Le Gros-bec, un sacré caractère

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Principalement forestier, le Gros-bec ne s’était pas montré de tout l’été ; il faut croire qu’il répugne à se laisser observer, préférant de loin les zones touffues à celles qui sont découvertes, c’est un gros pépère qui se laisse difficilement approcher…

Superbe portrait de Gros-bec Casse noyaux (Coccothraustes coccothraustes). Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Superbe portrait de Gros-bec Casse noyaux (Coccothraustes coccothraustes). Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Avec les premiers froids, le Gros-bec sort du bois et, avec un peu de chance, il viendra jusqu’à vous pour peu que vous ayez la bonne idée de garnir quelques mangeoires avec des graines de tournesol. Les enveloppes de celles-ci ne contrarient d’ailleurs guère ce casseur de noyaux autrement résistants : à le voir les décortiquer, on a l’impression qu’il a affaire à de simple chips ! Rien d’étonnant à cela puisque la pression exercée entre ses mandibules atteindraient quelques 30 kg/cm : normal, il faut bien cela pour venir à bout des amandes des fruits (noyaux de cerises ou cenelles d’aubépine par exemple) qu’il affectionne !

Au printemps, lorsque les graines viendront à manquer, le Gros-bec, guère contrariant, changera tout bonnement de régime alimentaire et deviendra insectivore, se nourrissant aussi bien de diverses chenilles que de gros insectes ou scarabées tel le Lucane cerf-volant qu’il attrape en plein vol…

Mais, en attendant, ce sera peut-être votre table de nourrissage que le Gros-bec fréquentera cet hiver ! Si vous avez cette aubaine, vous le verrez s’installer sur la mangeoire et, sûr de son physique imposant et de son impressionnant bec, il y imposera sa loi… sans se soucier d’un quelconque partage avec les autres visiteurs affamés ! D’où l’intérêt de multiplier les points de nourrissages…

Le Gros-bec Casse-noyaux se nourrit principalement de graines de charmes et de hêtres, mais il consomme aussi les graines d’autres espèces de plantes. Il peut aussi prendre des bourgeons de chênes, et en été, il se nourrit d’insectes. Il  est capable d’ouvrir des noyaux de cerises grâce à son bec puissant… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)Le Gros-bec Casse-noyaux se nourrit principalement de graines de charmes et de hêtres, mais il consomme aussi les graines d’autres espèces de plantes. Il peut aussi prendre des bourgeons de chênes, et en été, il se nourrit d’insectes. Il  est capable d’ouvrir des noyaux de cerises grâce à son bec puissant… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Le Gros-bec Casse-noyaux se nourrit principalement de graines de charmes et de hêtres, mais il consomme aussi les graines d’autres espèces de plantes. Il peut aussi prendre des bourgeons de chênes, et en été, il se nourrit d’insectes. Il est capable d’ouvrir des noyaux de cerises grâce à son bec puissant… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Oiseaux, Portrait, Biodiversité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bjr, j'avais la chance d'en voir régulièrement dans mon jardin grâce aux nombreux points de distribution de graines... mais cette année... aucun. Mais, cet article me donne une piste: aucune graine de tournesol dans les mélanges que j'utilise actuellement. C'est maintenant corrigé, le ravitaillement a été fait.
Le gros-bec peut revenir ainsi que les écureuils qui en sont très friands. Merci à vous! Merci pour eux.
Répondre
K
Un bel oiseau...
Répondre
C
Je n'ai jamais eu la chance d'observer ce superbe oiseau ici. Merci beaucoup pour ce très bel article.
Répondre
C
Ce sont de bien beaux oiseaux! Article intéressant et superbes photos! Belle journée!
Répondre
D
Pas futfute...: "en forme d'aile" ...j'aurais pu le deviner !
Répondre
D
Très belles photos qui ont dû nécessiter patience et savoir-faire ! Je ne l'ai jamais vu qu'en photo ce "gros pépère" mais l'ai toujours trouvé très beau. Et quand j'aurai cherché je connaîtrai avec plaisir le sens ce ce mot nouveau pour moi: alaire .
Répondre
Z
Quelles superbes photos de ce bel oiseau !
Jamais encore vu ce Gros bec pas partageux dans mes mangeoires!
Bon dimanche à tous!
Répondre
J
Superbes images, merci! Celle du nourrissage du jeune est spectaculaire.
Répondre
D
superbes images
Répondre
A
Pas vu encore en Anjou ni non plus le verdier seulement les mésanges charbonnières et aussi cette année les mésanges bleues
l’an passé gros becs et verdiers donnaient la plumée à nos petites mésanges mais comme recommandé il y avait plusieurs mangeoire merci pour ces notifications????
Répondre
J
Nous n'avons pas encore vu de Gros-bec cet hiver dans nos mangeoires. Ils sont magnifiques. Les photos sont superbes .
Répondre
S
Merci Jean-Louis de mettre en valeur mes photos et bravo pour le texte qui les accompagne.
Répondre
D
c'est très beau quand on les observe, merci.
Répondre
M
Un beau "gros Pépère" que je n'ai pas encore vu cette année à la mangeoire ! Il est vrai que, pour le moment, il n'a pas fait très froid et que, sans doute, il trouve encore suffisamment à se mettre sous le bec en forêt... Avec la neige, les oiseaux sont toujours bien plus nombreux dans les jardin mais, pour le moment, il n'y en a pas eu !
Très belles photos : merci à vous et au photographe pour ce beau portrait.
Répondre
C
Quel bel oiseau !
Merci pour cette belle présentation...
Bon dimanche à vous !
Répondre
J
Grand merci à Claudie Stenger pour cette nouvelle contribution : ses photos sont absolument stupéfiantes (regardez les détails des plumes alaires...) : c'est vraiment du grand art ! Quant au Gros-bec, il est vrai que lorsqu’il arrive à la mangeoire, son imposante stature lui confère une autorité toute naturelle : même les verdiers pourtant généralement peu amène avec les autres oiseaux fréquentant le poste de nourrissage, s’écartent prudemment…
Répondre