Confinement, J.4

Publié le par Jean-Louis Schmitt

20 mars 2020. Comme je l’ai déjà dit ici même, malgré les circonstances assez catastrophiques dues à cette crise sanitaire inédite que nous vivons, certains sont mieux lotis que d’autres ! Ainsi, ceux qui disposent d’un jardin ou même d’un modeste jardinet, on la chance de pouvoir s’y ressourcer, se changer les idées, s’échapper l’espace d’un moment, de la morne réalité…

Nous avons fait de notre jardin un refuge, pas seulement pour les oiseaux mais pour tous les animaux qui veulent bien se mettre sous notre protection… Observé ce jour : un magnifique Orvet, des Osmies et nombre d’oiseaux ! Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Nous avons fait de notre jardin un refuge, pas seulement pour les oiseaux mais pour tous les animaux qui veulent bien se mettre sous notre protection… Observé ce jour : un magnifique Orvet, des Osmies et nombre d’oiseaux ! Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Nous avons fait de notre jardin un refuge, pas seulement pour les oiseaux mais pour tous les animaux qui veulent bien se mettre sous notre protection… Observé ce jour : un magnifique Orvet, des Osmies et nombre d’oiseaux ! Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Nous avons fait de notre jardin un refuge, pas seulement pour les oiseaux mais pour tous les animaux qui veulent bien se mettre sous notre protection… Observé ce jour : un magnifique Orvet, des Osmies et nombre d’oiseaux ! Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Les longues heures que nous passons actuellement dehors nous permettent opportunément de recenser les nombreuses espèces d’oiseaux que nous avons l’immense chance de pouvoir accueillir : grâce aux nombreux arbres -dont certains sont morts depuis plusieurs années mais, comme Renaud, vaguement chancelant mais toujours debout- nous voyons régulièrement le pic épeiche la remuante sittelle torchepot escalader les troncs en tous sens !

Un peu plus bas, au sommet du grand noyer, ce sont des pies qui s’activent bruyamment : elles y construisent un énième nid ! Pour autant, il n’est pas sûr que ce soit celui-là qui sera finalement retenu par les agaces pour y élever la nichée à venir : en effet, très actives, les pies érigent parfois 2 ou 3 nids simultanément avant d’opter pour tel ou tel !

Est-ce là une stratégie pour brouiller les pistes ou, plus prosaïquement, parce que l’un leur paraît finalement plus solide que les autres ? La logique des pies n’est pas forcément identique à la nôtre et, au final, pour des raisons qui, pour nous, demeurent bien mystérieuses, les oiseaux en habit noir et blanc font leur choix et s’installent où bon leur semble en ayant préalablement badigeonné l’intérieur de l’imposante construction de boue, garnie de brindilles et de racines et, pour finir, d’une couche de laine, de crin ou de plumes…

Mais, pour l’heure, nous n’en sommes encore qu’au gros œuvre ! ‘’Nos’’ pies effectuent inlassablement des allers-retours en transportant quantité de morceaux de branches dont une partie finit d’ailleurs par terre… Cela ne décourage pas les architectes qui recommencent encore et encore !

Cris de pie bavarde

Un grand arbre est généralement choisi pour y ériger le nid. Ici (photo en haut à gauche), l’ouvrage est en cours de construction. Sur cet ancien nid (en bas, à droite) on distingue le dôme caractéristique en guise de toit protecteur… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Un grand arbre est généralement choisi pour y ériger le nid. Ici (photo en haut à gauche), l’ouvrage est en cours de construction. Sur cet ancien nid (en bas, à droite) on distingue le dôme caractéristique en guise de toit protecteur… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Un grand arbre est généralement choisi pour y ériger le nid. Ici (photo en haut à gauche), l’ouvrage est en cours de construction. Sur cet ancien nid (en bas, à droite) on distingue le dôme caractéristique en guise de toit protecteur… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Un grand arbre est généralement choisi pour y ériger le nid. Ici (photo en haut à gauche), l’ouvrage est en cours de construction. Sur cet ancien nid (en bas, à droite) on distingue le dôme caractéristique en guise de toit protecteur… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Un grand arbre est généralement choisi pour y ériger le nid. Ici (photo en haut à gauche), l’ouvrage est en cours de construction. Sur cet ancien nid (en bas, à droite) on distingue le dôme caractéristique en guise de toit protecteur… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Un grand arbre est généralement choisi pour y ériger le nid. Ici (photo en haut à gauche), l’ouvrage est en cours de construction. Sur cet ancien nid (en bas, à droite) on distingue le dôme caractéristique en guise de toit protecteur… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le saviez-vous ?

Le nid de Margot, la pie ne contient jamais de branches feuillues. En démontant pièce par pièce un de ces ouvrages, un chercheur danois y a dénombré 598 branchettes pour un poids total de 4,6 kg

À suivre…

 

Et vous ? Comment vivez-vous ce confinement ? Racontez-nous !

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Encore une page comme je les aime ! il y a une certaine poésie, des belles photos et, en prime, le chant ou le cri des oiseaux concernés ! Avec tout ça, nous n'avons aucune excuse de ne pas nous en souvenir !
Merci à vous...
Répondre
E
Salut Jean-Louis,
C'est vrai qu'on a la chance d'avoir un jardin plus ou moins grand.
Donc ne passe pas trop de temps devant ton écran!
Santé et amitié à vous!
Ronald
Répondre
J
Merci Ronald ! Le vent froid qui sévit aujourd'hui ne m'a pas incité à traîner dehors : j'ai donc enfin pu avancer un peu dans mon courrier.
Amitié à la petite famille : prenez soin de vous !
O
Magnifique la gazza ladra. Malheureusement elle ne niche pas ici, erratique au printemps parfois en automne. Je me console en relisant les bijoux de la Castafiore. Si on aime les pies on peut en admirer une sur le superbe et très curieux tableau "les oiseaux" au musée des beaux arts de Strasbourg, ou encore "la pie" de Monet à Orsay, mieux encore celle qui traverse l'air glacé dans "les chasseurs dans la neige" de Bruegel à Vienne. Ça peut réconforter en ces temps difficiles. Bon dimanche.
Répondre
J
La pie est en effet très souvent représentée sur des tableaux de grands maîtres ! Il est vrai qu'elle est particulièrement photogénique et diablement prudente : nous en avons plusieurs qui viennent quotidiennement au jardin faire provision de croquettes déposées pour d'autres amateurs ou pour chercher de la terre pour maçonner l'intérieur de leurs nids mais, pour les surprendre, il faut vraiment se lever de bonne heure !
S
Le temps qu'on a est propice à la culture, du jardin ou de l'esprit. Toi tu fais les deux à la fois !
Répondre
J
J'essaie en tout cas !
Merci pour la visite...
D
très intéressant et réconfortant l'ami, ton jardin est une merveille, un peu l'Harmas de Jean-Henri Fabre, comparaison flatteuse mais méritée
Répondre
J
Merci Domi, Non, c'est loin de l'Harmas de JH Fabre mais, cela suffit à notre bonheur, plus encore actuellement bien sûr...
C
....et bien moi c'est "cousons, cousons" des masques pour les visiteurs ou voisins, des chiffonnettes pour les ambulanciers,...
Répondre
J
Bravo les filles : vous êtes formidables !
Gros becs (virtuels) à toutes...
Z
Merci pour ce bel article plein de vies ! Oui un jardin est un privilège dont je suis consciente aussi .
Des pies ont investi notre cerisier depuis des années et elles sont des hôtes très présentes! Et les minettes n'ont pas intérêt à s'approcher!
Je ne me suis jamais ennuyée chez moi, alors je ne change pas beaucoup mes habitudes à la maison , c'est juste ma vie culturelle du soir qui s'est vidée d'un coup mais c'est pour le bien de tous , restons chez nous.
Répondre
J
La culture et notamment le cinéma mais, surtout la présence bienveillantes (non virtuelles) de certains amis commencent à nous peser aussi ! Pour le reste, ce n'est pas vraiment compliqué : du travail i y en a toujours et il me reste environ une tonne de livres à lire...
J
Effectivement le fait d'avoir un jardin arboré, même très simple et en bord de mer, est un plus, dont nous sommes conscients, par rapport à beaucoup d'autres. Le notre n'a sûrement pas la richesse et la variété du votre.. Les oiseaux y sont beaucoup moins nombreux que dans le passé : merles, pinsons, rouge-gorges, mésanges, geais. Les accenteurs, les verdiers, les grives et d'autres ont disparu. En revanche, les pigeons restent très présents.
Répondre
J
Nous avons effectivement beaucoup d'oiseaux alors que, souvent, on nous dit que la présence des pies décourage les autres passereaux qui voudraient s'installer : le biotope est de plus en plus favorable, c'est peut-être là le "secret" !
Nous avons également une bonne quarantaine de pigeons bisets qui viennent nous voir plusieurs fois par jour : nous leur mettons quelques poignées de grains et, lorsqu'ils sont repus, ils repartent vers leur destinée !
Ça se passe bien...
J
Je range les photos argentiques sur une quinzaine d'années. C'était le temps d'avant. La tempête et la neige s'agitent dehors. De nombreux pinsons viennent malgré tout aux mangeoires. Nous préparons une tarte aux orties (sans schnaps, dommage...). J'ai téléphoné à mon filleul qui est d'astreinte chez EDF( ou engie, je ne sais plus) pour remercier ces personnes nous permettant d'avoir simplement du courant.
Répondre
J
Oui, il est important d'avoir une pensée pour ceux qui, confinement ou pas, sont essentiels à ce que nous puissions vivre presque "normalement" malgré tout !
Si, en cette période un peu compliquée pour tout le monde, se révèlent des comportements imbéciles (et il y en a...) il faut également mentionner les nombreux gestes -petits ou grands- de solidarité ! Nous y reviendrons...
K
Formidable article...
avec la pie bavarde en prime !
Bonne soirée Jean-Louis
Répondre
J
Merci Kimcat la fidèle ! D'autres jolis portraits suivront... j'espère !
S
Chez nous aussi, on a remarqué que les oiseaux, surtout les mésanges, fabriquent des leurres pour faire croire que la place est prise; mais on n'a pas autant d'oiseaux qui nichent que chez vous.
Aujourd'hui, on est resté dedans, vue la météo : classement de photos qui devait être fait depuis longtemps déjà, sur nos ordinateurs, et train-train quotidien.
On se met à la place de ceux et celles qui n'ont pas de jardin et pour qui ce confinement doit être encore plus pénible.
Répondre
J
De saines occupations Sylvie ! Moi j'en profite pour essayer de me mettre à jour du courrier en retard mais, comme le blog est assez chronophage, je n'avance pas beaucoup...
C
Superbe! Merci pour ce beau partage! Il est génial votre extérieur! Moi, ça va. Je crochète, pratique le tricot (en apprentissage) et je fais un cours de peinture en ligne (Liliflore). Et j'écoute des films et autres sur Internet (une chance que ça fonctionne). Bonne journée!
Répondre
J
Bonjour Cléo,
Tu es décidément très active ! Tant mieux : rien de tel que de s'occuper les mains et l'esprit pour ne pas sombrer dans la sinistrose ! Bon WE à toi...