Chevaux mutilés, le mystère s’épaissit

Publié le par Valentin Scholz

Depuis le début de 2020, 12 cas de mutilation d’équidés ont été constatés par la gendarmerie dans plusieurs départements. Le 19 août, la Fédération française d’équitation s’est constituée partie civile auprès des propriétaires concernés. Les enquêteurs n’écartent aucune piste, y compris la thèse du rituel satanique…

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Une découverte sordide. Ce 6 juin 2020, Pauline Sarrazin s’absente quelques heures de son domicile près de Dieppe (Seine-Maritime). Ses chevaux sont alors en bonne santé. Lorsqu’elle regagne son champ, l’une des juments, Lady, 16 ans, est couchée par terre. « Je pensais qu’elle était morte, mais elle a bougé les pattes et son œil tournait à pleine vitesse. » L’agonie dure quelques minutes. Mais, fait étrange, Pauline remarque une trace de coupure sur la joue de l’animal. Son oreille droite est méticuleusement découpée. Elle a été emportée comme un trophée. Pour elle, aucun doute : l’auteur connaît parfaitement l’anatomie des chevaux.

De la Vendée à la Moselle, en passant par la Somme et la Loire, 12 infractions de ce type, touchant aussi bien des chevaux, des poneys que des ânes, ont été relevées depuis début 2020 par la gendarmerie. Dernier épisode, un pur-sang retrouvé égorgé par ses propriétaires près de Lannion (Côtes-d’Armor), le 18 août.

« Face à la série d’actes de cruauté envers des équidés sur l’ensemble du territoire », la Fédération française d’équitation (FFE) s’est constituée partie civile aux côtés des propriétaires concernés, a-t-elle confirmé via un communiqué publié le 19 août. « Par cette action, la FFE entend combattre ces actes de barbarie » et soutenir les enquêtes pilotées au niveau local par les brigades de gendarmerie, avec l’appui de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) et le Service central du renseignement territorial (Scrt).

Coup de folie ? Vengeance ? Défi lancé sur Internet ? Actes satanistes ?

Les motivations des auteurs sont difficiles à déterminer : aucune distinction ne semble faite entre les animaux sacrifiés (race, valeur, etc.). Pas de point commun non plus dans les mises à mort (étranglement, arme à feu, arme blanche, etc.). Toutes les pistes sont donc envisagées par les enquêteurs : coup de folie ? Vengeance ? Défi lancé sur Internet ? Actes satanistes, ces rituels invoquant la figure de Satan ? Cette dernière hypothèse, à première vue surprenante, semble gagner du crédit.

« Les mutilations d’animaux sont une pratique ancienne, indique Nicolas Baron, spécialiste de l’histoire des animaux à l’université de Brest. Ces dérives n’ont jamais vraiment été expliquées, mais des cas similaires ont été constatés en Europe et aux États-Unis. Parmi les hypothèses, il y a la thèse sataniste. » En France, des attaques d’équidés ont été répertoriées dès 2014. À l’époque, un cheval avait été retrouvé mort dans une commune de la Loire. Même procédé lugubre : étranglé avec une corde, œil retiré, oreille ciselée, crinière découpée.

Des faits similaires en Europe

Des faits semblables ont alimenté la rubrique faits divers des journaux belges, britanniques et allemands ces dernières années. À chaque fois, face à l’incompréhension, les enquêteurs soulèvent l’hypothèse du rituel sataniste. Le phénomène porte même un nom, méconnu et peu documenté : la « cattle mutilation » (mutilation de bétail). Il se définit par la découverte d’animaux morts et mutilés dans des circonstances anormales, et s’identifie notamment par la précision chirurgicale de la mutilation.

La symbolique du cheval peut apporter un élément d’explication, suppose Nicolas Baron : « Le regard de l’homme sur le cheval a changé au XXe siècle. Il était perçu comme l’animal prolétaire par excellence, dont la viande était consommée, et s’est transformé, après les deux guerres mondiales, en animal de loisirs, voire de compagnie, chéri par son propriétaire. L’auteur de cet acte sadique sait qu’en s’attaquant au cheval, il peut aussi blesser celui qui le possède. » Ces infractions sont passibles de deux ans de prison et 30 000 € d’amende.

Valentin Scholz/La Croix (20.08.2020)

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Incroyable! 80% des mutilations ne seraient pas d'origine humaine! Vous y croyez, vous?
https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/chevaux-mutiles/mutilations-de-chevaux-lespremieres-conclusions-des-enquetes-je-ne-suis-pas-sure-que-le-fait-d-avoir-ete-mutile-par-un-animal-plutot-que-par-un-humain-soit-rassurant_4210369.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20201209-[lesimages/image0]
Répondre
J
Voilà en effet une information assez stupéfiante que j'ai beaucoup de mal à prendre au sérieux...
Z
C'est épouvantable! Pas de mots!
Des cas aussi en Maine et Loire .
Répondre
D
Après les voitures incendiées pour Noël, la profanation des cimetières, le saccage des écoles, l'incendie des églises… les cons semblent avoir trouvé un nouveau "sport": torturer et tuer des animaux.
Je crains que plus on en parlera et plus cela présentera d'attrait pour ces minables (malades, débiles, tarés, crétins… les mots ne manquent pas pour les nommer) !
Répondre
A
Tout à fait d’accord avec vous, il faut protéger nos chevaux et laisser faire la gendarmerie. Puisque vous m’avez encouragée à vous transmettre de belles phrases, voici, mon cher Jean-Louis, une que j’aime beaucoup : « L’image du cheval trempe dans la lumière de la force » Antonin Artaud
J
Oui, Denis, je partage totalement ce point de vue et je le compléterai volontiers par cette citation d'Alain Leblay : ‘’Si la haine rendait intelligent, les cons seraient une espèce en voie d’extinction’’ !
Ladite citation peut d'ailleurs s'appliquer à bien d'autres sujets régulièrement évoqués sur ce blog !
A
Contrairement à ce qu’avance Mme Corbin, les cavaliers ont vraiment peur pour leurs chevaux mais pas pour eux. Ils sont sans doute Ponylove avec leurs équidés mais croyez moi, ce ne sont pas des bisounours quand il s’agit de les défendre: Ils s’organisent : certains font des tournées en s’armant (de fourches, barres de fer, faux etc) L’un d’eux en a fait fuir deux avec un bâton. Ils travaillent avec les gendarmes qui centralisent. J’avoue qu’il vaudrait mieux qu’ils soient arrêtés par les gendarmes car je n’aimerais pas voir un cavalier poursuivi par la justice pour avoir défendu son cheval. Alors Mme Corbin, votre psychanalyse à deux balles gardez là pour vous car vous semblez en avoir besoin. Pardon à mes amis de ce blog mais cette dame me fait peter les plombs. Surtout si vous voyez quelque chose d’inquiétant, n’intervenez pas mais appelez le 17, Grand merci à vous.
Répondre
D
Atroce....il s'en balade des malades en toute liberté...et j'espère pas en toute impunité ???
Répondre
C
Oh! C'est terrible cela! Pauvres chevaux... et propriétaires!
Répondre
B
C'est épouvantable...
Terrible... Atroce... Les mots que j'écris ici pour décrire ce que je ressens ne sont pas assez forts...
Il y a de quoi avoir peur quand on a des équidés...
C'est le cas pour ma fille et son compagnon qui ont deux chevaux... J'en tremble à l'idée qu'il pourrait leur arriver la même chose.
Et il est très important de s’intéresser à ces abominables crimes... S'organiser pour les empêcher et trouver ces monstrueuses crapules...
Répondre
A
Il y a beaucoup plus de cas et dans toute la France. Tout le monde met des caméras dans les pâtures. Les amis, si la nuit, vous voyez des lampes torches dans les pâtures, des chevaux qui galopent (alors que la nuit, ils bougent peu : une seule chose à faire: appelez le 17 et les gendarmes interviendront au plus vite, ils sont tous au courant par la FFE.
Répondre
A
Non Madame, nous avons d’abord peur pour nos chevaux qui sont des animaux sans défense et confiants dans l’homme. Votre agressivité devient écoeurante.
P
Pourquoi les humains s'intéressent tant à cette affaire, alors qu'ils n'ont, en réalité, que faire des animaux ? parce qu'ils reprennent la théorie de St Thomas d’Aquin : "La vie des animaux est préservée, non pour eux, mais pour l'Homme" = éviter la cruauté entre les hommes. La plupart des psychopathes qui ont sévi sur des humains, s'étant déjà fait la main sur des animaux ! Ils ont juste pour pour eux-mêmes !
Répondre
A
J’avais bien compris que ce « ILS » devaient être les médias mais je ne crois pas TOUT ce que disent les médias:) :) et « propriétaire » signifie pour moi « responsable de leur bien être »
P
De plus, il est fort dommage que vous n'ayez absolument rien compris dans ce que j'ai posté, vous êtes à côté de la plaque... : je parlais des médias, non pas des "propriétaires" (comme disent les spécistes).
A
Ah mais si ILS l’ont dit aux infos alors c’est sûrement vrai....
P
Désolée de vous contredire, mais ILS l'ont même dit textuellement aux infos, c'est dire !
Je ne vois pas où est mon agressivité, vous parlez pour vous : on voit bien votre mauvais esprit en toutes choses, Anne ! ça crève les yeux, vous êtes une grande excitée, faut vous calmer ou votre santé va en prendre un coup.
A
Non Madame, nous avons d’abord peur pour nos chevaux qui sont des animaux sans défense et confiants dans l’homme. Votre agressivité devient écoeurante. Désolée je me suis trompé d’endroit pour répondre à Mme Corbin qui devrait se faire soigner plutôt que de se plaindre d’avoir toujours été le vilain petit canard.