Un autre regard

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La relation qu’entretient Bruno-Gilles Liebgott avec la nature ne se limite pas au simple fait de réaliser des images. Elle est intérieure. En parfait équilibre et en harmonie. La photo a toujours été secondaire. Ce qui l'intéresse, c'est avant tout de vivre des rencontres inoubliables avec les animaux sauvages. À jamais gravées. Nombre de fois, il s’est abstenu de prendre la moindre photo pour déguster l'instant magique qui se dévoilait à ses yeux…

Bruno-Gilles Liebgott. Photo : DR

Bruno-Gilles Liebgott. Photo : DR

« Des chevreuils, des renards roux, des chats forestiers, des sangliers, des martres des pins, des blaireaux, des lièvres bruns, ceux que je nomme mes Sept Guides, que j'ai observés à maintes reprises sans oser les alerter pour simplement m'imprégner de leurs douces présences. Les immortaliser en images n'était pas le plus important, même si je considère chaque entrevue d'une préciosité absolue.

Dès ma plus tendre enfance consacrée aux premières découvertes en immersion, ce qui m'intéressait, c'était de découvrir seul, d'apprendre seul avec la nature pour assurer ma formation, la meilleure enseignante que j'ai jamais eue. Très vite, j'ai compris qu'il existait autre chose de beaucoup plus fort, de beaucoup plus enrichissant que le monde des hommes dans lequel je vivais, là où l'émotion et le désir de s'émerveiller vous emportent pour ne plus jamais vous quitter. En cédant à la curiosité, je me suis enrichi intellectuellement. Je me suis épanoui. J'ai développé mon imagination et ma créativité. J'ai appris l'humilité et la sagesse. J'ai appris à être : un contemplatif adorateur du merveilleux et respectueux du sacré.

Afin d'obtenir d'excellents résultats, je m'appuie sur une rigoureuse éthique pour ne pas déranger, être en osmose avec les acteurs de la vie sauvage, même les plus discrets, les plus secrets. Je m'applique à mettre en lumière l'insaisissable, à révéler la beauté des créatures animées. Et je n'oublie jamais tout ce que je dois à la nature qui m'a tant donné.

Au fond, j'ai toujours su comment aimer la nature. Cette essence vivante, cette Autre qui a forgé ma personnalité pour toujours. Sans envie de possession. Juste en me contentant de la deviner, de la désirer, de la mériter. Un pacte, une alliance. Afin que jamais, elle ne cesse de nourrir mon esprit inassouvissable. »

Bruno-Gilles Liebgott (16-03-2020)

 

Vidéo : Bruno-Gilles Liebgott (5 :15)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claire 19/05/2020 05:22

Quelle belle âme ! Merci pour ce partage qui fait du bien !

kimcat 17/05/2020 18:32

MAGNIFIQUE !!!

Zoé 17/05/2020 14:23

Quelle magnifique profession de foi et quelle intelligence, quelle sensibilité dans le rapport aux animaux !
Mériter la Nature, cela devrait être enseigné de la Maternelle à l'Université par des belles personnes comme lui .

Zoé 17/05/2020 14:46

Oui Françoise, en matière obligatoire, c'est bien ce que je voulais dire . Apprendre à connaitre la nature et surtout nos devoirs envers elle ( et non nos droits) changerait peut-être les mentalités et les comportements . Au lieu d'emmener des classes au salon de l'Agriculture , qu'un photographe comme Mr Liebgott leur apprenne à regarder, contempler , dire merci à la beauté et à la vie . Trouver ses 7 guides dans la Nature : que j'aime cette idée !

Françoise 17/05/2020 14:38

Tout à fait de votre avis Zoé. La nature, elle se mérite et devrait être enseignée aussi à l'école, non pas en option ou matière secondaire, mais obligatoire à tous les niveaux. Et enseignée par des personnes qui la connaissent vraiment.

Françoise 17/05/2020 11:12

Il est certain qu'il vaut mieux contempler la nature que vouloir y agir à tout prix. Et pourtant combien de fois avons-nous croisé en montagne des personnes heureuses d'avoir cueilli de gros bouquets de fleurs, des chasseurs à l'affût dans les palombières, des touristes inconscients donnant des barres de céréales sucrées aux marmottes, des personnes faisant du bruit là où des animaux étaient au calme, etc.etc. Et je crois que l'on va en voir encore plus cet été. Mais j'espère me tromper...

Jean-Louis 17/05/2020 05:55

Voilà un regard, une philosophie, qui me touchent au plus profond de mon être : Bruno-Gilles Liebgott, le ‘’contemplatif adorateur du merveilleux et respectueux du sacré’’, mérite bien les hommages et l’honneur que lui réserve la presse et, notamment, les chaînes de télévision. Sa rencontre et sa relation particulière avec la renarde ‘’Fifine’’ que je vous ai déjà présenté sur ce blog, est également une magnifique consécration : peut-être que cet exemple fera avancer le débat sur l’utilité des renards dans la nature ? J’aimerai le croire mais, j’observe surtout que, ici et ailleurs, ces tueries stupides et cruelles se poursuivent… Et cela me brise le cœur !

Zoé 17/05/2020 14:20

Je pourrais récrire mot à mot ton commentaire Jean-Louis . Je pense exactement la même chose et les tueries me brisent le cœur de la même façon. Passez un bon dimanche Michèle et toi.