A propos des ‘’marchés humides’’ asiatiques…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Alors que de nombreux pays ont interdit les marchés humides depuis la pandémie de coronavirus, à certains endroits du monde, ils ont malheureusement encore lieu. L’Indonésie fait partie de ces pays où ce genre de marchés, qui se déroulent dans des conditions sanitaires déplorables, ont encore lieu. En Chine, les marchés ont aussi repris après que le gouvernement a levé les interdictions…

Le marché de Qingping à Guangzhou, en Chine, l'un des nombreux "wet markets" asiatiques où l'on peut acheter des animaux vivants, afin de les préparer pour le dîner plus tard. C'est dans un de ces marchés qu'aurait émergé le nouveau coronavirus. Photo : Staff photographer/Reuters (Cliquez pour agrandir)

Le marché de Qingping à Guangzhou, en Chine, l'un des nombreux "wet markets" asiatiques où l'on peut acheter des animaux vivants, afin de les préparer pour le dîner plus tard. C'est dans un de ces marchés qu'aurait émergé le nouveau coronavirus. Photo : Staff photographer/Reuters (Cliquez pour agrandir)

Bien que le monde soit toujours aux prises avec la pandémie de coronavirus et que de nombreux pays soient confrontés à une pénurie aiguë de fournitures médicales adéquates; la Chine a rouvert ses marchés humides qui sont à l’origine du coronavirus mortel. La Chine est en train de lever lentement le verrouillage de ses marchés; car l’incidence des nouveaux cas de coronavirus a diminué.

Elle a permis l’ouverture de plusieurs lieux tels que des centres commerciaux et brièvement même des salles de cinéma. Les marchés humides vendent non seulement de la viande et du poisson frais; mais aussi des animaux tels que des pangolins, des chauves-souris, des serpents et des chiens destinés à la consommation humaine. Le marché aux fruits de mer de Huanan à Wuhan est censé être l’épicentre de la pandémie et on pense que la première personne qui a contracté l’infection, un homme de 55 ans de la province de Hubei, a peut-être attrapé le virus dans ces marchés aux puces.

En Chine, le marché humide est également une plaque tournante du commerce illégal d’animaux sauvages; on y vend des animaux tels que des pangolins, des pythons, des ours, etc.

Alors que le coronavirus se propage toujours, l’association PETA diffuse une nouvelle vidéo commentée par Aymeric Caron. Tournées dans les dernières semaines, ces séquences montrent des marchés d'animaux vivants au Cambodge, en Chine, en Indonésie, aux Philippines, en Thaïlande et au Vietnam, où souffrent des chiens, singes, civettes, lapins, chauve-souris et autres animaux dans des conditions insalubres et dangereuses…

Vidéo : Aymeric Caron narre une nouvelle vidéo choc sur les ‘’marchés humides’’ sales et sanglants (1 :57)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Bidoche, Consommation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Vidéo horrible et dégoûtante <br /> Ceux sont des sales pourritures et j’aimerais bien leur faire la même chose et après on va se demander pourquoi ce virus ne part pas ????????????????????????
Répondre
C
L'horreur, une fois encore ! N'a-t-on donc tiré aucune leçon du drame que nous vivons encore ? Je suis outrée que de tels commerces puissent encore exister, outrée et en colère contre ceux qui tolèrent ces pratiques ! La santé des humains a donc si peu de valeur... <br /> J'abonde dans le sens d'autres commentaires qui font remarquer que la "demande" créée l' "offre" et c'est pareil chez nous avec l'ensemble des élevages ! Ne plus acheter de produits qui en sont issus en signe logiquement, sinon le fin, au moins des changements de pratiques...
Répondre
K
Je ne regarderai pas la vidéo (trop sensible...)<br /> Cela me dégoûte, me révolte au plus haut point !!!!!!!!!!!!!
Répondre
A
Moi non plus je ne regarde plus ces vidéos car comme je le disais à Zoé je me sens comme le colibri qui essaye d’éteindre le feu de la savane en apportant sa goutte d’eau...donc j’essaye de vivre en accord avec mes idées ... au fond de mes champs! Et comme le dit Françoise : il suffirait d’arrêter d’acheter et toutes les horreurs ne se vendraient plus donc il n’y en aurait plus à la vente.
Répondre
S
Une preuve qu'il est parfois difficile de nous départir de nos traditions comme de nos idées, surtout lorsqu'on croit qu'elles sont bonnes...
Répondre
J
1,4 milliards de chinois, et nous et nous..... Sommes nous meilleurs qu'eux?
Répondre
F
Pas de chance... je découvre ces horreurs juste avant de passer à table... de quoi vous couper l'appétit. Mais je préfère être informée. Merci Jean-Louis. Et je me dis une fois de plus que s'il n'y avait personne pour acheter, les vendeurs pourraient se chercher un autre métier. Mais c'est loin d'être le cas malheureusement.
Répondre
C
Je préfère ne pas regarder : j'en ai déjà vu et c'est insupportable... et d'une tristesse...
Répondre
C
quelle horreur. je n'ai pas tout regarder, je ne peu pas.
Répondre
S
Des inconscients ? des crétins sans cerveau ? des connards ? des tortionnaires ? des débiles profonds sans cœur et sans pitié ?<br /> Ils méritent tous ce qu'ils font subir aux animaux !
Répondre
L
ces marchés sont des abominations ; hélas rien ne sert de leçon :( les scientifiques expliquent pourtant que les virus émergents viennent de notre rapport à la nature et aux animaux , mais ils crient dans le désert :(
Répondre
A
Pauvre de nous...
Répondre
D
terrifiant
Répondre
D
CHACUN PEUT, en toute conscience, signer les pétitions, refuser de manger de la viande, éliminer les produits chimiques de notre environnement !<br /> Soutenir les ONG qui luttent contre toute cette barbarie d'un autre monde !<br /> " PERE, pardonnez leurs, car ils ne savent pas ce qu'ils font ! "<br /> Depuis des décennies l'homme n'a pas évolué, mais le jour est là, où, " une simple goutte " fera basculer toutes les consciences dans une vibration supérieure !!!<br /> J'y crois fermement.
Répondre
Z
Atterrant! Visiblement rien ne sert de leçon ! Et ne nous sentons pas blancs comme neige , nos élevages industriels sont aussi des lieux de torture et des réservoirs à virus !
Répondre
A
Hélas tout à fait d’accord avec Zoé et je me sens comme le colibri qui apporte sa goutte d’eau pour éteindre la savane en feu.