Alarme et larmes en Sologne

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’est un appel à l’aide, à la mobilisation, que One Voice a reçu en provenance de la Sologne. Dans cette terre boisée, où se pratiquent les pires formes de chasse, les dérives d’une activité de « loisir » pratiquée à grande échelle par les riches propriétaires, nourrissent la détresse de simples citoyens, non-chasseurs. Témoignage…

Le cerf est le plus grand animal chassable en France et, pour son malheur, les amateurs de trophées viennent parfois de loin pour assouvir leurs bas instincts… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le cerf est le plus grand animal chassable en France et, pour son malheur, les amateurs de trophées viennent parfois de loin pour assouvir leurs bas instincts… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le Solognot, correspondant de l’association One Voice, souhaite conserver l’anonymat, mais on ressent son fort besoin d’exprimer le malaise partagé par tant de Français que la chasse oppresse. Ici, certainement plus qu’ailleurs. À cheval sur trois départements (Cher, Loiret, Loir-et-Cher), la Sologne, c’est 500 000 hectares dont 70% classés en une des plus vastes zones Natura 2000 d’Europe. Depuis toujours, ce territoire peu urbanisé, empli de forêts et d’étangs, fait le bonheur des chasseurs, dont nombre viennent de Paris ou de l’étranger. Ici, non loin de Chambord et de ses chasses d’apparat, l’histoire a voué ces espaces naturels aux loisirs des possédants, et assis leur poids économique sur l’économie locale…

Appel à la résistance

Pour les riverains qui ne chassent pas, mais sont simplement désireux de profiter de leur environnement naturel, les bois, les pièces d’eau, ne se parcourent pas sans appréhension. Pleins de morgue, les chasseurs leur répètent : « C’est à vos risques et périls ». De fait, les bruits de tir sont constants dans chaque recoin de forêt, le climat de peur et d’insécurité est permanent. « Je connais une maîtresse d’école qui s’est trouvée confrontée à la cavalcade endiablée d’une chasse à courre lors d’une sortie scolaire en forêt. Elle ne renouvellera pas l’expérience au vu de la terreur qui a figé les enfants…».

Ici, les chasseurs sont chez eux ! Le taux d’engrillagement, par rapport au reste de la France, est record : surtout constituée de forêts privées, la Sologne voit son territoire naturel de plus en plus cerné par des clôtures de toutes sortes qui le délimitent, le parcellisent… Près de 4 000 km linéaires, c’est énorme ! Pour les propriétaires, d’où qu’ils viennent, c’est tout bénéfice : défiscalisation (y compris sur la pose des clôtures), vente de droits de chasse dans des espaces clos, juteux ball-traps cynégétiques où les chasses sont autorisées à l’année, vente de la viande du gibier abattu à Rungis, vente de bois… Pour les autres, animaux humains et non-humains, c’est l’enfer…

Un terrible gâchis, mais l’impunité…

Le pire est qu’aux animaux déjà piégés par les clôtures ou des zones de nourrissages entretenus, on ajoute des animaux importés, sans grand contrôle, afin d’alimenter des tableaux de chasse plantureux. Toute la génétique et le comportement de la faune sont malmenés, avec ses conséquences paradoxales… « On voit au bord des routes des groupes de faisans relâchés pour la chasse. Accoutumés à l’humain, ils se regroupent et se laissent tirer sans même chercher à s’enfuir. Les sangliers, manœuvrant comme ils peuvent dans des couloirs de clôtures, débouchent fréquemment sur les routes. Les accidents créés justifieront bien sûr la nécessité de leur chasse…».  

À la fin des continuités écologiques, qui bouleversent les déplacements des humains comme des animaux, s’ajoute une pollution visible, à deux pas de la Loire, du Cher, de la Sauldre : plombs, cartouches non ramassées, bouteilles d’alcool, charniers d’animaux, parfois entiers, retrouvés en décomposition au bord des chemins… Tout cela dans la plus parfaite impunité : les propriétaires terriens sont proches du pouvoir, qu’il soit local ou national.  

Le témoin dit son dégoût, son sentiment d’impuissance. Il souhaite mobiliser davantage de gens pour tenter de freiner cette chasse à outrance qui dévaste la Sologne. Toute personne désireuse de répondre à son appel, afin de protéger les animaux et la biodiversité, pourra contacter One Voice

 

La pétition pour réformer radicalement la chasse est aussi un moyen d'agir : Signez !

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Chasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
démocratie !!!
Répondre
D
On parle beaucoup de chasse en ce moment..et pour cause....Ici on apprend un de ses pires aspects, non seulement la souffrance des animaux mais aussi le danger, la pollution et une population en détresse qui ne compte pas ....qui n'est que valetaille; mais nous sommes bien sûr toujours en démocratie, on nous l'enfonce dans le crâne; créons un terme pour cette autre forme de démocratie à la française: la plouto-aristo-démocraie !!!
Répondre
O
L'abolition des privilèges est une bonne idée. En 1789 les pauvres ont été autorisés à chasser le lapin avec myxomatose et le passereau chétif à la glu, je simplifie un peu. Les riches chassent le cerf, le pognon, les belles relations, l'entregent, quelques bribes de pouvoir et autres broutilles. L'ordre naturel est respecté, l'égalité est une bien belle chose.
Répondre
F
En finira-t-on un jour avec ces massacres d'animaux sans défense devant le plus grand prédateur qu'est l'homme ? Pétition signée
Répondre
M
L'histoire se répète toujours ici et ailleurs avec son lot d'atrocités! N'y voyez pas à redire, il faut bien que ces messieurs se divertissent! et puis ne sont-ils pas les premiers écologistes! Nous devrions les remercier! Ils font le ménage pour nous. Mais, ne serions nous pas en train de faire de l'agribashing?
Avez-vous pris connaissance du dossier de presse de la cellule DEMETER notamment son périmètre de compétences? Vous apprendrez alors que les actions menées par certains groupes antispécistes vis-à-vis du monde de la chasse, "intimement lié au monde agricole" (c'est écrit) peuvent être liés à la cellule DEMETER.
lié au monde agricole (impact de la régulation cynégétique sur la protection des cultures, identité
rurale, etc.) peuvent être intégrées à la cellule DEMETER en fonction des circonstances. LE PÉRIMÈTRE DE COMPÉTENCE DE LA CELLULE DEMETER
Répondre
Z
Intolérable. Et le pouvoir en place leur a donné un sentiment d'impunité .
Répondre
C
Il est bon de rappeler que nous avons, nous aussi, nos "tueurs" patentés ! Je ne doute pas que, si certains en avaient les moyens, ils iraient bien en Australie… Non pas pour porter main forte aux soldats du feu locaux mais pour flinguer des kangourous ou des dromadaires ! Oh que cela doit être jouissif !
Répondre
A
Ces histoires d’animaux peu farouche relâchés et abattus à bout portant, ça me rappelle qq chose...
Quand est ce que ça va cesser...?
Pas de fusils dans la nature !
Répondre
J
C’est évidemment beaucoup moins spectaculaire que les scandaleux mitraillages de dromadaires en Australie mais, chez nous, dans notre beau pays, on massacre également quotidiennement et ce uniquement pour le plaisir ! Ce témoignage d’un autochtone qui redoute les représailles en dit long sur l’état d’esprit de ceux qui s’adonnent à ce genre de loisir et, surtout, de ceux qui en tirent profit ! On retrouve les comportements de cette classe qui s’est auto proclamée "dirigeante" car détentrice de moyens financiers considérables qui ont le don de faire taire bien des mécontents… L’enfer, comme le dit ce correspondant, pour les animaux humains et non-humains !
Répondre