Quelles astuces existe-t-il pour limiter la prédation des chats ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Bien que le chat ne soit absolument pas la première cause de disparition des oiseaux, insectes et autres petits rongeurs, des dispositifs existent pour essayer d'atténuer sa prédation. Certaines de ces astuces, comme le port d'une clochette, sont d'ailleurs très controversées...

Que nous le voulions ou non, le chat est et reste un prédateur… DR

Comme expliqué dans l'article « Chasser les chats errants pour protéger la petite faune sauvage ? », la stérilisation est la solution numéro 1 pour lutter contre la surpopulation féline et donc la prédation sur la faune sauvage, l'errance animale et la surcharge des refuges. Toutefois, plusieurs autres astuces ont vu le jour ces dernières années pour atténuer cette prédation. La première consiste simplement à ne pas laisser sortir son chat

« Tous les comportementalistes ne sont pas d'accord, je suis moi-même partagée sur ce qu'il faut faire, avoue Brunilde Ract-Madoux, éthologue et consultante en comportement félin. Nous avons conscience de cette prédation mais nous sommes aussi là pour satisfaire les besoins du chat et assurer son bien-être. Pour cela, je ne pense pas que confiner son chat, surtout s'il a l'habitude de sortir, soit une bonne chose. » Si toutefois vous voulez contrôler ses allées et venues, la comportementaliste conseille de progressivement l'empêcher de sortir au crépuscule et à l'aube, moments de la journée où le chat est le plus susceptible de croiser des proies potentielles. « Mais il peut chasser des oiseaux toute la journée dans tous les cas… ajoute-t-elle. Si on veut le garder à l'intérieur, il faudra alors lui prévoir des activités : jeux, exploration, aménagement… tout ce qui pourrait donner envie au chat de rester un peu plus à la maison ! », précise l'éthologue.

Autre solution, et qui est certainement la plus controversée : mettre une clochette sur le collier de son chat afin de faire fuir ses victimes. « Même si aucune étude ne l'a montré à ma connaissance, je pense qu'une clochette qui tinte toute la journée peut vraiment déranger le chat, estime Brunilde Ract-Madoux. Par ailleurs, porter un collier peut être dangereux. Il peut arriver que le système de sécurité permettant au collier de se détacher, s'il s’accroche quelque part, soit défaillant ». Quitte à choisir, l'éthologue opterait plutôt pour les collerettes colorées, qui rendent visible le prédateur à une grande distance. « Je pense que le chat est capable de s'y habituer, mais pour certains d'entre eux, il faudra un peu de temps », estime la comportementaliste. « On sait que cela permet de réduire le nombre de captures d'oiseaux en plein jour. Et la collerette est moins gênante pour le chat que d'autres dispositifs. Le problème reste le même, la collerette doit être attachée à un collier. Donc à utiliser avec grande prudence ! »

Aménager son jardin

Mais plutôt que d'agir sur l'animal, il est préférable d'aménager son environnement. Pour l'empêcher de grimper aux arbres, des systèmes existent. Pourquoi ne pas entourer le tronc ou protéger les nids ou nichoirs avec des arceaux anti-prédateurs ? La boutique en ligne de la Ligue de protection des oiseaux propose ainsi différents systèmes. Une autre bonne mesure consiste à planter des buissons denses, en partie épineux, qui serviront d’abri à la faune et qui sont plus difficiles d’accès pour les chats. « Si vous voulez installer des mangeoires dans votre jardin, pensez à le faire dans un endroit inaccessible pour les chats, ajoute Brunilde Ract-Madoux. Enfin, il faut savoir que bien nourrir son animal ne changera rien car le chat ne chasse pas par faim, c'est un comportement naturel. »

 

Animaux-Online (15.05.2020)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Chasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Que les propriétaires de chats commencent par être responsables: aimer les chats c'est aussi assumer les responsabilités et les frais qui vont avec (surveillance, castration, vaccination).
Répondre
J
D'accord avec toi JL, sauf pour certaines vaccinations qui sont plutôt de l'ordre du business !
C
Le sujet est à l'évidence plutôt polémique ! Pour autant, il y a dans les commentaires, quelques bonnes solutions qui sont avancées. Je pense par ailleurs que certains chiffres sont exagérés : comment pourrait-on comptabiliser effectivement ce genre de prédation ? Parmi les jeunes oiseaux qui sortent des nids, combien sont victimes de prédateurs naturels (fouines, martres, renards, rapaces...) ? Je pense qu'il est un peu facile de tout mettre sur le dos des chats...
Répondre
J
Encore un faux problème que nous ne résoudrons pas. Il y a sûrement trop de chats, peut-être aussi trop de chiens et probablement trop d'humains. Mais la régulation que nous tenterons sera sans doute pire que le problème. Il y avait des chats à la campagne et beaucoup d'oiseaux aussi dans ma jeunesse, alors cherchons ailleurs ...
Répondre
K
Mais pourquoi s'attaquer aux chats ???...
Oui le chat est un prédateur et restera toujours un prédateur !!! On n'y peut rien !!
Répondre
Z
Il faudrait déjà que les pouvoirs publics mettent en place des campagnes de stérilisation systématique pour limiter les populations de chats errants . Pour le reste , c'est une question de prédation naturelle du chat comme celle d'autres animaux dans la nature .
Répondre
D
Selon les chiffres trouvés sur le net il y aurait un peu plus d'un million de chasseurs en France dont le tableau annuel serait de 45 millions d'animaux. Il y aurait aussi plus de 12 millions de chats dont certains chassent toute l'année et attrapent oiseaux, reptiles, insectes, rongeurs... Toujours est-il que si des chats passaient dans mon petit jardin, mes lézards et geckos auraient peu de chance de survivre, ce qui épargnerait, en revanche, leurs nombreuses petites proies invertébrées qui ont aussi leur place dans la nature. A chacun d'en tirer une conclusion
Répondre
F
Mais pourquoi vouloir aller contre la nature en général et contre celle des chats en particulier ? pour protéger quelques oiseaux ? Le chat est assez malin pour aller les chercher ailleurs. Allons-nous essayer aussi de limiter la prédation chez d'autres animaux carnivores ? Ayons assez d'humilité pour accepter la nature telle qu'elle est car ce n'est pas nous qui l'avons créée. Soyons juste conscients que la perfection (telle que nous voudrions peut-être qu'elle soit !) n'est pas de ce monde et que nous ne comprenons pas tout ce qui nous entoure. Bien sûr on n'aime pas du tout nous non plus les "cadeaux" que notre chat nous dépose sur le paillasson, rouge-gorge, mulot etc., parfois encore vivants, et il nous est même arrivés de le gronder. Mais que peut-il bien comprendre à notre réaction ?
Je pense qu'on peut essayer d'orienter son alimentation vers plus de végétal, ne serait-ce que pour améliorer sa santé, mais limiter son instinct de prédateur ne me semble pas réaliste. En tout cas, ce n'est pas une mission pour l'être humain. Nous avons le choix de notre mode de vie et d'alimentation, mais lui l'a-t-il ?
Répondre
F
Je disais "quelques oiseaux" en référence à la phrase qui suit et non à celle qui précède. Désolée pour cette maladresse, Jean. Mais je me garderais bien de généraliser. Bien sûr les chiffres sont sans aucun doute énormes et c'est bien triste, mais si nous avons le pouvoir de faire quelques petits gestes pour sauver des oiseaux, nous n'avons pas encore celui de diriger la nature ! Quant à l'alimentation du chat, j'affirme qu'elle ne doit pas être exclusivement carnivore, sinon le chat aura des problèmes de santé. Chez nous c'est globalement 2/3 produits animaux et 1/3 végétal : carottes, courgettes, haricots verts, huile d'olive, riz, etc. Tout vétérinaire sait cela. Sur ce sujet, je suis très bien renseignée et notre chat est en parfaite santé.
J
Jean est à l'évidence bien renseigné : il est curieux comme, dans certains cas, des chiffres sont promptement avancés ! Demandez aux instances cynégétiques combien de renards sont abattus annuellement et on ne saura vous répondre... En revanche, quand il s'agit d'accabler telle ou telle espèce, tout est bon !
Il faudrait, là encore, raison garder et éviter les généralisations hâtives ! Je le dis et le répète, pour ce qu'il est des chats, tous ne sont pas des "serials killers" et, si notre nature n'était pas aussi détraquée qu’elle l'est actuellement, ces prélèvements ne seraient pas vraiment dommageables car, si les chats attrapent des oiseaux, ils s'en prennent aussi aux rongeurs ce qui est plutôt appréciable non ?
Par ailleurs, il faudrait vraiment que les pouvoirs publics aident davantage les associations de protection des animaux en participant financièrement aux campagnes de stérilisations ce qui réglerait partiellement le problème… Mais, on préfère verser des milliers d’euros de subventions aux fédérations de chasseurs plutôt que quelques centaines d’euros aux protecteurs des animaux…
J
quelques oiseaux, oui 70 millions d'oiseaux. , prédation surtout dans les nids sur oisillons non volant. Plus de végétal, mais bien sur, le chat étant un ordre des carnivores ,attention aux glucides..........................pauvre chat
F
J"ai installé un système à ultra-sons proposé par la LPO, mais je n'ai pas vu d'effets, il ya aussi des plantes réputées déranger les chats mais cela concerne aussi les chiens etc'est vendu comme arbuste ayant la réputation de faire fuir les chats et les chiens comme Plectranthus caninus, Mélisse, Immortelle d’Italie, et il y a aussi des couvre-sols comme Houttuynia cordata, etc...
Répondre