Chasse à la glu et vénerie sous terre : faut-il interdire ces "méthodes archaïques" ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Soixante-deux parlementaires signent une tribune pour demander l'interdiction des pratiques de chasses dites "traditionnelles", des pratiques jugées "incompatibles avec la reconnaissance du bien-être animal". Dans leur ligne de mire : la chasse à la glu et la vénerie sous terre.

Un blaireau capturé par des pinces après avoir été délogé de son terrier. Capture d’écran YouTube/One Voice

Dans une tribune datée du 8 juin dans le journal L'Opinion, 62 parlementaires français de tous bords, dont la députée de Haute-Garonne Élisabeth Toutut-Picard (LREM), demandent l'arrêt des chasses traditionnelles, autorisées en France. Dans leur viseur, la chasse à la glu ou gluau contre les oiseaux, encore pratiquée dans cinq départements du Sud-Est de l'Hexagone et le déterrage des blaireaux et des renards (vénerie souterraine).

"Les Français manifestent des attentes de plus en plus fortes en matière de protection de la biodiversité comme de prise en compte du bien-être animal" soulignent ces députés sénateurs emmenés par Loïc Dombreval (LREM), président du groupe d'études sur la condition animale à l'Assemblée. 

Les chasseurs évoquent "un dénigrement" 

Après un recours infructueux auprès du Conseil d'Etat, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) a déposé une plainte l'année dernière contre la France, devant la Commission européenne, pour tenter d'éradiquer ces méthodes qu'elle juge "cruelles".

De leur côté, les chasseurs se disent victimes de "campagnes de dénigrement infondées", se retranchant derrière la décision de la plus haute juridiction administrative qui avait estimé que la chasse à la glu prévoit dans sa réglementation, "un régime d'autorisation et de contrôle rigoureux des espèces". La France a obtenu des dérogations dans cinq départements du Sud-Est (Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse, Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence).

Héritage séculaire  

Les détracteurs de la chasse à glu affirme qu'elle met en danger plusieurs espèces d'oiseaux. Photo : Mikael Anisset/Midi Libre

La chasse à la glu, ouverte d'octobre à décembre, est autorisée pour capturer deux espèces, les grives et les merles noirs. En pratique, les autres oiseaux doivent être relâchés.

Cette méthode qui remonte à l'Antiquité consiste à déposer de la colle sur une branche pour piéger l'oiseau. Recueilli puis libéré mais parfois mis en cage, il peut servir d'appât pour ses congénères qui eux deviennent des proies faciles pour les chasseurs.

Des lésions irréversibles sur les oiseaux

C'est en tout cas ce que dénonce la Ligue de protection des oiseaux. "Penser qu'une fois délivrés et relâchés, les oiseaux sont sauvés et peuvent réintégrer leur environnement sans dommage est illusoire : des lésions des plumes, de l'appareil musculosquelettique, des contaminations par la glu et les solvants, des atteintes métaboliques peuvent impacter à court terme la survie des oiseaux", détaille un rapport du Centre national d'informations toxicologiques vétérinaires, relayé par la LPO dont le président, Yves Verilhac, n'a de cesse d'alerter les pouvoirs publics. 

"D'autres oiseaux autres que des grives ou des merles se retrouvent piégés comme les pinsons, rouges-gorges, fauvettes, mésanges bleues", dit-il, estimant que cette chasse "n'est plus sélective ni même contrôlée"

5 500 pratiquants de la chasse à la glu

Sur plus d'un million de chasseurs licenciés en France, 5 500 pratiqueraient la chasse à la glu. "Les espèces attrapées par cette chasse sans arme sont largement inférieures à leur mortalité naturelle", défend Willy Schraen, président national des chasseurs de France. Selon lui, le nombre d'oiseaux piégés représenterait une infime partie sur la totalité de l'espèce.

"Aujourd'hui, on veut s'attaquer aux chasses traditionnelles qui sont un héritage séculaire pour s'en prendre à la chasse française. Cette chasse à la glu est réglementée et les chausseurs participent à la régulation des espèces"

La vénerie souterraine, une "chasse régulée

Autre pratique dans le viseur des parlementaires : le déterrage des blaireaux et des renards. Elle consiste à traquer les animaux sous terre avec les chiens, puis à les extirper et les tuer. Une pratique dénoncée par de nombreuses associations de défense des animaux comme One Voice. L'un de ses membres avait infiltré un groupe de chasseurs dans les Hauts de France puis diffusé une vidéo de ces pratiques.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire dénombre près de 40 000 pratiquants et 70 000 chiens. Environ 12 000 blaireaux seraient ainsi tués chaque année. "Durant le confinement, les chasseurs n'ont pas pu agir pour réguler ces espèces qui détruisent les cultures et sont vecteurs de maladie pour les bovins, notamment la tuberculose", estime Willy Schraen.

Frédéric Abéla/Midi Libre (16/06/2020)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Souhaitons que cette interdiction soit actée !
Répondre
J
SOCIÉTÉ<br /> “Le Syndrome du Pangolin” : 100 parlementaires signent la tribune du Mouvement de la Ruralité pour la défense des chasses traditionnelles
Répondre
J
Et bien honte à eux !
C
C'est superbe cela! La population en général est enfin écoutée? Bises et belle journée!
Répondre
A
Une bonne nouvelle pour nous remonter le moral à tous : !!!! <br /> https://mobile.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/le-ministre-de-l-agriculture-ordonne-la-suspension-immediate-de-l-agrement-de-l-abattoir-ovin-de-rodez-apres-la-diffusion-d-une-video-de-l214_4020043.html#xtref=acc_dir&xtref=https://www.google.fr/
Répondre
N
OUI!!! Il faut interdire ces massacres au plus vite et, la chasse à courre et toute sorte de chasse en fait!
Répondre
D
absolument, il faut interdire toutes ces pratiques qui datent du Moyen Age et avant. La tradition n'est pas<br /> belle ! RESPECTONS LA VIE TOUTES LES VIES !
Répondre
D
62 seulement !!!!! bien sûr qu'il faut interdire...et vite
Répondre
L
bien sûr il faut les interdire ; je signe d'ailleurs toutes les pétitions qui passent sur ces sujets ;
Répondre
A
Et revoilà ce Willy qui n’est pas un chasseur mais un pervers refoulé....l’ennui avec One Voice c’est que cette association inonde de vidéo horribles dont la première image me mine pour plusieurs jours avant même de commencer. Parfois je m’interroge sur le fait que ces vidéos n’intéressent surtout ... que les pervers? Elles courent sur les réseaux sociaux mais obtiennent ils des résultats ??? Et je ne veux donc pas aller sur le site pour pas me miner pour le mois.
Répondre
A
Je vous renouvelle toutes mes excuses: je me rends compte que mon commentaire ressemblait à une critique alors que j’apprécie beaucoup tous vos billets qui mettent en avant la beauté de la nature et hélas se doivent de dénoncer ces choses horribles. C’est juste que Je me demandais si Once Voice obtenait des résultats. L214 m’informe chaque fois qu’ils obtiennent quelque chose : par exemple ils ont obtenu de beaucoup de grands groupes de planifier la fin de l’élevage des poules pondeuses en cage.<br /> Merci merci pour tous vos billets
A
Oh oui bien sûr il faut les dénoncer et vous faites bien. Pardon c’est vrai que mon propos n’était pas clair : je parlais de Once Voice qui inonde les réseaux sociaux avec des vidéos qui partent toutes seules.
J
Comme vous Anne, je ne visionne pas ces vidéos : je n'en ai nul besoin pour savoir de quelles atrocités il est question ! J'ignore si ce genre de pratiques est efficace, je sais en revanche qu'il faut coûte que coûte les dénoncer et c'est ce que je fais à ma manière...
D
Oui il faut interdire !!!
Répondre
J
Comme aurait dit M. de la Palisse, le problème de la tradition c'est qu'elle ne s'intéresse qu'au passé !<br /> Si on suivait toutes les traditions on s'éclairerait à la bougie, vivrait dans des grottes et mourrait en moyenne à moins de trente ans. Toutes ces pratiques obsolètes n'intéressent qu'un très petit nombre de personnes en manque d'imagination pour renouveler leurs distractions. Ces minorités se radicalisent de plus en plus mais je ne comprends pas pourquoi le gouvernement les ménagent. Elles ne représentent rien et votent ou s'abstiennent probablement comme le reste la population.
Répondre
J
Vous avez parfaitement bien cerné le problème JC ! Comme vous, je ne comprends pourquoi le gouvernement ménage à ce point cette population ! W. Schraen déteint probablement la réponse : il y a de gros... enjeux financiers en question et les lobbyistes mandatés par les chasseurs, à défaut d'être cohérents, sont sans doute "très convaincants" !
J
Les chasseurs semblent englués dans leurs contradictions....
Répondre
J
J'aime beaucoup -enfin... façon de parler- les arguments des chasseurs : "(ces) chasses traditionnelles sont un héritage séculaire..." ou encore : "Durant le confinement, les chasseurs n'ont pas pu agir pour réguler ces espèces qui détruisent les cultures et sont vecteurs de maladie pour les bovins, notamment la tuberculose" ! Les "premiers écologistes de France" sont décidément très arriérés et semblent ignorer que la Nature, pour peu qu'on la laisse en paix, se débrouille très bien pour "réguler" les espèces...
Répondre