Des poubelles connectées dans les cantines pour limiter le gaspillage alimentaire

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La restauration est pointée du doigt en matière de gaspillage alimentaire. On gaspille beaucoup plus dans les restaurants que chez soi. La poubelle connectée est une des solutions pour limiter ce gaspillage

Gaspillage dans les cantines. Photo : © Getty / picture alliance / Contributeur

L'Ademe, l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, évalue à 1,33 million de kilos, le poids des déchets alimentaires, chaque année, dans la restauration professionnelle. Depuis la loi Egalim d’octobre 2019, la mesure et le traitement des biodéchets par les restaurants qui en produisent plus de dix tonnes par an sont obligatoires. Des solutions voient le jour.

Déchet en cuisine, restes dans les assiettes

Des entrepreneurs ont inventé Easilys, une poubelle connectée. "On s’intéresse à tous les types de restauration, mais en particulier à la restauration collective", souligne Emmanuel Grelaud, l'un des trois cofondateurs. "Auparavant, les opérateurs devaient peser les sacs poubelles un à un afin de mesurer le gaspillage. Nous avons pensé qu’il pouvait y avoir une solution plus moderne", ajoute-t-il. Easilys a le mérite de tout peser en temps réel : les déchets des cuisines comme les restes des consommateurs.

Des tables de tri communicantes

Au printemps, une cinquantaine de restaurants, principalement des lycées, sera équipée de ces poubelles. Les élèves vont devoir s’adapter à de nouvelles pratiques. Des tables de tri communicantes seront installées dans la salle de restauration collective, celles-ci évalueront, au retour des plateaux, les biodéchets : ainsi un élève qui n’aura pas touché à ses épinards pourra connaitre la quantité de biomasse produite à cause de lui. Il réalisera ainsi le gaspillage dont il se rend lui-même responsable sans en avoir forcément conscience. Cette mesure va probablement inciter les scolaires à mieux choisir leurs aliments et peut-être en moindre quantité…

Chaque étape mesurée

Plusieurs analyses sont réalisées. Une autre poubelle est placée en cuisine. Elle enregistre les pertes occasionnées lors de la phase préparatoire des repas. Une autre encore analyse ce qui est perdu à la fin du service, c’est-à-dire ces plats qui ont été produits en trop grande quantité par exemple. Cette collecte de données présente l’avantage de transformer ces informations en coûts. Les restaurateurs connaissent ainsi leur manque à gagner occasionné par le gaspillage.

En mettant le nez dans la poubelle, Easilys promet aux professionnels d’économiser, au final, près de 16% sur le prix de chaque assiette…

Emmanuel Moreau*

 

Plus d'explications avec Océane Herrero du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau

*Esprit d’Initiative, du lundi au vendredi à 6h18 sur France Inter

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Du grand n'importe quoi. On marche sur la tête. Tout a été dit dans les commentaires précédents.
Répondre
D
Je suis furieux de lire pareilles monstruosités.
- très longtemps s'il y a eu du gaspillages dans les cantines, écoles, mess des armées, centres de vacances, hôpitaux… c'est essentiellement parce la "nourriture" était innommable.
- qu'il y ait du gaspillage cela se comprend dans la mesure où pour des raisons d'hygiène et pour mettre fin à des trafics divers, des vagues d'intoxication alimentaire le législateur a mis en place l'interdiction du retour en arrière et la destruction des aliments non consommés.
- idem pour les restaurants où ne pas jeter ferait revenir sur les tables quantité d'aliments déjà servis et payés la veille ou l'avant-veille.
- quant à diminuer la ration alimentaire du 1/2 pensionnaire qui n'aura pas fini ses épinards je préfère ne pas commenter.
Pourquoi ne pas le priver de nourriture parce qu’ il n'a pas la moyennes en maths ou est arrivé en retard au cours de gym ?
Tout le monde sait que l’essentiel du gaspillage alimentaire ne se fait pas en sortie de table mais bien avant entre la production et la distribution.
Après Linky, les portables pour tous, la carte vitale, les caméras de surveillance, la reconnaissance faciale j'en passe et des pires, que reste-t-il encore à inventer pour nous mette à genoux ?
Maudits soient ceux qui nous construisent un monde pareil et qui nous connectent à en crever.
Les prochains tyrans vont avoir, à peu de frais, de quoi transformer nos vies en cauchemar !
Par ailleurs pensez-vous que le lycéen qui a 20 minutes pour manger ou le client en sortie de table auront le temps ou l'envie de trier les ordures et de culpabiliser sur leurs mauvaises pratiques ?
Une fois de plus l'enfer est pavé de mauvaises intentions.

N.B. : S’'il suffit de quelques décennies pour perdre la liberté, des siècles sont souvent nécessaires pour la conquérir et là, l'informatique est en train d'ouvrir un boulevard de destruction massive.
Imaginez la puissance de nuisance d'un Hitler, d'un Mussolini, d'un Franco, d'un Pinochet, d'un Staline… s'ils avaient été ainsi connectés...
Si demain, comme cela se passe déjà en Chine, l'état décide de vous punir, il pourra vous interdire de vous déplacer, de vous faire soigner, d'acheter de la nourriture, de téléphoner, de scolariser vos enfants ... Que vous faut-il de plus ?
Répondre
K
J'en reste baba !!!!!!!
Répondre
Z
On marche sur la tête !Ces trucs et machins connectés prennent le relais de l'éducation tout simplement, je suis prête à parier que ça ne changera rien dans les mentalités des intéressés!
Répondre
C
Pour être franche, je ne comprends pas à quoi ce serait utile : il y aura toujours du gaspillage! Certains restaurants donnent ce qui reste à la fin de la journée à des organismes qui nourrissent les sans-abris. Certains autres offrent la possibilité de demi-portion, pour les petits appétits. Dans mon cas, quand je n'aime pas un item, je demande à ce qu'il ne soit pas mis dans mon assiette (champignons, par exemple). Il y aurait le compost, mais ce serait compliqué... Bises et belle journée !
Répondre
F
Bien sûr je peux comprendre que certains n'aient pas le choix et soient obligés de manger au restaurant. Mais avec des poubelles connectées... on marche sur la tête. Un robot de plus pour remplacer l'homme à la dérive... Finalement je me dis que j'ai bien de la chance de ne jamais manger au restaurant (et ça ne me manque pas), de cuisiner moi-même et de jamais me poser la question du gaspillage, que j'ai connue aussi mais il y a fort longtemps dans une autre vie... Les restaurants sont à l'image de notre société mal éduquée qui ne peut proposer que ce qu'elle a appris. Tout est à refaire mais par quel bout commencer ?! Par enseigner ce que l'on peut ou doit manger évidemment. On tourne en rond, comme d'habitude. Cela dit je connais de très bons restaurants, où j'irais en toute confiance, mais ils sont un peu loin de chez moi. Juste pour dire que cela existe malgré tout. Et dans ces restaurants-là, il y a très peu de poubelles et surtout pas connectées...
Répondre
S
N'importe quoi !
Répondre
F
Sous prétexte de développement durable, on nous inonde, encore, de produits connectés ! C'est sûr qu'il va falloir rentabiliser la 5G ! La machine expliquant à l'humain l'impact de ses comportements ? C'est tellement pathétique ! Et on explique aux enfants, l'impact de ce type de technologie sur l'environnement ? Cette société est complètement décadente !
Répondre
M
Jusqu'où irons-nous avec les dérives du tout connecté? jusqu'au puçage de l'humain? L'homme-machine nous y sommes, ce n'est plus de la science fiction... Est-ce vraiment le monde que nous voulons? Sous couvert de sécurité, d'évolution... on avale la pilule... Et pire, on en redemande
Répondre
D
Avant on disait "finis ton assiette !"
Je crois qu'on marche sur la tête, combien vont coûter en matériaux et énergie les tables de tri communicantes alors qu'une réflexion du surveillant de cantine suffirait ?
J'avais pensé aussi à l'idée de Jacky
Répondre
D
L'EDUCATION, à la base se sont les parents, à DEFAUT, ce sont les maîtres d'école (qui ont la vocation,
pas les lobyistes). Quel monde voulons nous ? confinement, connexion, puçage, vaccination anti-santé,
mascarade : que de manipulation !
QUE DE REGLES A CHANGER ! Chacun est libre d'accepter ou de résister !
Répondre
J
On veut tout connecter. La logique, la réflexion et le bon sens s'amenuisent. Je propose les toilettes connectées. Elles libéreront l'eau en fonction d'une analyse instantanée, précise du poids et de la composition de nos selles.
Répondre
J
Très bien ! Mais, une bonne éducation de la part des parents (à condition qu'eux-mêmes soient sensibles à ces problèmes de gaspillage... ce qui n'est pas évident) éviterait ces comportements irrespectueux car gâcher de la nourriture est irresponsable !
Répondre