je peux me permettre cette vilaine mise en boite car nous commençons à nous connaitre et nous nous respectons : si je reprends votre phrase "Dans le cadre de l’évolution, ces ‘’accidents’’ ne sont en fait que des ‘’petits incidents’’ que l’évolution finit par régler d’une façon ou d’une autre…", pourquoi s'offusquer de la fonte des glaciers ? Ça va se régler ! Bon je m'arrête sur cette vilaine blague car je me doute que ça vous fait mal et à moi aussi d'ailleurs. En toute amitiés et encore merci pour ce blog, pour ces belles photos et pour ces sujets qui nous interpellent et nous font réfléchir !
J
Je vous prie de m'excuser pour toutes les fautes : j'ai rédigé ce commentaire un peu vite et, surtout, sans le relire préalablement...
J
Les espèces introduites ne sont pas sans poser des problèmes, c’est une évidence ! Souvent, nous voyons les choses comme on nous les présente sans nous poser réellement de questions… A l’échelle de la marche de l’Univers, les espèces aussi bien animales que végétales, ont toujours voyagé et se sont soit adaptées dans leurs nouveaux milieux, soit ont disparues faute de conditions favorables… Lorsque, en revanche, les milieux conviennent, elles peuvent supplanter des espèces autochtones, effectivement, faute de prédateurs… Dans le du Ragondin, c’est un peu ce qui se passe (mais, il y a plein d’autres exemples tels, le Frelon asiatique pour n’en citer qu’un…).
Les problèmes posés en l’occurrence par l’espèce n’en sont que pour l’humain qui, au fil du temps, s’est mis à vouloir tout gérer, tout régir… Ainsi, déclare-t-il certaines espèces ‘’utiles’’ et d’autres ‘’nuisibles’’, pardon ‘’ susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques’’ comme on dit actuellement… Dans le cadre de l’évolution, ces ‘’accidents’’ ne sont en fait que des ‘’petits incidents’’ que l’évolution finit par régler d’une façon ou d’une autre… Il en a été ainsi depuis l’apparition des premières cellules vivantes et, je pense que cela continuera jusqu’à la fin des temps avec de nouveaux facteurs déterminants et accélérateurs comme le réchauffement climatique…
Aussi, personnellement, je ne me soucie pas trop de l’apparition de certaines espèces comme le Ragondin, le Raton laveur, l’Ouette d’Egypte, la Perruche à collier ou encore la Balsamine de l’Himalaya et la Renouée du Japon… Elles s’adaptent, avec les ‘’problèmes’’ que l’on sait dont l’humain est parfois lui-même responsable puisque, oui, il le peut s’empêcher de jouer à l’apprenti sorcier !
Pour ce qui est de la crainte pour vos chiens, elle est bien sûr légitime mais, le cas décrit par Dominique est assez rare et doit être remis dans son contexte : un animal comme le Ragondin adoptera toujours l’attitude qui sied et c’est, généralement, la fuite… Dans le cas de Cassis, rappelons que c’est lui qui a attaqué : le Ragondin n’a fait que se défendre ! Peut-on lui en vouloir pour cela ? Peut-on condamner une espèce pour sa ‘’ dangerosité ‘’ supposée ? Les deux spécimens que j’ai photographié ci-dessus était absolument pacifiques : je ne les ai pas provoqué ni embêté de quelque manière que ce soit et j’ai pris un grand plaisir à les observer ! Il en va de même pour le nid de Frelons qui a élu domicile dans un des nichoirs de notre jardin : je me contente de les observer sans les provoquer et tout se passe bien ! Lorsque nous avons des visiteurs ou des amis, je leur explique et leur montre le nichoir en question et nous n’avons jamais eu de problème, il suffit de respecter une règle simple, en l’occurrence et en priorité : la non-agression…
D
merci pour la citation, l'ami ! Elle me rappelle une histoire, en Pas-de-Calais d'un malheureux phoque tiré par un braconnier qui pour se défendre avait prétendu l'avoir confondu avec un rat musqué ;-)
Répondre
D
Ben oui , il a lui aussi une bonne tête ; et je ne suis pas rancunière puisque l'un d'eux a naguère transpercé la joue de Cassis notre labrador noir d'un bon coup de dents; il faut dire que celui-ci ignorant la vie avait eu la mauvaise idée de l'attaquer; un dimanche...frais de vétérinaires inhérents !!! Mais à la décharge de ce ragondin notre labrador nous en joué bien d'autres des sales tours...et a cependant vécu longtemps entouré de notre amour ! Je m'arrête sur cette remarque de Jean-Louis concernant la notion de propriété privée !!! Il y a longtemps que je clame que c'est une notion toute humaine et que si nous avions l'intelligence de le savoir, il n'y aurait jamais eu de classés "nuisibles" !
Répondre
A
Merci Véronique de nous rappeler les lois de la nature et je suis bien d'accord. Le renard tue le pigeon et l'humain tue aussi pour manger. Tant qu'il ne fait pas souffrir inutilement et surtout que sa consommation en viande est très modérée, alors il n'y aura pas d'élevage industriel ni d’abattoir surchargé. mais ne soyons pas Bisounours, la nature a aussi ses lois qui ne sont pas toujours tendres.
V
Il me semble que si pour les animaux, on ne parle pas de propriété privée, il y a bien la notion de territoire ! Et cela peut aboutir à des combats meurtriers.
La nature est la nature, nous n’avons rien inventé dans les comportements inter individus.
Les oiseaux ne partagent pas leur nid ou leurs provisions sauf avec leur famille non?
Aimer la nature, c’est déjà commencer par aimer sa propre espèce, aussi imparfaite soit elle.