Quand les feuilles des arbres réchauffent la ville

Publié le par Jean-Louis Schmitt

A Amiens, les feuilles des 50 000 arbres sont utilisées pour produire de l’électricité mais aussi du compost, ce qui permet de chauffer les foyers de tout le centre-ville…

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Amiens développe une politique particulièrement ambitieuse pour la gestion de ses déchets verts. Parmi les différentes actions menées, il en est une qui, même si elle a lieu toute l’année, connait un pic en automne : le ramassage des feuilles mortes par les agents de la voirie. Grâce à un partenariat avec une usine locale de méthanisation, du réseau EDF et le service espace vert de la municipalité, les feuilles des 50 000 arbres de la cité sont utilisées pour produire de l’électricité mais aussi du compost. 

Ramassées puis triées…

À Amiens, les aspirateurs des agents de la voirie avalent 500 tonnes de feuilles chaque année. Celles-ci, une fois ramassées, sont d’abord stockées dans plusieurs lieux de la ville puis elles sont triées dans une usine de méthanisation picarde : Idex Environnement, dirigée par Gontran Delemaere. Elles ne vont pas toutes subir le même sort, toutes ne sont pas traitées de la même manière : les feuilles les plus "propres", généralement celles ramassées dans les parcs et jardins, sont transformées en compost…  Et les autres, c’est-à-dire celles récupérées dans les rues, sur la route, sont la plupart du temps abîmées, souillées et bien souvent mélangées avec du plastique ou des morceaux de verre. Ces lots partent dans des digesteurs, où ils sont transformés par les bactéries et produisent du biogaz. Celui-ci est ensuite injecté dans des moteurs. Il faut compter une quarantaine de jours pour que les feuilles mortes se transforment en énergie avant de se retrouver  dans le réseau EDF. A Amiens, la collecte des feuilles mortes permet de chauffer plus de 4 000 foyers dans la ville (ce qui correspond à l’équivalent du centre-ville).

Une économie circulaire avec, en plus un impact positif sur les personnes en charge de la collecte. Ramasser les feuilles est indispensable car autrement elles obstruent les avaloires, elles peuvent aussi rendre la chaussée glissante ou, en cas de pluie, occasionner des chutes sur les trottoirs. Et dans le cas présent le ramassage n’est plus une tache "vaine" pour les personnes qui ramassent. Mais l’impact est aussi économique comme l’explique Pierre Zéau, journaliste au Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau*.

D’autres villes en France se réservent leurs feuilles. Metz par exemple les transforme en engrais, et qui sait, celui-ci servira peut être à faire pousser de nouveaux arbres…

Emmanuel Moreau - "Esprit d’Initiative"*

 

*sur France Inter, du lundi au vendredi à 6h18.

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Environnement, Initiative

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Amiénoise je suis fière de cette initiative bien qu'elle vienne je pense (je vais chercher) de la municipalité actuelle qui comme le rappelle Jean-Louis n'a pas hésité au printemps 2018 à abattre des centaines d'arbres en période de nidification pour des travaux prévus de longue date, les abattages auraient ainsi pu être effectués en hiver !!! Je n'avais pas remis en cause l'utilité des travaux destinés, ça partait d'un bon sentiment, à favoriser les bus pour réduire la pollution; il s'avère que ça a été si mal pensé que la pollution est plus importante car il reste peu de voies pour les voitures; on aurait pu dire tant mieux mais aux heures des entrées et sorties d'école les parents ne peuvent attendre un bus pour conduire leur enfant puis se rendre au travail; alors ça bouchonne comme jamais et la pollution augmente dans ces créneaux horaires; comme quoi une bonne intention ne suffit pas toujours !
Mais oui Jean-Louis ces abattages de printemps ne devraient pas être réitérés, mes courriers ont suscité une réponse de la part de l'adjointe à l' Environnement, je dois dire après que la LPO alertée par mes soins eut elle -même écrit aux instances concernées. Mais on ne pouvait pas agir juste pour Amiens...
J' avais donc écrit au député François Ruffin mon quasi voisin pour l'alerter sur le vide légal; abattages et élagages ne sont pas interdits en période de nidification, seulement déconseillés....on sait ce que ça peur donner; très pris alors par d'autres questions au gouvernement et pas complètement touché à l'époque par les problèmes environnementaux comme il l 'est désormais, il avait demandé à sa secrétaire de "QG" de me recevoir, elle avait promis qu'il ferait une question écrite au gouvernement sur le sujet, m'avait même demandé de la rédiger, ce qui fut fait; mais je n'ai pas eu de retour; et je ne critique pas Ruffin, il ne peut être sur tous les fronts....mais peut-être l'a-t-il remise cette question écrite?
Ainsi un bon pont pour la municipalité actuelle; les élections approchent, la Maire UDI au départ s'est ralliée à Macron pour ne pas avoir de liste LAREM en face d'elle; no comment ! Un collectif de gauche s'est créé pour ces municipales rassemblant Insoumis, PCF, écolos , PS ......ce qui manque à l'échelon national .
Ah mais je deviens trop politique pour ce blog dédié à la Nature !!!
Répondre
O
Voilà le métier dont je rêvais, trieur de feuilles, à gauche une feuille de platane, à droite une feuille de marronnier, les plus belles je les garde pour mon herbier et j'en laisse quelques unes pour les oiseaux, les chats, les amoureux et les bourrasques d'hiver. Un travail saisonnier très prenant, mais tout à fait dans mes cordes. Je postule.
Répondre
J
Grâce à toi, Pierre, une nouvelle activité vient de voir le jour ! Comment n'y avions-nous pas pensé ?
Z
Une initiative intéressante et à imiter!
Répondre
J
Et, pourquoi ne pas la "souffler" (l'initiative) à nos élus locaux ?
D
un idée à suivre même dans un jardin modeste, mais de grâce, pas de souffleur à feuilles mortes qui polluent sérieusement
Répondre
J
Absolument : voilà un engin qui, à l'instar de la débroussailleuse, devrait être prohibé des jardins !
C
Merci beaucoup pour le partage de cette très belle initiative. Vos articles sont toujours passionnants et je les découvre régulièrement avec plaisir.
Répondre
J
Chouette ! Merci pour ce message super encourageant ! Continuez à être fidèle à Nature d'Ici et d'Ailleurs et pourquoi ne pas y contribuer à l'occasion ?
J
Amiens trie les feuilles "propres" et les autres. Impressionnant . Le chiffre annoncé de 4000 foyers chauffés est-il annuel?
Répondre
C
Pourquoi pas, cela me ferait très plaisir.
J
D'après ce que je comprends, il s'agit bien de 4 000 foyers chauffés annuellement...
C
Un recyclage aussi intéressant qu'utile ! Une initiative à développer à l’échelle du pays mais, évidemment, en zone urbaine uniquement ! A la campagne, la nature fait très bien les choses et les feuilles mortes alimentent avantageusement les sols…
Répondre
J
Du bon sens, rien que du bon sens...
J
Bonne initiative de la ville d'Amiens ! Pour autant, cela ne fait pas oublier la coupe et l'élagage d'arbres et de haies programmés en pleine période de floraison et de nidification... Peut-être que, grâce notamment aux courriers de Dominique, la municipalité agira différemment désormais...
Répondre