Inquiétudes après la découverte de visons malades aux Pays-Bas

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les autorités sanitaires néerlandaises ont bouclé le périmètre autour de deux fermes d’élevage de visons dans le sud du pays. Elles disent y avoir constaté plusieurs cas d’animaux malades du Covid-19.

 

Périmètre de sécurité autour d’un élevage de visons à Beek, aux Pays-Bas, le 26 avril 2020. Les animaux ont été testés et se sont révélés contaminés par le nouveau coronavirus. Photo Rob ENGELAAR/ANP/AFP

Les autorités néerlandaises affirment avoir observé plusieurs cas de contamination au Covid-19 sur des visons dans des fermes de Germert-Bakel et Laarbeek, deux communes rurales du Brabant-Septentrional (sud), qui élèvent les Mustélidés pour leur fourrure. “Les visons présentaient plusieurs symptômes, et notamment des problèmes respiratoires”, peut-on lire dans un communiqué du Ministère de l’agriculture, publié ce dimanche 26 avril. “Une enquête est en cours afin de déterminer la source de la contamination. Comme plusieurs employés des deux entreprises ont présenté des symptômes du coronavirus, on suppose qu’il s’agit d’une contamination entre l’homme et l’animal.” Si cela est avéré, il s’agit d’un nouveau franchissement de la barrière inter-espèces. Mais cette fois-ci, avec des animaux d’élevage.

Par mesure de précaution, sur place, les autorités sanitaires interdisent l’accès aux passants et cyclistes dans un périmètre de 400 mètres autour des deux fermes touchées, comme le montrent les images de la télévision régionale Omroep Brabant. D’après la télévision publique NOS, les deux entreprises abritent environ 20500 animaux. Les propriétaires des élevages de visons concernés ont également interdiction de transporter bétail et fumier hors de leurs exploitations.

Selon la NOS, c’est la première fois au monde que des contaminations au Covid-19 sont confirmées sur des animaux d’élevage. Le ministère de la Santé exhorte les éleveurs de visons du pays à alerter les autorités au moindre doute et de soupçons d’animaux malades. Cependant, il estime également qu’il “n’y a pour le moment aucune indication selon laquelle les animaux d’élevage ou domestiques jouent un rôle dans la propagation du Covid-19.”

Au même titre que la province voisine du Limbourg, le Brabant-Septentrional est considéré comme l’une des régions des Pays-Bas les plus touchées par la pandémie. Plus de 4 400 personnes sont décédées du Covid-19 dans le pays jusqu’à présent…

 

Antoine Mouteau/Courrier International (26.04.2020)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Pauvres visons dans ces sordides et cruels élevages...
Répondre
M
Oui ces élevages sont une honte
Aucun animal ne mérite de vivre enfermé pour être tué
Toute cette cruauté pour la mode
Intolérable
Répondre
M
A chaque jour son lot d'atrocités! N'est-ce pas le moyen pour la Planète de nous rappeler ce dont l'humain est capable car nous l'oublions trop facilement. Si au moins, le confinement permettait aux hommes de faire un retournement sur lui!
Répondre
F
Très inquiétant pour eux et pour les humains. La situation n'est nulle part sous contrôle. Le virus avance masqué...
Répondre
Z
Pauvres animaux! Si au moins ça pouvait faire fermer ces élevages de la honte .
Répondre
C
Une horreur que ces élevages que l'on aimerait d'un autre temps mais qui, hélas, ne semblent pas vouloir disparaître... Tout comme avec les "marchés humides" chinois, c'est probablement de là que partent les zoonoses aux conséquences que l'on sait...
Répondre
C
Je ne savais pas que ça existait encore des élevages pour de la fourrure de visons! Ce n'est pas une bonne nouvelle cette contagion...
Répondre
C
fermeture définitive de cet élevage. Pauvres bettes
Répondre
D
Si l'éthique, le respect des autres espèces et la compassion n'ont pas suffi à faire cesser ces élevages immondes, le covid va peut-être réussir..puisqu'il ramène au danger pour les humains !!!!
Répondre
L
très inquiétant
Répondre
D
très inquiétant, il y a longtemps qu'on aurait du cesser ce type d'élevage, on peut craindre pour la faune sauvage...
Répondre
S
Il faut fermer ces fermes d'élevage. Arrêter la fourrure.
Répondre
A
Il y a encore des élevages d’animaux sauvages pour leur fourrure quelle horreur Si Stop fourrure ne peut pas les arrêter, peut être que la peur des virus pourrait y arriver...
Répondre