Les gratiferias, des vide-greniers pour consommer sans rien débourser

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un vide-grenier totalement gratuit, c'est possible ! La démarche écologique et solidaire des gratiferias, importée de Buenos Aires, gagne peu à peu les villes de France…

Huitième gratiferia à Yversay dans la Vienne, en décembre 2019. Photo : © Radio France/Sandrine Oudin

Durant une gratiferia, on n'échange pas son grille-pain contre un chauffe-biberon. Pas de règles. Pas d'obligation. C'est du libre-service.

Une espèce de chassé-croisé entre des personnes qui déposent ce dont elles ne veulent plus et des personnes qui viennent se servir. Ça peut être les mêmes (on dépose-on prend) mais pas forcément. Direction Yversay, un tout petit village de la Vienne qui organisait en décembre 2019 sa huitième "gratif".

Envie de tester ? Pour connaitre les gratiferias les plus proches de chez vous, rendez-vous sur les sites de brocantes et vide-greniers ou bien sur leur page dédiée.

 

Sandrine Oudin/France Inter

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Initiative, Consommation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
C'est une bonne idée ça. Peut-être pas en ce moment, par contre... Bises et belle journée!
Répondre
D
Premièrement : cela contraindra les pauvres couillons dont je fais partie à donner au lieu d'essayer de récupérer quelques sous sur ce dont je ne me sers plus...
Deuxièmement : comme cela est déjà le cas chez Emmaüs, cela garantira un approvisionnement gratos à quantité de trafiquants et spéculateurs qui eux, faites-leur confiance trouveront des débouchés à votre générosité...
C'était juste pour dire, qu'une fois de plus, l'enfer est pavé de bonnes intentions ...
Répondre
J
Pour une fois, mon cher Denis, je ne partage pas ton opinion ! Tout d'abord, personne ne t'empêche d'essayer de vendre ce dont tu souhaites te défaire : c'est un choix personnel et personne ne te contraindra à quoi que ce soit...
Ensuite, pour pratiquer ce genre de "bourse gratuite" depuis bien longtemps, il me semble évident qu'il faut un certain état d'esprit : les spéculateurs et autre profiteurs n'ont naturellement rien à faire dans ces sphères-là et, tout en laissant la porte ouverte à tout un chacun, de tels individus ne sont pas les bienvenus et, sans doute, le sentent-ils, car ils ne fréquentent guère ces lieux me semble-t-il ! En tous cas, rien de tel à déplorer par chez nous...
B
Riche idée !!!
Répondre
D
pour l'instant ça pourrait être l'occasion de se fournir gratis un petit coronavirus d'occasion mais encore utilisable si j'en juge à l'affluence
Répondre
S
Bonjour, C'est le même principe que les gratisel organisés par chez nous... J'en parle sur mon blog bonsplansdesophie.over-blog.com (voir descriptif de l'association "Évolusel, le SEL du pays de la Zorn" ou pour l'exemple "06 octobre 2019 : Gratisel d'automne à Bossendorf (67)"). Bonne journée !
Répondre
J
Merci ces renseignements Sophie !
A
Lors de notre déménagement, j'ai déposé deux gros cartons de livres (livres brochés, pas de poche, et récemment sortis en librairie) à la bibliothèque de notre lieu de départ. Je n'ai eu droit qu'à la moue de la bibliothécaire devant cet afflux de livres à référencer compromettant peut être sa liste de livres à acheter. Depuis je mets tout (livres et autres) à la déchetterie... mais mes amis, ne vous offusquez pas : dans ma déchetterie de campagne il y a un coin pour déposer ce qui est réutilisable ! C'est récupéré par les gens directement (mais je crois qu'il est interdit de récupérer des choses dans une déchetterie ?) donc plutôt par des associations mais c'est récupéré !
Répondre
A
Mon déménagement était avant l’arrivée des boîtes à livres Et j’en avais vraiment beaucoup. Oui maintenant je mettrai les livres dans ces boîtes et le reste dans les coins dédiés à réutilisation de ma déchèterie car je pense que ce n’est pas mal non plus.
J
Oui, Jacky a raison Anne : les boites à livres sont, par chez nous, très nombreuses et nous nous y approvisionnons tout comme nous les approvisionnons !
J
Hello Anne, N'avez vous pas d'abris à livres dans votre région ? Cette initiative est formidable.
Z
C'est un très bon système !
Répondre
J
Intéressant, ce système existe depuis pas mal de temps aux Antilles et j’ai une amie qui y participe très régulièrement sans aucune envie d’abandonner ce procédé, en Guadeloupe.
Répondre
J
Chez nous, cela existe sous la forme de "GratiSEL" puisque ce sont généralement les Système d'Echanges Locaux qui organisent ce genre de rencontres ! Le procédé est le même : on apporte et dépose ce dont on ne veut plus ou dont on n'a pas l'utilité et on prend ce dont on pourrait avoir besoin... Notre "Tout à l’œil" fonctionne de la même manière sauf que là, il ne s'agit que de vêtements ! Un manière de renouveler ses habits à moindre frais...
J'en profite pour remercier Coco de Schalk pour son investissement et le travail de tri qu'elle effectue régulièrement avec ses amies pour que nous puissions profiter de ce "service" totalement gratuit et, pour nous, tellement utile : merci à toute l'équipe !
Répondre
J
Oui, bravo à Coco et son équipe. Je confirme l'utilité de réduire la futilité.