Chants d’oiseaux, leçon n° 7

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Profitons de ce septième épisode de la Minute Nature sur les chants d'oiseaux pour nous rappeler des chants les plus faciles à reconnaître et pour découvrir un nouveau chanteur : la Sittelle torchepot…

La sittelle torchepot est capable de parcourir les troncs d'arbres et les branches dans un sens ou dans l'autre, même avec la tête en bas. Image extraite de la Minute nature n°179 (Cliquez pour agrandir)

La sittelle torchepot est capable de parcourir les troncs d'arbres et les branches dans un sens ou dans l'autre, même avec la tête en bas. Image extraite de la Minute nature n°179 (Cliquez pour agrandir)

C'est encore l'hiver mais dans la forêt, on peut déjà entendre les premiers oiseaux chanter. C'est justement la meilleure période pour commencer à apprendre à les reconnaître. C'est une pratique enrichissante qui permet d’identifier des animaux qu'on ne voit pas facilement, surtout au printemps quand les arbres sont recouverts de feuilles.

Le mois de février est idéal pour commencer cet apprentissage. Les quelques oiseaux qui chantent sont beaucoup moins nombreux qu'en mai. Au printemps tous les oiseaux chantent en même temps et il faut déjà être expérimenté pour identifier un oiseau précis parmi l'orchestre.

La mésange charbonnière est un des premiers oiseaux faciles à reconnaître au chant. Ses titu titu titu ou tititu tititu tititu sont immanquables. On peut aussi entendre le hennissement aiguë de la mésange bleue, très commune dans les jardins. Enfin, guettez la douce rivière de notes liquides et mélancoliques du rougegorge. Vous pouvez retrouver tous ces oiseaux dans le premier épisode de notre série sur les chants d'oiseaux.

Vous pouvez aussi entendre un quatrième oiseau à cette période. Son tui tui tui puissant est caractéristique. Il s'agit de la sittelle torchepot. En hiver elle visite souvent les mangeoires et attrape les graines de tournesol avec son bec très puissant. Elle utilise souvent l'écorce des arbres comme une forge pour ouvrir les graines. Elle fait partie des rares oiseaux qui utilisent des forges avec le pic épeiche et le casse-noix moucheté. La sittelle possède aussi la capacité de pouvoir grimper et descendre aux arbres la tête en bas. C'est le seul oiseau d'Europe doué de ce talent. Cela la différencie notamment du grimpereau, seulement capable de monter aux arbres.

Avec son trait noir sur les yeux, son ventre brun-roux et son bleu grisé, la sittelle est assez facile à reconnaître. Au printemps, elle fait son nid dans un trou. Si l'orifice d'entrée est trop large, elle peut la maçonner pour qu'il n’y ait qu'elle qui puisse rentrer. Ce maçonnage en torchis lui a valu son nom de sittelle torchepot. Elle chante un peu partout et son tui tui tui tui est facile à identifier…

Vidéo : Chants d’oiseaux (leçon n°7) 3 :54

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Au cas où vous ne le sauriez pas encore : Jacky a reçu aujourd'hui le dernier numéro de la Salamandre ! Dans la précipitation pour effacer la trentaine de commentaires de notre ami décidément très exalté par l’évènement, j’ai également supprimé celui de Pierre qui, c’est certain, ne me pardonnera jamais ce crime de lèse-majesté ! Pourtant, je vous le jure, amis lecteurs : c’est pure maladresse de ma part… Mais, Pierre ne le croira jamais et il me faudra porter cette croix supplémentaire tout le restant de mes jours…<br /> Pour en revenir au dernier numéro de la Salamandre (que, je vous le rappelle : Jacky a eu aujourd’hui au courrier…) il est effectivement passionnant ! Mais, je radote puisque Jacky vous l’a déjà dit !
Répondre
O
Impardonnable. Je n'imaginais pas un instant qu' Anastasie affuterait ses ciseaux ici. Je vais dorénavant réserver mes coruscantes contributions à des blogs moins sévèrement contrôlés.
J
J'ai reçu aujourd'hui dans ma boîte aux lettres le numéro de La Salamandre sur le froid, une espèce en voie de disparition. Il est passionnant, tout comme ces minutes nature.
Répondre
J
Un petit rayon de soleil et nombreux sont ceux qui, aussitôt, manifestent leur joie de vivre ! Il y a effectivement les sittelles, les mésanges, les pinsons, les merles et les grives... Et, ce matin, un pic épeiche tambourinait joyeusement aussi ! Vivement le printemps...
Répondre