Une belle rencontre

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Passionnée par la "faune sauvage" proche de chez elle, au nord de Strasbourg, Evelyne se promène souvent avec ses jumelles et un appareil photo assez basique…

Un renardeau… Aquarelle : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)

Un renardeau… Aquarelle : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)

"Je suis rassurée de savoir que des animaux mènent leurs vies sans l'intervention de l'homme.

En suivant, durant plusieurs jours de suite, une renarde avec mes " yeux magiques ", celle-ci m'a conduite à son terrier et laissée voir ses petits. Je pouvais approcher de l’orifice du terrier et, après avoir " glapi " à ma façon, les jeunes apparaissaient pour me dévisager. La renarde, au coin du champ tout proche, n'est pas intervenue. J'ai d'abord dénombré 3, puis 4 et, au final, 6 renardeaux que j'ai pu admirer à loisir lorsqu’elle les allaitait debout…

Les petits sont nés aux alentours du 20 mars et au bout de trois semaines, la mère a déménagé toute la fratrie dans un autre terrier situé au milieu d'un champ de colza : heureusement car ils sont bien davantage à l'abri dans cette haute végétation !

Je les retrouve tous les soirs… mais de loin. J'observe souvent le couple de renards en plein "mulotage" pour nourrir les rejetons. Aujourd'hui, ceux-ci ont considérablement grandi. Les bouts de leurs pattes, des oreilles et de la queue sont marrons et le pelage vire au roux encore un peu pelucheux.

Ils me ravissent avec leurs cabrioles que je ne peux pas, hélas, pas prendre en photos car, lorsque je vais les voir, il fait généralement sombre, je reste à distance et je n'ai pas le matériel adapté…

Maman renarde me tolère en surveillant ses jeunes du coin de l’œil et, quant à moi, j’évite de m’approcher. Sait-elle que je les vois parfaitement bien avec mes jumelles ?

Un soir l'un d'eux ne m'a pas quittée des yeux, assis sur son séant et se montrant fort curieux. J'ai tenté quelques imitations de glapissements et on sentait qu’il avait vraiment très envie de venir vers moi. Se décidera-t'il un jour ? Ce n'est pas forcément le but recherché car je n’oublie pas qu’il s’agit d’animaux sauvages et ils doivent le rester bien sûr !

Toujours au coucher du soleil, j'ai fait la connaissance d'un autre renard, indépendant celui-là. Soir après soir, lui et moi jouons à cache-cache dans les champs de blés, de seigles et les vergers aux pommiers en espaliers…

Contrairement aux oiseaux qui s'envolent dès que l’on approche, aux chevreuils, aux sangliers et aux lapins qui détalent dès lors qu’ils voient, sentent ou entendent s’approcher un humain, j’ai constaté que le renard, qui progresse le museau à terre et lève de temps en temps la tête, s'arrête et cherche à croiser votre regard pour connaître vos intentions. Commence alors un échange muet mais très touchant, où chacun de nous donne le meilleur de lui-même : un regard complice avant de poursuivre son chemin, chacun de son côté !

Il reste toutefois une étrange douceur au cœur, une sensation délicieuse que je souhaite à tous de connaître un jour…"

Evelyne Morel

Une partie de la ‘’nichée’’… Photos : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)
Une partie de la ‘’nichée’’… Photos : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)Une partie de la ‘’nichée’’… Photos : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)

Une partie de la ‘’nichée’’… Photos : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)

Photo : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)

Photo : © Evelyne Morel (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JC 30/05/2020 14:14

Belle histoire qui se poursuivra dont on espère une fin agréable à l’américaine même si la réalité sera sans doute plus compliquée.

Evelyne Morel 01/06/2020 11:34

J'essaierai de vous donner des nouvelles vers la fin de l'été...

Cléo 28/05/2020 23:46

C'est mignon et magnifique! Bises et belle journée!

kimcat 28/05/2020 16:47

Magnifique !!
Merci à Evelyne.

Zoé 28/05/2020 16:09

Quelle magnifique rencontre! Je tremble pour ces petits que guettent tant de dangers .

Chantal33300 28/05/2020 14:46

comme c'est mignon ! j'éspère qu'ils vont vivre longtems

osswald pierre 28/05/2020 13:14

J'ai aussi autour de moi quelques copains roux chapardeurs de cerises, pas avares de cabrioles et qui me gratifient parfois de jolis numéros de cirque. Une question me taraude, où étaient nos amis chasseurs d'hier et d'aujourd'hui quand la maîtresse racontait la touchante histoire du renard qui demande à être apprivoisé. L'école buissonnière, au coin, à la maison pour cause de grippe ou d'oreillons? En attendant ces jours-ci les rouquins viennent avec les fouines faire le ménage le soir sous les cerisiers en ramassant les restes des étourneaux gaspilleurs. J'ai juste à patienter le temps qu'ils me ramènent les plus belles, celles qui sont à huit mètres pour faire une tarte. La pâte est prête.

Sylvie 28/05/2020 12:24

Très belle et émouvante histoire !
J'adore tous les animaux et j'ai un faible pour les renards.
Je tremble pour eux ; si seulement il y avait un moyen pour les mettre à l'abri des dangers venant de l'espèce humaine.

Domi 28/05/2020 10:26

Bel article sur une belle race qui régule les rongeurs : à préserver

Marie-Françoise torres 28/05/2020 09:37

Tout simplement une histoire magique et magnifique
Souhaitons longue vie à cette petite famille
Merci

Françoise 28/05/2020 08:35

Tout est tellement beau dans cette rencontre et ce qui s'en est suivi : un texte et une aquarelle qui donnent vie à ces renards de la plus belle façon. Merci Evelyne. Et pourtant on ne peut s'empêcher de penser que la rencontre suivante leur sera peut-être fatale. Parce que le chasseur, qui se dit écolo, est incapable de voir tous ces petits détails qui sont la preuve que la vraie Vie est bien là, tapie dans la nature. La chasseur est aveugle et sourd et prétend avoir compris la Nature. Mais c'est pour mieux la détruire et avec elle la Vie, la vraie, celle qu'Evelyne sait si bien observer, exprimer et faire partager. On mesure le fossé entre ces deux conceptions de la Vie et cela donne le vertige...

Jacky 28/05/2020 07:56

Je crois que nous aimons tous les renards et cet article est bienvenu.

Jean-Louis 28/05/2020 05:20

Merci à Evelyne pour le partage de cette touchante histoire ! J'aime Goupil et ne comprends ni n'accepte l'acharnement des Hommes à le détruire systématiquement, sans se donner la peine de l'observer, de le regarder vivre...
Je tremble pour ces renardeaux dont l'avenir est généralement sombre et plus qu'incertain : la route se charge d'éliminer beaucoup d'imprudents et, si par chance il en est qui atteignent l'âge adulte, ce sont les fusils qui se chargeront de les "prélever" comme "ils" disent sobrement...
J'espère néanmoins qu'Evelyne pourra suivre longtemps les "siens" !
J'allais oublier : merci également à elle pour cette magnifique aquarelle...

Evelyne Morel 28/05/2020 11:56

Merci à vous aussi Jean-Louis d'avoir été sensible à cette histoire. Je tremble aussi en pensant à la récolte du colza qui ne va pas tarder. Il n'y a aucun champs aux alentours dont la végétation dépasse 20cm, comme le maïs. Les prairies ont toutes été fauchées hier . Pas de forêts non plus.... Je ne sais pas où les petits vont se réfugier.