Ils parcourent une partie de l'Europe à pied et ramassent chaque jour les déchets rencontrés sur leur chemin

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un couple a marché deux ans, parcouru 10 000 kms par les petits chemins du sud de l'Europe. Parti du Portugal en février 2018, le couple a fini cette traversée humaniste et sportive à Istanbul il y a quelques jours…

Marie Couderc accompagnée dans sa collecte de déchets. Photo : © 2 Pas vers L’Autre

Marie Couderc et Nil Hoppenot, la trentaine, partis en février 2018 du Portugal, sont arrivés à İstanbul il y a quelques jours. Ils ont marché 10 000 kms, traversé 19 pays du sud de l’Europe en empruntant toujours de petits chemins.

Préserver la nature

S’ils ont choisi la marche comme moyen de déplacement c’est pour rencontrer ceux qui vivent loin des grands axes. Ils voulaient aussi préserver ainsi la nature et la rendre plus belle en la nettoyant.

1 Kg for the Planet

Dans leurs sacs à dos qui pesaient en moyenne 20 kg, Marie et Nil gardaient toujours une place pour l’environnement. Ils ramassaient jusqu'à 1 kg de déchets trouvés en chemin qu'ils jetaient quand ils le pouvaient. C'était l'effort qu'ils souhaitaient faire pour la planète. Ils voulaient ainsi montrer que chacun, au cours de ses randonnées, grandes ou petites, peut faire la même chose.

Rencontre chaleureuse dans les villages. Photo : 2 Pas vers L’Autre

120 parcs et réserves traversés

Ils ont parcouru 19 pays toujours ensemble, parfois accompagnés. Des randonneurs les rejoignaient et marchaient plusieurs jours avec eux. Ils empruntaient des petits chemins, certains datant de l'antiquité, d'autres créés pour le passage des bêtes, souvent peu tracés, que leur indiquaient les villageois ou les internautes qui les suivaient.

La découverte des chemins indiqués par les villageois. Photo : 2 Pas vers L’Autre

La peur du migrant

Au-delà de la richesse des rencontres et de la beauté des paysages, ce qui a le plus marqué Nil, c’est un phénomène nouveau sur ces chemins de l’aventure : la peur du migrant. Du Portugal à la Turquie, "on nous a toujours pris pour des migrants"

« Dans certains pays cela se passait bien, se limitant à une simple question, dans d'autres la police était appelée pour vérifier nos identités... »

Emmanuel Moreau*

 

Retrouver Marie Couderc et Nil Hoppenot de l'association Deux Pas vers l'Autre au micro d'Emmanuel Moreau

 

*Esprit d’Initiative, du lundi au vendredi à 6h18 sur France Inter

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Initiative

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
super ! quel courage ! mais c'est quand meme malheureux de voir que les gens ne respectent pas la nature et que l'on soit obligè de ramasser derriere eux.
Répondre
K
Formidable initiative...
Ramasser des déchets, c'est ce que je fais très souvent, tant cela me désole de les voir traîner.
Bon WE Jean-Louis
Répondre
D
Je risque de me faire huer ...mais je ne suis pas pour; nous "payons", pas au sens pécuniaire bien sûr, environnementalement parlant, déjà tous assez cher pour ces irresponsables qui continuent à consommer idiot en tuant la Planète, qui jettent leurs déchets par la fenêtre de leur voiture en action, ce sont certainement les mêmes qui jettent leurs détritus dans la Nature ....et ce sont ceux qui ne le font pas qui ramassent !!!!! A la limite si les malotrus pouvaient savoir et en tirer les conséquences, cela pourrait être éducatif et peu à peu entraîner tous les citoyens au respect de la Nature (et d'eux-mêmes) Mais ils ne le savent pas et même si: cela pourrait être contre productif, d'autres ramasseront alors allons-y gaîment. Dans la rue si on demande poliment à un passant qui jette canette ou papier à terre d'attendre de croiser la poubelle qui est en bas de la rue , on se fait insulter, tutoyer alors qu'on a poliment vouvoyé. Alors l'exemple il sert à quoi !!! c'est du vécu et du re re vécu..car nous n'abandonnons pas le côté "éducatif". Ils jettent quand même..et bien dans ce cas je ne ramasse pas!!!
Répondre
Z
D'un côté j'apprécie leur démarche exemplaire mais de l'autre ça me fait rager que ce soit nécessaire de nettoyer derrière des gens qui vont recommencer car s'en foutent . Cette peur du migrant est bien triste aussi!
Répondre
C
Je ne sais pas que dire! C'est bien ce qu'ils ont fait, et c'est une belle expérience pour eux, mais, dans la situation actuelle, n'aurait-il pas fallu qu'ils entrent chez eux à la mi-mars avec ce virus qui circule? En plus, il va toujours y avoir des gens pour jeter des détritus partout : pourtant, tout le monde le sait que ça va dans les poubelles! Peut-être manque-t-il de poubelles justement? Bises et belle journée.
Répondre
F
Nettoyer les bas-côtés des chemins, c'est ce que nous faisons si possible une fois par mois dans notre commune, avec gants et pinces. Mais là où nous marchons une heure habituellement, sans ramasser les déchets, il nous en faut 3 pour ramasser tout ce que les gens ont jeté : paquets de cigarettes, mégots, papiers de bonbons, bouteilles vides, canettes de bière, etc. Et un mois plus tard, il y en a encore autant ou presque. Mais au moins quand nous reprenons la marche sans ramasser, nous avons le plaisir d'être dans la nature ou du moins nous en avons l'impression, car parfois il suffit d'écarter un peu les herbes qui ont poussé ou de regarder un peu mieux au fond du ruisseau pour découvrir ce qu'on n'avait pas vu...
Répondre
M
bonjour,quel courage et passion en meme temps, et à la fois,hyper dangereux par les temps quicourent
il faudrait un soutien,un encadrement pur éviter les pièges
à quand un nouvel article,tellement intéressant;bravo!!
une grand mère de 80 ans-en bretagne-france
Répondre
D
Ramasser les merdes des autres...
je l'ai fait seul et à part un petit article dans le journal local et mon indignation : rien !
je l'ai fait en groupe et à part un petit goûter d'autosatisfaction : rien !
Prêcher des convertis ne sert à rien !
Alors comment convaincre les autres ?
- les culpabiliser
- les punir
- les frapper
- les dénoncer
- faire la grève de la faim
- s'immoler sur la place publique
- leur dire que ce qu'ils font n'est pas bien
(liste à compléter si possible avec des "trucs" efficaces)
Traverser l'Europe drapé dans sa vertu et agiter quelques sacs poubelles sous le nez des gens du cru
- à quoi ça sert ?
- à les agacer
- à les humilier
- à les attrister
- à les amuser
- à leur donner l'envie de vous botter le cul
- à les habituer à lapider le prochain type avec un sac à dos...
Répondre
D
exemplaire !
Répondre
J
Une goutte d'eau mais qui ne perturbe pas trop la randonnée itinérante et sollicite, dans beaucoup de pays différents, la réflexion de ceux qui ne seraient pas sensibilisés aux déchets. Dommage que l'on assimile des randonneurs volontaires à des migrants qui ne randonnent pas vraiment par choix.
Répondre