Le Bison d’Europe, une espèce en sursis

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Rescapé des temps préhistorique, le Bison peuplait jadis la quasi-totalité des forêts européennes. Mis à part l’homme et le loup, ce grand ruminant n’a pour ainsi pas de prédateur : victime principalement de la chasse, il a cependant failli être totalement exterminé ! Les derniers spécimens sauvages ont été tués en Pologne dans les années 1920…

Le Bison d’Europe (Bison bonasus) vit en troupeaux de 10 à 30 individus, composé de bisonnes et de jeunes veaux. Le troupeau est généralement guidé par une bisonne âgée. (Cliquez pour agrandir)
Le Bison d’Europe (Bison bonasus) vit en troupeaux de 10 à 30 individus, composé de bisonnes et de jeunes veaux. Le troupeau est généralement guidé par une bisonne âgée. (Cliquez pour agrandir)Le Bison d’Europe (Bison bonasus) vit en troupeaux de 10 à 30 individus, composé de bisonnes et de jeunes veaux. Le troupeau est généralement guidé par une bisonne âgée. (Cliquez pour agrandir)Le Bison d’Europe (Bison bonasus) vit en troupeaux de 10 à 30 individus, composé de bisonnes et de jeunes veaux. Le troupeau est généralement guidé par une bisonne âgée. (Cliquez pour agrandir)

Le Bison d’Europe (Bison bonasus) vit en troupeaux de 10 à 30 individus, composé de bisonnes et de jeunes veaux. Le troupeau est généralement guidé par une bisonne âgée. (Cliquez pour agrandir)

Désormais protégée, l’espèce a été réintroduite notamment en Pologne (Forêt de Bialowieza), en Roumanie, en Ukraine, en Russie, en Slovaquie, en Biélorussie et en Lituanie mais, la réduction continuelle des espaces sauvages, le morcellement des territoires, ne laissent guère beaucoup de place à ces herbivores dépendants des forêts de feuillus. Selon les diverses sources, on estime aujourd’hui à un peu plus de 6 000 le nombre de bisons d’Europe, dont 4 000 environ vivent en liberté ou semi-liberté et moins de 2 000 en captivité…

Un patrimoine génétique trop pauvre pour être pérenne ?

Selon le site Espèces menacées « l’avenir pourrait ne pas être vraiment rose pour nos bisons. Bien que l’espèce soit passée de « en danger » à « vulnérable à l’extinction » en 2008, et que son nombre soit en croissance, un problème de fond demeure : la génétique. Les individus aujourd’hui réintroduits proviennent de parcs animaliers de toute l’Europe mais sont issus de 12 bisons seulement, donc 12 patrimoines génétiques purs. Un chiffre faible qui signifie, comme pour la panthère de l’Amour, un taux important de consanguinité. Pour arranger les choses, chaque population est isolée des autres et se reproduit donc entre elle. La consanguinité atteindrait aujourd’hui d’après l’UICN 44 % pour les Bison bonasus bonasus et 26 % des Bison bonasus caucasicus. C’est pour cette raison qu’il est vital de poursuivre les réintroductions avec de nouveaux spécimens. Dans le Caucase, des cas d’hybridation entre bisons européens et bisons américains ont également été observés. De quoi faire s’éteindre génétiquement une espèce… » (Cécile Arnoud)

Vidéo : European Bison. Aerial view of the wild animals. (8:23)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Espèce , espaces! On aura tout dézinguer .
Répondre
K
Encore un animal en danger...<br /> C'est désolant.<br /> Une très belle vidéo.
Répondre
C
Comme pour Dominique, les bisons étaient pour moi synonymes de grands espaces nord-Américain, d'indiens, de "Danse avec les loups"... En voyant cet article, ces photos et les images de ces bisons européens me sont subitement revenues en mémoire d'autres séquences d'un reportage vu il y a longtemps sur cette fameuse "forêt de Bialowieza" en Pologne ! Endroit mythique où se retrouvent, si ma mémoire est bonne, de nombreux photographes et cinéastes animaliers qui espèrent tous ramener des images de ces paisibles ruminants que sont ces impressionnants bisons, d'ours, de loups, de lynx... La nature y semble préservée et les conditions de vie plutôt rudes : c'est un peu un des derniers paradis pour ces animaux privés ailleurs de leur espace vital ! Bref, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire et à regarder ce petit documentaire qui m'a totalement dépaysé ! Merci à ce blog pour ces belles découvertes !
Répondre
D
Ignare que je suis je découvre l'existence des bisons d' Europe, bisons pour moi voulait dire far-west cow-boys et l'abominable Buffalo Bill, dont le surnom montre bien que sa seule motivation de vie était de les exterminer....mais si je comprends bien, encore une fois après avoir exterminé une espèce , on la réintroduit et ils sont en danger par notre obstination à détruire les espaces naturels ! A vouloir jouer les démiurges, l'être humain est à l'inverse devenu grand destructeur !
Répondre
D
bien sûr il est bon de maintenir artificiellement de grandes espèces spectaculaires, loup, bison, ours...<br /> Mais l'enjeu de la préservation de la biodiversité c'est de maintenir les milieux et des milliers d'espèces discrètes qui y logent dont les cloportes et les bousiers...
Répondre
J
Imposant animal qui ne peut bien évidemment survivre que lorsque subsiste de grands espaces vierges... ce qui, hormis quelques sites particuliers (comme la célèbre forêt de Bialowieza), se font plus que rares ! A noter que ces secteurs relativement préservés accueillent de nombreux chasseurs avides de "se" faire trophée rarissime...
Répondre