Les paresseux sont arrachés à leur habitat et maltraités pour des selfies ridicules avec les touristes

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Certains bûcherons au Pérou arrondissent leurs fins de mois en faisant du braconnage avec des paresseux. Les animaux sont vendus 13 $ chacun au port d’Iquitos, les petits paresseux gentils et sans défense sont prédestinés à finir leurs jours dans la cage dorée de quelqu’un ou dans une industrie à selfies pour les touristes…

Le paresseux vit entre 30 et 50 ans dans la nature (mais atteint rarement les 30 ans en captivité). Cet animal connaît trois principaux prédateurs : le jaguar, l'ocelot et l'aigle harpie. Mais une autre espèce le menace : l'Homme, qui en détruisant les forêts, sabote l'habitat du paresseux…

Le paresseux vit entre 30 et 50 ans dans la nature (mais atteint rarement les 30 ans en captivité). Cet animal connaît trois principaux prédateurs : le jaguar, l'ocelot et l'aigle harpie. Mais une autre espèce le menace : l'Homme, qui en détruisant les forêts, sabote l'habitat du paresseux…

Ces animaux sont très gentils et sont la pureté personnifiée

 

Aucun autre être n’a jamais autant mérité son nom que le paresseux. Sa lenteur mythique et sa figure figée avec un sourire béat ont fait de lui l’un des mammifères emblématiques du pays et, également de beaucoup de pays d’Amérique du Sud. Il est l’essence même de l’animal clément et tranquille pour qui la vie devrait être normalement comme un long fleuve tranquille s’il n’y avait les hommes pout tout gâcher… Et en particulier les bûcherons du Costa Rica.

Au Pérou, certaines personnes surtout les bûcherons ont vu dans ces animaux un bon moyen de faire de l’argent. Pourquoi se priver de cette aubaine après tout ? Ces petits mammifères léthargiques peuvent dormir jusqu’à 20 heures chaque jour suspendus à des arbres ! Des victimes d’autant plus faciles à attraper que leur incroyable lenteur ne leur permet pas de faire plus de 38 mètres par jour

 

La bonté ne paie pas

Les bûcherons se sont reconvertis en braconniers cherchant sans relâche dans les forêts tropicales des paresseux. Lorsqu’ils en trouvent un « assez vieux », ils le descendent de son habitat en abattant l’arbre à coup de machettes ou de hache. Quand l’arbre est abattu, écrasant presque le pauvre mammifère, les bûcherons le prennent et le jettent avec violence dans un sac poubelle. Puis lorsqu’ils arrivent au port d’Iquitos, quand le paresseux n’est pas mort du stress à cause de sa capture, ils le vendent pour 13 $ à un marchand spécialisé dans la vente illégale d’animaux sauvages.

Source : Sain et naturel.com

"Le paresseux fait partie des mythes fondateurs dans certaines populations d'Amérique du Sud, soit ancêtre de l'espèce humaine, soit transformation de l'homme en ces animaux des suites d'une mauvaise action" (Claude Lévi-Strauss, La Potière jalouse, et Luis Sepúlveda, Le Vieux qui lisait des romans d'amour).

"Le paresseux fait partie des mythes fondateurs dans certaines populations d'Amérique du Sud, soit ancêtre de l'espèce humaine, soit transformation de l'homme en ces animaux des suites d'une mauvaise action" (Claude Lévi-Strauss, La Potière jalouse, et Luis Sepúlveda, Le Vieux qui lisait des romans d'amour).

« À partir du moment où ces animaux sont arrachés à leur habitat naturel, il y a très peu de chances qu’ils connaissent un happy end. » Neil D’Cruze,  World Animal Protection

 

Vous pouvez signer une pétition de W A P contre le business des selfies exotiques en cliquant ici.

Vidéo : La survie du paresseux (2 :30)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Le tourisme de masse, quand la démocratisation des voyages "au long cours" a donné accès à n'importe quel sous-évolué à des voyages qui n'ont rien de pédagogiques...
Répondre
C
Toute la bêtise humaine résumée en quelques lignes !<br /> C'est consternant...<br /> Il est difficile de blâmer les bûcherons qui tentent d'arrondir leurs fins de mois : pour autant il s'agit d'actes illicites qu'il convient de sanctionner ! Enfin, que dire de plus sur l'état d'esprit de ceux qui ramènent chez eux un tel "selfie" ?
Répondre
K
Il ni a plus de loi sur cette terre, je me pose toujours la question ,pourquoi ils sont là !!!!!!!
Répondre
K
Pétition signée...
Répondre
K
La bêtise humaine n'a pas de limites...
Répondre
D
Et oui imbécillité et appât du gain , les 2 mamelles de l'Extinction !
Répondre
Z
Dramatique et consternant!
Répondre
O
Notre bêtise et notre cruauté se reflètent bien dans ces grands yeux innocents. Etant moi-même très paresseux j'éprouve une grande compassion pour ces animaux sans défenses. il n'ont même pas la chance de transmettre une maladie mortelle pour nous. D'un autre côté il faut admettre que le bûcheron péruvien n'est pas verni non plus. Quant aux selfies avec un paresseux je suis disponible si cela peut aider.
Répondre
S
Pauvres petits animaux !<br /> On peut pas les laisser tranquilles ?
Répondre
J
Encore un paisible animal que l'on sacrifie pour le plaisir de quelques imbéciles...
Répondre
J
Superbe vidéo.
Répondre