De la neige livrée par hélicoptère pour combler le manque en bas des pistes

Publié le par Jean-Louis Schmitt

À Montclar les 2 vallées, si la majeure partie du domaine est bien enneigée, le bas de station souffre d’un manque handicapant. Pour y remédier, la station a employé les grands moyens : un hélicoptère.

L’enneigement est satisfaisant au-dessus de 1 600 m d’altitude, mais les récentes pluies ont lessivé le bas de station. Photo Le DL /J.-B.G.

La situation d’enneigement est assez paradoxale à Montclar les 2 vallées, qui a ouvert le 21 décembre. La neige est là et bien là : sur le versant Ubaye, on compte bien plus d’un mètre, la quasi-totalité du domaine a recouvert son manteau blanc, avec une neige de très bonne qualité, à l’exception des derniers mètres de piste pour revenir sur le bas de la station.

200 m³ de neige manquaient en bas de la station

Depuis des jours maintenant, seuls les skieurs aguerris redescendent jusqu’en bas ski au pied dans un fin couloir de neige. Pour les autres, c’est le système D, surtout que par sa configuration, Montclar permet difficilement de redescendre en télésiège ski au pied. Du côté de MDS, qui gère les remontées mécaniques, on a pensé à plusieurs solutions. Amener les gens à ski au plus près de la gare du télésiège du Belvédère, afin d’embarquer les usagers à la descente, mais il faut encore faire quelques centaines de mètres les skis à la main ou en poussant sur les bâtons. Ou encore tracter les skieurs en scooter des neiges jusqu’à l’embarquement. « La fréquentation de la deuxième semaine des vacances de Noël ne permet plus de bidouiller notre retour. L’enjeu économique de cette deuxième semaine est d’environ 150 000 € pour MDS et de 900 000 € pour l’ensemble des socioprofessionnels », estime le président de MDS, Alain Quièvre.

Pour sauver les vacances, les grands moyens ont donc été employés, ce qui a offert un spectacle étonnant dans la station. Un hélicoptère a passé une partie de la journée de samedi à amener de la neige du plateau de la Chau jusqu’au bas de la station, pour combler les 200 m³ manquants pour que le retour en station se fasse en sécurité pour les skieurs de tous niveaux.

80 rotations par hélicoptère

« Le coût de cette opération est estimé à 8 000 € la journée. Le bureau l’a validée à l’unanimité, après avoir pesé le pour et le contre, estimé les impacts d’image, de satisfaction client, économiques, environnementaux. » Une démarche décriée par certains observateurs, notamment pour son impact environnemental. Ainsi, près de 80 rotations ont été faites pour héliporter à chaque reprise trois mètres cubes d’or blanc. « Parallèlement, nous allons acquérir un scooter qui remontera les débutants du téléski de la combe au sommet du TSD6. Nous avons pris une mesure complémentaire en autorisant la production de neige de culture à des conditions très limites », conclut Alain Quièvre.

Jean-Baptiste GUIEU/Le Dauphiné (30 déc. 2019)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Le génie humain n'a pas de limite... pour faire des conneries...
Répondre
D
Décidément "ils" n'ont rien compris !!! Pareil ou presque dans les Vosges: la neige des crêtes descendue par camions sur les pistes de Gérardmer; hérésie et crime contre la Nature, la neige protège les futures chaumes où les vaches vont paître, les animaux qui hibernent ont plus chaud sous son épaisse couche etc etc ; et dans ce cas encore plus écoeurant: tout ça à l'occasion du festival du film qui se tient chaque année à Gérardmer, pour complaire aux prétendues "stars" . Triste monde !
Répondre
O
C'est effectivement assez marrant. On pourrait profiter de la navette pour emmener les vaches à l'alpage plus tôt. Les vaches goûteront l'herbe parfumée des prairies ainsi dégagées avec quelques mois d'avance. Plaisanteries misent à part, c'est fini tout ça. Dans quelques années les montagnards et autres moniteurs de ski vont pouvoir iodler et fabriquer des coucous toute l'année à l'abri d'un parasol. Le président Macron est allé vérifier sur place aujourd'hui en visitant le glaçon rescapé de la Mer de Glace, il en est revenu peu optimiste......
Répondre
M
L'argent... toujours l'argent, rien que l'argent! Comment sortir de cette religion?? et cet été on parlera de climatisation, de piscine.... éléments indispensables à notre bonheur!!!
Répondre
C
Nous continuons dans l'absurde...le coût de cette opération pourrait servir à bien d'autres choses, mais non, la rentabilité et l'égoïsme des hommes, sont prioritaires.<br /> Quand il n'y aura plus de neige du tout à cause du changement climatique, les mentalités changeront peut-être mais il sera trop tard !
Répondre
F
Irresponsable et ridicule. Et on a la certitude qu'il en faut plus que ça aux skieurs pour boycotter le ski dans cette station. J'aimerais me tromper mais...
Répondre
D
scandaleux, skieurs complices...
Répondre
S
Ridicule !<br /> Au lieu de s'adapter et de faire des efforts pour limiter le réchauffement climatique, on s'obstine à vouloir vivre comme dans le passé.
Répondre
J
Du très grand n’importe quoi!
Répondre
D
la plupart les êtres humains sont des enfants gâtés ! arriveront-ils à s'adapter au grand changement<br /> planétaire qui s'annonce ???
Répondre
J
Les amateurs de ski peuvent se poser des questions sur ce loisir. Pour ma part, toute cette rhétorique m'énerve; la neige de culture n'est que de la neige artificielle.
Répondre
Z
La tête dans le sac , on fait comme si rien ne devait changer ! Aucune autre logique que celle du profit immédiat ! Consternant!
Répondre
C
Entre la neige artificielle et cette pratique-là, rien n'est favorable à l'environnement : il faudra tout simplement s'adapter au changement climatique et, pour ces stations, miser sur d'autres atouts... En cherchant un peu, il devrait y avoir moyen de développer le tourisme "vert" sans plus défigurer l'environnement par l'installation d'onéreuses stations de ski !
Répondre
J
Des stations de ski qui deviennent de plus en plus obsolètes !
J
Je peine à trouver une quelconque logique écologique à ce genre de pratique coûteuse en énergie et plombant un peu plus encore un bilan carbone déjà bien mal en point…
Répondre