Ils recueillent un marcassin orphelin, la justice leur confisque

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Au début de l’année 2019, Dominique et Claudine Gély ont recueilli un petit marcassin. Leur beau-fils avait tué sa mère durant une partie de chasse. Des voisins ont prévenu les autorités. L’affaire a été portée devant la justice. Le tribunal de Besançon a tranché ce lundi en faveur d’une confiscation de l’animal.

 Flocky va être confisqué pour être placé auprès d’une association. Photo d’archives : L’Est Républicain/Arnaud Castagné (Cliquez pour agrandir)

Flocky va être confisqué pour être placé auprès d’une association. Photo d’archives : L’Est Républicain/Arnaud Castagné (Cliquez pour agrandir)

La détention d’un animal non domestique est rigoureusement interdite. Régulièrement, des affaires de ce type sont portées devant les tribunaux. Les juges de Besançon devaient se prononcer sur une de ces affaires, ce lundi 13 janvier. Le cas de Flocky, un sanglier recueilli par un couple résidant à Marchaux a été évoqué dans nos colonnes en avril dernier. Dominique et Claudine Gély qui détenaient l’animal dans leur maison, craignaient une demande d’euthanasie du suidé. La présidente a finalement tranché en faveur d’un placement auprès d’une association œuvrant pour la protection des animaux.

L’histoire remonte au début de l’année 2019. Le beau-fils du couple, qui traque activement le sanglier, pratique sa passion dans une forêt de Côte-d’Or. « On a lâché les chiens, on ne savait pas ce qu’ils chassaient », confie l’homme de 24 ans, à l’audience. Ce jour-là, la meute tue une mère et ses petits. Un seul a survécu. L’homme choisit de l’emporter et de le ramener à Marchaux, auprès de ses beaux-parents.

La crainte de l’euthanasie

« Il avait mal à une patte quand il était petit. On s’est attaché à lui et du coup on l’a gardé », confie Dominique Gély, en évoquant les instants passés à ses côtés où le sanglier baptisé Flocky se couche pour recevoir des caresses. « On le nourrit comme un cochon, même mieux ! Il a un enclos de 6 mètres sur 8 et, la journée, il se promène dans notre jardin de 3 hectares. »

Leurs voisins les ont mis en garde sur cette détention. Ces derniers ont fini par prévenir l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Des agents se sont rendus sur place pour constater la situation. « Ils nous ont dit de garder Flocky jusqu’à ce qu’une décision soit prise. Nous craignons qu’il soit euthanasié et nous voulons le sauver », confiait alors le couple.

Claudine et Dominique craignent que Flocky soit euthanasié par les autorités. Ils feront tout leur possible pour le sauver.  Photos : L’Est Républicain/Arnaud Castagné (Cliquez pour agrandir)
Claudine et Dominique craignent que Flocky soit euthanasié par les autorités. Ils feront tout leur possible pour le sauver.  Photos : L’Est Républicain/Arnaud Castagné (Cliquez pour agrandir)Claudine et Dominique craignent que Flocky soit euthanasié par les autorités. Ils feront tout leur possible pour le sauver.  Photos : L’Est Républicain/Arnaud Castagné (Cliquez pour agrandir)Claudine et Dominique craignent que Flocky soit euthanasié par les autorités. Ils feront tout leur possible pour le sauver.  Photos : L’Est Républicain/Arnaud Castagné (Cliquez pour agrandir)

Claudine et Dominique craignent que Flocky soit euthanasié par les autorités. Ils feront tout leur possible pour le sauver. Photos : L’Est Républicain/Arnaud Castagné (Cliquez pour agrandir)

L’animal, habitué à l’être humain et privé de son instinct naturel, ne peut plus être réintroduit dans la nature. Durant l’audience ce lundi, ils ont expliqué les démarches entreprises auprès de la fondation Brigitte Bardot pour placer Flocky. « Nous les avons contactés en mai. Pour le moment, nous n’avons toujours pas eu de réponse. »

« Orphelin car il y a eu un acte de chasse »

« Nous ne sommes pas dans un cas ou un citoyen se prend d’affection pour un animal qu’il a recueilli. Il s’est retrouvé orphelin car il y a eu un acte de chasse », a tenu à préciser le procureur, pour recontextualiser le dossier, lors de ses réquisitions. « Il faut une sanction pour que les chasseurs ne prennent pas l’habitude de tuer les laies et de récupérer les marcassins. »

La présidente du tribunal a tranché en faveur d’une confiscation de l’animal, au profit d’une association. Le beau-fils et Dominique Gély ont écopé de trois mois de prison avec sursis ainsi qu’une amende de 250 € chacun.

Valentin Collin/L’Est Républicain (14 janv. 2020)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Chasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Curieuse histoire : moi non plus je ne comprends pas tout ! Rien à redire pour ce qui est de la loi : dura lex, sed lex ! Mais le comportement du chasseur pose question...
Répondre
Z
Donc dans notre beau pays, aux belles lois , c'est légal d'occire toute une famille animale qui ne demandait rien que de vivre sur SON territoire mais pas de venir en aide au petit orphelin . Et " il faut une sanction pour que les chasseurs ne prennent de mauvaises habitudes" mais la sanction ne sera pas pour le chasseur mais pour ceux qui ont soigné le petit et pour celui-ci du coup ! Bon, coup de bol , le juge n'a pas demandé la mise à mort ! Cette histoire est surréaliste et comme toujours c'est l'animal qui paie les conneries des chasseurs!
Ps: J'aime bien ton scénario Jean-Louis!
Répondre
C
Curieuse situation que celle de ce gendre chasseur "qui traque activement le sanglier", qui laisse ses chiens tuer une laie et ses petits (est-ce bien légal ?) et ramène un marcassin rescapé à ses beaux-parents pour qu’ils le sauvent ! J’avoue ne pas vraiment comprendre le fonctionnement intellectuel de ce jeune homme qui, tantôt, comme César au temps des gladiateurs, baisse le pouce, tantôt le lève pour épargner sa victime…
En définitive, celui qui est le plus à plaindre dans cette histoire c’est le petit sanglier qui subit tout cela !
Répondre
F
Merci pour cette magnifique plaidoirie, Jean-Louis, où l'on voit que de très lourdes charges pèsent sur la partie adverse ! Une situation totalement stupide et injuste, comme en vivent tant d'animaux depuis trop longtemps. Stupide et injuste parce que gérée par l'homme. On est tout à fait d'accord avec vos arguments et avec les peines infligées, même si ce n'est qu'en rêve...
Répondre
D
Tu es totalement dans l'évidence Jean-Louis; cette histoire est surréaliste pour beaucoup d'entre nous, pas pour les esprits "étriqués" justement. Surréaliste et si triste; peut-être y aura-t-il une action-pétition pour rendre ce joli marcassin à sa famille! Il y avait aussi naguère une jeune femme qui recueillait cochons et sangliers dans une grande propriété qu'elle louait, je l'avais su justement pour intervenir auprès du maire car les chasseurs s'approchaient de sa clôture pour au moins agacer les animaux et tenter de les tuer; et la faire partir en la décourageant ! Je ne sais plus où, y est-elle encore? Elle pourrait peut-être prendre ce petit qui va devenir gros...on l'espère ! Je vais chercher...
Répondre
O
Il faut si l'on peut naître orphelin et stérile, comme cela on ne s'encombre pas d'une famille difficile et on évite les relations compliquées avec des enfants ingrats. En attendant bonne chance à Flocky, j'espère qu'il ne finira ni en terrine ni chez l'équarrisseur.
Répondre
P
Un peu bizarre cette histoire.
J'ai un ami végane qui avait trouvé un marcassin avec un œil crevé en pleine ville de grande banlieue parisienne. Il l'a gardé quelques temps puis l'a conduit en voiture dans un refuge, le ventre noué, tant il avait peur de se faire arrêter. Mais l'animal est finalement arrivé à bon port.
Répondre
M
Pas de gendre non plus mais deux fils et une belle-fille ! Et pas de tueurs dans la famille. En lisant cet article, même réaction, même rêve que vous Jean-Louis ! Tout pareil !
Répondre