Michel Marsillac, chasseur d’image

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’était évidemment avant le confinement ! Pour lui aussi tout est en suspend y compris l’expo photo qu’il préparait pour ce printemps : néanmoins je ne résiste pas à vous présenter cet homme de passion que je comprends parfaitement même si ma démarche personnelle est différente…

Les cervidés sont un sujet de prédilection pour le photographe deux-sévrien. Photo : © Michel Marsillac

Les cervidés sont un sujet de prédilection pour le photographe deux-sévrien. Photo : © Michel Marsillac

Au moment où les chasseurs décrochent leur fusil, Michel Marsillac prend son appareil photo en bandoulière. Objectif : capturer les animaux sauvages…

Les amoureux de la nature le savent : le brame du cerf, époque des amours des cervidés quand les grands mâles émettent un râle particulier à la nuit tombée pour séduire les biches, est un spectacle rare. C’est une chance de pouvoir observer ce rut automnal, pour qui s’approche prudemment. Ou encadré par un spécialiste, car un cerf surpris peut charger, d’autant que parfois deux mâles se battent…

C’est l’une des cibles du Niortais Michel Marsillac, qui « planque » régulièrement en forêt de Mervent-Vouvant (sud de la Vendée), où il tente patiemment de capturer ce rituel en photos, et les animaux sauvages en général (…).

Si en vous baladant en forêt, voire au crépuscule, vous croisez un homme assis à la lisière d’un chemin, encapuchonné des pieds à la tête en style camouflage, ce n’est pas un militaire en manœuvre. Mais peut-être Michel Marsillac patiemment installé, à l’affût, derrière son appareil photo à l’objectif impressionnant.

Patience et émotions

« Ce n’est que du bonheur », chuchote le photographe, qui arpente la campagne en camping-car et peut passer une partie de la nuit à attendre de voir apparaître une bête : « Je ne fais pas que de la photo animalière, je les admire aussi à la jumelle pendant l’approche, j’observe leur comportement. Il faut être intégré dans le paysage, avec cagoule et gants, car la première chose qu’un animal détecte, c’est la clarté du visage et des mains. Un jour, un renard est même venu se coucher à côté de moi ! Faire de la photo animalière, c’est d’abord respecter le territoire des animaux, y venir et en repartir sur la pointe des pieds. »

Pourtant rien ne prédisposait le retraité Michel Marsillac, ex-responsable au service des sports de la ville de Niort, à devenir un chasseur d’images, depuis une vingtaine d’années : « Tout petit, à Souvigné, mon père m’a fait découvrir et aimer la nature, puis un jour, devant mon goût pour la photo, mon beau-frère m’offrit mon premier Mamiya MSX 500. »

La passion a fait le reste, avec plus tard un passage par le Caméra photo-club niortais et même un prix lors de sa première expo, en 1983, à Vichy : « J’aime me déplacer un peu partout en France, surtout dans des coins reculés, en Espagne ou en Italie aussi », poursuit Michel Marsillac : « C’est une passion où il faut avoir une patience énorme, avec souvent des heures d’attente dans un silence total, parfois pour rien, mais quand un animal sauvage apparaît, l’émotion vous envahit ! Après, quand on les visionne, des souvenirs sont attachés à chaque photo animalière. Et quand je vois vivre les animaux dans la nature, je me dis que les envahisseurs, c’est nous… »

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kimcat 28/04/2020 19:18

Cela fait chaud au coeur de savoir qu'il existe sur terre des gens comme lui...

Claire 26/04/2020 06:18

Si l'humanité pouvait changer et cesser ses massacres, on ferait un pas énorme !
Vive la chasse... oui mais photographique uniquement : j'aime beaucoup le commentaire d'Anne (plus bas) qui est certes utopique mais, qu'importe ! Rêvons, cela fait du bien...

Cléo 25/04/2020 15:27

C'est superbe Jean-Louis! Je peux le comprendre, en partie : je suis aussi dans un club photo et les photographes animaliers du club s'ennuient de leurs sorties. Moi, j'ai hâte que la nature se réveille pour prendre les fleurs et insectes surtout. Nous aussi notre exposition est probablement annulée... Bises et belle journée à Michèle et toi!

Zoé 25/04/2020 13:54

Quel bonheur de lire cet amoureux du Vivant! Oui, les envahisseurs c'est nous!

dominique 25/04/2020 12:21

Il a raison "les envahisseurs c'est nous"

domi 25/04/2020 12:10

respecter le territoire des animaux : tout est dit

osswald pierre 25/04/2020 11:55

40éme jour de confinement. Hier soir j'ai longuement admiré le beau croissant incliné de Vénus pas loin au-dessus de l'horizon ouest, un beau spectacle. Puisqu'il est question de photo et de cervidés, ce matin au réveil une surprise dans mon jardin, deux chevreuils en train de jouer et de brouter mes iris. Frères et soeurs ou peut-être des adolescents, ne portaient pas de masques, c'est imprudent. Pas de photos je ne suis pas aussi vif que Jean-Louis et mon appareil date de Nadar. Jardinage aujourd'hui, j'ai repiqué des laitues Appia, une excellente variété, presque aussi tendre et craquante que la grosse blonde paresseuse. Une belle journée s'annonce, le romarin est en fleur, mon rosier pimprenelle aussi. Une merveille ce rosier, de petites fleurs jaune pâle fripées comme de la soie. Une belle journée donc et personne pour m'emmerder, c'est génial. Demain je vous parle du bail emphytéotique que je viens de conclure avec mes hirondelles, même ces créatures d'habitude charmantes deviennent procédurières.

Jean-Louis 26/04/2020 06:35

Vivement la suite de tes observations : tu nous as mis l'eau à la bouche...

Cléo 25/04/2020 15:22

Tout comme Domi, j'adore ce superbe commentaire! ????

domi 25/04/2020 12:12

voilà un commentaire très agréable à lire !!!

Anne 25/04/2020 09:09

Bonjour, Ça fait longtemps que je me demande pourquoi on n’invente pas des fusils qui tirent... des photos. Le chasseur arpente la campagne avec ses chiens. Quand ils lèvent un gibier, le chasseur tire et immortalise sur une photo l’impact qu’aurait eu la balle puis continue d’admirer l’animal sauvage. Ensuite il peut montrer la photo comme un «  trophée de chasse ». De nos jours c’est sûrement possible et la photo pourrait même aller aussitôt sur leur téléphone et ces chasseurs à photo pourraient aussi appartenir à des fédérations de chasse. Mais je crois que je rêve ???? En tout cas encore merci pour ces billets.

Jean-Louis 26/04/2020 06:20

Voilà une image que j'adorerais ! Votre rêve, Anne, est également le mien...
Bonne journée à vous !

Jean-Louis 25/04/2020 06:03

La seule "chasse" qui ne m'insupporte pas...
Michel Marsillac doit ronger son frein : peut-être nous dira-t-il comment se passe son confinement ?