Le « labo de la mort » en Allemagne testait aussi le glyphosate

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Accusé de fraude et de torture sur des animaux, le laboratoire agréé LPT a réalisé des études ayant servi dans le dossier de réautorisation de l’herbicide.

Les locaux de la société LPT, à Hambourg (Allemagne), en octobre 2019. Photo : Bodo Marks/Picture-Alliance/DPA/AP Images

Un chien beagle à l’agonie baigne dans son sang et ses excréments. Un autre, mort, est accroché par la patte à un crochet de boucher. Le cou coincé dans un étau, un singe se débat, terrorisé. Ces images insoutenables ont été tournées par un militant de Soko Tierschutz, une association allemande de protection des animaux, infiltré dans un laboratoire situé à Hambourg (Allemagne), entre décembre 2018 et mars 2019.

On est ici bien loin des abattoirs que filment d’ordinaire les activistes du droit des animaux. Laboratoire agréé par les autorités, LPT (Laboratory of Pharmacology and Toxicology) a pour vocation d’effectuer, pour des clients des secteurs pharmaceutique, chimique ou cosmétique, des tests sur des médicaments et des produits chimiques dans le respect des meilleurs standards. Ces firmes soumettent ensuite les résultats aux autorités dans le but d’obtenir une autorisation de mise sur le marché ou un renouvellement d’homologation pour leurs produits.

Diffusées sur la chaîne allemande ARD le 15 octobre 2019, ces images de torture au sein du « labo de la mort », comme l’a surnommé l’association, ont soulevé l’indignation au point de faire descendre des manifestants dans la rue.

Mais, outre ces violations du droit des animaux, le militant infiltré a également été témoin de fraude. Au cours d’une étude menée pour le compte d’un laboratoire pharmaceutique sud-coréen, un singe, mort au bout de six semaines, a été remplacé par un autre, vivant. Ni vu ni connu : les résultats ont ainsi été falsifiés. « C’est comme ça que ça marche, ici », lui a expliqué un employé.

La question cruciale de la génotoxicité

Or, un rapport publié conjointement par trois ONG (Corporate Europe Observatory, PAN Allemagne et Global 2000), mardi 11 février, révèle que LPT a réalisé vingt et un des 150 tests réglementaires qui faisaient partie du nouveau groupe d’études fourni par Monsanto et les autres fabricants réunis au sein de la « Glyphosate task force » pour l’approbation du glyphosate par l’Union européenne (UE) en décembre 2017. Trois de ces vingt et un tests concernaient la question cruciale de la génotoxicité de l’herbicide. C’est-à-dire sa capacité à endommager l’ADN, un processus qui peut induire des cancers.

C’est sur la base de ces études confidentielles que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), chargée de la réévaluation de l’herbicide, avait jugé le glyphosate non cancérogène et « peu susceptible d’être génotoxique » en novembre 2015. Dans le chapitre consacré à la génotoxicité de son rapport d’évaluation, aucune des 46 études réglementaires mentionnées ne montrait d’effets génotoxiques. Parmi elles : ces trois tests réalisés par LPT.

Dans son dossier de demande de réhomologation, comme l’exige la réglementation européenne, la Glyphosate task force avait également listé les résumés d’études universitaires indépendantes sur cette question de la génotoxicité, publiées dans les revues scientifiques. Mais elle avait disqualifié la totalité des 72 référencées, les jugeant « non fiables ». Or 54 montraient un effet génotoxique.

Quelques mois avant l’EFSA, en mars 2015, le Centre de recherche sur le cancer (CIRC), une agence des Nations unies, avait classifié le glyphosate « cancérogène probable », estimant le niveau de preuves concernant la génotoxicité élevé. A la différence de l’EFSA, le CIRC n’avait, lui, pris en compte que ces études indépendantes.

Si les fabricants ont jugé celles-ci « non fiables », c’est parce que, contrairement aux tests qu’ils commanditent et financent eux-mêmes pour constituer leurs dossiers, elles ne sont pas conformes aux « bonnes pratiques de laboratoire » (BPL). Cette norme de qualité n’a pourtant pas pour vocation de déterminer la toxicité d’une substance donnée. Elle a justement été conçue… pour empêcher la fraude.

Elaborées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) depuis 1992, les BPL ont été créés en 1978 aux Etats-Unis à la suite d’un scandale retentissant. Le laboratoire Industrial Bio-Test avait pour habitude de laisser pourrir les animaux dans leurs cages, si bien qu’une grande partie des observations étaient inventées. A l’issue d’une enquête, des centaines de tests de toxicité de pesticides et de produits chimiques connus avaient été invalidés.

Tumeurs devenues de simples « inflammations »

Est-ce là ce qui attend les tests effectués par LPT ? Recueillies dans d’autres reportages de l’ARD, les révélations d’anciens employés du laboratoire allemand témoignent de mauvaises pratiques depuis 2005 au moins. Et jettent le doute sur la qualité et la véracité des études réalisées par ce laboratoire, l’un des plus importants du pays, avec 175 employés répartis sur trois sites. L’un d’entre eux a depuis été fermé par le gouvernement.

« Nous garantissons, grâce à notre expertise scientifique d’excellence, que notre travail sera accepté par toutes les autorités régulatrices », promet LPT sur la page d’accueil de son site. Contacté par Le Monde, le laboratoire n’a pas fait de commentaire.

Le remplacement d’un singe mort ne semble pourtant pas inédit. Un ancien employé rapporte un incident identique dès 2005, dans le cadre d’une étude pour un traitement contre le cancer. On ignore si ce médicament est aujourd’hui sur le marché. Un autre dit avoir assisté au remplacement de rats, trépassés quelques jours après le début des tests qui les exposaient à une substance dont le nom n’est pas connu. Une femme se souvient avoir dû falsifier des données. « Si les résultats ne répondaient pas aux attentes, on me demandait de les améliorer », relate-t-elle. Dans un dernier cas, enfin, les tumeurs développées par les animaux sont devenues de simples « inflammations » dans le rapport final.

Comment expliquer que de telles pratiques chez LPT, qui existe depuis quarante-cinq ans, aient pu passer inaperçues ? Quels médicaments, quels pesticides y ont été testés ? L’Institut de gestion des risques allemand, le BfR, a assuré au Monde ne pas disposer d’une telle liste.

L’association Soko Tierschutz a pour l’instant réussi à en identifier une vingtaine, dont un anti-inflammatoire du laboratoire Boehringer Ingelheim, une hormone de croissance de Teva, ou encore un vaccin contre la leishmaniose, réalisé sur un financement du 7programme-cadre de recherche de l’UE, qui a fait l’objet d’une publication dans la grande revue Nature. La Commission européenne n’a pas souhaité s’exprimer sur son intention d’enquêter sur les activités de LPT.

Stéphane Horel/Le Monde (12.02.2020)

Vidéo : Das Todeslabor vor Hamburg: LPT // SOKO Tierschutz e.V. (5 :40)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Voir ou revoir...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
l'association francaise condamnéer pour trafic de chiens avec l'allemagne <br /> http://www.crocblanc.org/
Répondre
K
Impossible de regarder la vidéo...<br /> Trop affreux, trop cruel.<br /> Je lis dans les commentaires que ce labo de la mort est fermé... Il faudrait tous les fermer ces laboratoires qui pratiquent d'ignobles expériences sur les animaux...<br /> Je suis révoltée... écœurée...
Répondre
S
Deux bonnes nouvelles nous sont venues d’Allemagne ce matin.<br /> Comme vous le savez, le laboratoire LPT de Hambourg ,qui pratiquait des expériences d’une extrême cruauté sur les animaux a bien été fermé.<br /> Les deux autres unités faisant partie du même groupe sont en voie de fermeture imminente aussi.<br /> Bon week end<br /> Sylvia
Répondre
S
On devrait leur faire la mm chose pff horrible assassins
Répondre
C
Terrible article à charge du Monde qu'on ne peut que saluer pour cet écrit ! Quant à la vidéo : je n'ai pas pu aller au bout : c'es une telle horreur... Comment des êtres humains peuvent-ils tomber si bas ?<br /> Merci à ce blog qui nous informe et nous permet de nous exprimer librement sur des sujets très divers mais dont les animaux et la nature sont le cœur !
Répondre
C
Pardon : "C'est" une telle horreur...
T
Peut on mettre une purge en Europe svp y en aurai besoin defois un bon coup de propre
Répondre
J
Prêts à tout pour continuer d’empoisonner l’environnement et comme toujours, pour l’argent. Les chaînes biologiques moléculaires du vivant sont de mieux en mieux connues et la recherche médicamenteuse utilise maintenant l’ordinateur plus que l’expérimentation animale, mais certainement oui, c’est plus facile de tricher dans un labo pourri où l’on pratique la torture animale à grande échelle pour le bien-être de la chimie industrielle pendant que les politiques regardent ailleurs bien complaisamment tout en nous assénant d’ignobles mensonges. On ne cesse d’entendre ces gens nous demander de prendre le bon chemin pendant qu’eux mêmes font absolument l’inverse, et à ce niveau là cela devient de la criminalité avec préméditation. Pauvres animaux, pauvre nature qui subissent la connerie de ces hommes et femmes « grenouilles «  qui veulent se faire aussi grosses que le bœuf mais sans en avoir l’intelligence. Pauvres idiots qui acceptent de travailler dans ces labos et grands tarés qui les dirigent, où est leur courage ?
Répondre
F
La bêtise et la cruauté de certains êtres dits humains est un abîme insondable. C'est désespérant. Et pourtant nous n'avons pas le choix, il ne faut pas baisser les bras. Il faut continuer de lutter contre toutes ces horreurs.
Répondre
S
Je n'ai pas regardé , j'en sais bien assez sur cette affaire. Les chiens viennent de l'élevage de Mézilles et les singes de l'Université de Strasbourg (il peut y en avoir jusqu'à 1 600 en transit à Niederhausbergen.) Achetés 10€ le kg à l'Ile Maurice ils sont revendus 5 000€ le spécimen à des laboratoires pharmaceutiques et à d'autres clients de l'industrie chimique . Certes la directive européenne REACH oblige ceux-ci a tester leurs pesticides ,mais pour la toxicité de nombreuses méthodes substitutives existent. Hélas elle ne permettent pas de tricher ...<br /> Venez nous rejoindre samedi le 22 février à 14h place Kléber à Strasbourg pour une nouvelle marche pour la fermeture du honteux commerce de singes de notre Université et pensez à apporter votre soutien à une recherche scientifique éthique et bien meilleure pour notre santé. Ethicscience.org
Répondre
C
Je n'ai pas regardé la vidéo, rien que savoir me fait trop mal. Maintenant que l'on sait, il faudrait faire stopper ces crimes, ces abominations ! Et en plus, les résultats de certains tests sont falsifiés, donc ces pauvres animaux ont soufferts et sont morts pour rien. Ce qui veut dire que nous avons des traitements pour certaines maladies, qui ne servent à rien et risquent même de nous empoisonner....quel monde, c'est inhumain !!!
Répondre
C
J'ai préféré ne pas regarder... Pauvres animaux... Comment peut-on croire à ce que l'on nous dit? Il n'est plus censé exister de tests sur les animaux... et on nous ment à tour de bras sur tout le reste. C'est désolant!
Répondre
D
Là encore sans doute lâche mais savoir me suffit, je suis convaincue depuis longtemps; donc lu, je ne savais pas que c'était à ce point , mais sans regarder la vidéo ! Deux pages qui se suivent sur ce que les humains s'autorisent sur les animaux, nos amis, nos chers amis!
Répondre
S
Abominable : le mot est faible.<br /> Ceux qui torturent les animaux méritent ...........<br /> Je ne vais pas plus loin, mais je le pense.
Répondre
D
Affreux! est ce possible d' autoriser un tel fonctionnement dans ce labo!, je suis outrée, dégoutée!
Répondre
J
Abominable : voilà un lieu qui mérite bien son surnom de "labo de la mort" ! On peut, une fois encore, remercier ces lanceurs d'alerte et les associations grâce à qui la vérité est finalement révélée...
Répondre