Nous sommes en guerre totale

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Pour redire l'urgence qu'il y a à changer notre comportement au plus vite, le physicien Aurélien Barrau n'a pas mâché ses mots ni caché son exaspération. « Nous sommes en conflit nucléaire et nous affûtons nos lance-pierres. » 

Le physicien Aurélien Barrau. Image extraite de la vidéo « Réveiller, Alerter mais surtout encourager ! S'engager pour un monde »

En une seule phrase, le physicien Aurélien Barrau a su résumer la dangereuse médiocrité de la réaction humaine face aux désastres écologiques en cours et à venir. C’était ce mardi 3 décembre lors du dernier Global Positive Forum (vidéo ci-dessous). Une intervention percutante et musclée.

La sixième extinction de masse s’accélère. Pourtant, aucun plan à la hauteur de ce désastre n’a encore été décidé. Une passivité coupable qu’Aurélien Barrau dénonce à nouveau, cette fois devant un parterre de ministres et de chefs d’entreprise, à l’invitation de Jacques Attali.

Le scientifique ne s’en cache pas, ce coup-ci, il a été moins calme que d’habitude. « Il semble que je me sois un tantinet emporté », a-t-il confié sur Facebook. Extraits :

« Nous sommes littéralement dans un état d’extermination massive de la vie sur Terre. Nous sommes en guerre totale. […] Nous sommes à la fois les auteurs de ce massacre et une partie des victimes de ce massacre. Et pour être tout à fait honnête et le dire sans être trop vindicatif, je crois quand même que l’essentiel de ce qui est proposé aujourd’hui relève de la bouffonnerie.

Nous sommes en conflit nucléaire et nous affûtons nos lance-pierres. Ça ne va pas faire illusion longtemps. Il faut que nous sortions de cet état d’hébétude. […]  Les gens qui préfèrent leur enfant à leur argent passent pour des radicalisés. Les gens qui préfèrent sauver la vie plutôt qu’un point de croissance passent pour des doux-dingues. » Aurélien Barrau

 

Axel Leclercq/PositivR (6 décembre 2019)

Vidéo : Réveiller, Alerter mais surtout encourager ! S'engager pour un monde positif (24 :10)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Ceux qui ont le pouvoir de faire , sont surtout tenus par ceux qui ont le pognon et préfèrent se gaver avec qu'écouter les scientifiques <br /> Aurélien Barrau est un scientifique que j'apprécie beaucoup et je suis certaine qu'il saura transmettre à ses enfants une philosophie empreinte d'empathie et de responsabilité.
Répondre
J
Quelle est la définition d'un colaptologue?
Répondre
J
Je pense que Pascale C. a voulu dire "collapsologue" de "collapsologie" qui est l'étude de l'effondrement de la civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder…
C
J'ai déjà eu l'occasion de dire ici tout le bien que je pense d'Aurélien Barrau qui, avec force et détermination, dit de manière très simple ce qui nous attend si nous ne nous bougeons pas davantage ! Il a raison mais, sans l'aide du pouvoir en place -un pouvoir qui freine des quatre fers pour ne rien changer- que pouvons-nous ?
Répondre
J
Le problème est peut être que l’on ne s’attaque pas aux décideurs, ils ont l’argent, les moyens d’action , les conseils scientifiques, l’audience…et pour garder leurs immenses privilèges que feraient t-ils d’autre que de tout faire pour réduire la population planétaire. Regardez ce qu’il se passe sur la planète, depuis longtemps ils savent et n’agissent pas mais divisent les gens, leur plan n’est pas une sauvegarde c’est une destruction et ce seront eux les survivants mais sans rien faire d’autre que de regarder. Ils ont les moyens de survivre, pas nous.
Répondre
J
Je pense comme toi JP : diviser pour régner a toujours été un bon moyen pour arriver à ces fins ! Tu dis par ailleurs une autre chose terrifiante mais tout à fait vraie : "Ils ont les moyens de survivre, pas nous"... Tout est dit !
P
Bonsoir cher jean-louis, vous avez raison sur ce point (encore!) : tous dressés les uns contre les autres, même au sein d'un combat commun, je ne l'ai que trop souvent remarqué. Cela est dû, en grande partie, au fait que tout est cloisonné : les écolos le sont sans être véganes, tout comme les 0 déchets, les gens de la PA ne soutiennent que les animaux de compagnie tout en dévorant les autres, de même, certains véganes utilisent du plastique en masse, par exemple, etc. Donc, comment s'entendre, finalement, face à tant d'absurdités ?<br /> Oui, nous sommes tous imparfaits, moi la première, mais le problème est que j'ai vu Aurélien Barrau dans une émission sur le véganisme dernièrement, et qu'il fut décevant à mes yeux, alors qu'il m'avait déjà un peu déçue en ayant mis des enfants dans un monde qu'il dénigre, à raison... c'est ballot :-)
Répondre
J
Je comprends d’autant bien vos états d’âme que je suis moi aussi régulièrement irrité par nombre de comportements qui me semble contraires à la logique la plus élémentaire ! Mais, encore une fois, je pense qu’il vaut mieux essayer de ne pas trop s’arrêter sur ces points d’achoppements et, à l’inverse, essayer de donner un sens à nos préoccupations quitte à nous éloigner de certaines personnes et/ou groupes qui nous semblent peu ou pas cohérents ! <br /> J’aimerai moi aussi que tous les militants de la cause animale fassent front commun et ne se préoccupent pas seulement des animaux de compagnie mais aussi de l’environnement en général, de la pollution, de l’agriculture intensive, du nucléaire, de la forêt amazonienne, de la mer j’en passe et des meilleures… Mais, cela ne sera jamais et, si c’est regrettable, c’est aussi et tout simplement un instantané de notre société qui est plurielle et peinera toujours à s’accorder y compris sur les problèmes les plus graves : nous en avons une parfaite illustration avec les grèves actuelles pour les retraites qui, si je les comprends parfaitement et comme je le soulignais plus bas, ne devraient pas faire passer au second ou au trente sixième plans les enjeux véritables que sont le climat et le réchauffement qui, s’il se poursuit comme c’est actuellement le cas, réglera définitivement le problème des retraites…
D
Ce n'est pas un fantaisiste, il n'est à la botte de personne, de plus très compétent alors il nous faut le croire . J'ai trouvé le troisième intervenant très condescendant voire caustique à l'égard d' Aurélien Barrau qui a eu l'intelligence de laisser passer...La population mondiale qui pourrait aller jusqu'à 11 milliards sans problème, quelle outrecuidance, notre nombre croissant est un des facteurs de la destruction des ressources et de la Nature; en plus il dit que c'est bon signe, signe que la médecine fait vivre les gens plus longtemps; et il dit "traîner ses guêtres dans le monde entier" !!!!! Si on vit plus longtemps (et encore pas tous et pas tous bien) dans nos pays qui justement sont les plus destructeurs par notre mode de vie, il est des dizaines de millions qui meurent jeunes après une vie de misère, alors quand "nous" serons 11 milliards!!! Il a beau prendre de grands airs et se présenter en connaisseur c'est un fieffé imbécile. Il m'écoeure !<br /> Peut-être n'a-t-il pas d'enfants car eux aussi seraient en danger et trouve-t-il très bien que certains se gavent et après eux le déluge...? S'il reproche implicitement à d'autres intervenants de ne pas proposer de solutions, en propose-t-il lui? Il me semble qu'il réduit les problèmes à l'émission de CO2 pour pouvoir continuer dans un système dans lequel, Aurélien Barrau le dit clairement, ce sont les 10% les plus riches qui détruisent le plus.<br /> Je trouve essentielle cette phrase d'Aurélien Barrau :"Les gens qui préfèrent leur enfant à leur argent passent pour des radicalisés. Les gens qui préfèrent sauver la vie plutôt qu’un point de croissance passent pour des doux-dingues." Je compte l'asséner à mes propres enfants, jeunes parents, non qu'ils soient pour la croissance et la vénération du PIB mais ils semblent agacés quand je parle des problèmes graves liés à la société de consommation, surtout en cette périe de fêtes ! Ils ne sont pas conscients de la situation même s'ils ne feront pas d'agapes et ne mangeront surtout pas de foie gras, car le respect des animaux j'ai réussi à le leur transmettre depuis longtemps. Mais non ils ne sont pas conscients de ce qui nous attend; d'autres jeunes le sont je crois mais désormais il faut que tous nous le soyons ! Donc je diffuse largement en demandant à mes contacts de faire de même; pas très optimiste: 4 ou 5 déjà informés et convaincus le feront, d'autres liront mais n'oseront pas importuner leurs contacts en diffusant et d'autres ne liront pas ce que je dois respecter, mais quel dommage ! Ils sont pourtant concernés!
Répondre
J
Il est évident Dominique que le plus grand nombre ne veut pas savoir et souhaite jouir de tout ce que notre société lui "offre" -qui, quoique l’on en dise est tout de même relativement nantie par rapport à d’autres parties du globe- plutôt que de s’embarrasser d’idées aussi pessimistes ! Tout le monde –ou presque- devrait être conscient que les années fastes sont derrière nous et que ce qui attend les générations de nos enfants et petits-enfants ne sera pas du gâteau ! Perspective évidemment difficile à admettre alors qu’il y a de plus en plus de riches et que, chaque jour, les inégalités se creusent davantage… On se bagarre actuellement pour des retraites de plus en plus hypothétiques mais, on refuse de voir qu’il y a beaucoup plus grave et qui ne menace pas seulement les travailleurs mais bel et bien l’ensemble de nos sociétés… Il me semble que cette espèce de déni est la pierre angulaire du problème en face duquel nous nous trouvons !
P
Dommage qu'Aurélien soit papa d'enfants en bas âge, ce qui est contradictoire avec son discours.<br /> Mon fils est colaptologue et n'a eu d'enfant, par exemple.
Répondre
J
Si je suis bien d’accord avec vous Pascale, quant à la nécessité impérieuse de limiter le taux de natalité, je ne jetterai pas pour autant la pierre à quiconque et certainement pas à Aurélien Barrau : en creusant un tout petit peu, nous avons tous nos contradictions et nos paradoxes ! A chacun de les assumer au mieux… Mais, par pitié, cessons de nous dresser les uns contre les autres : ce n’est pas ainsi que nous ferons avancer le débat mais, au contraire, cela donne une image pitoyable de notre combat !
S
C'est sûr que l'avenir est inquiétant pour les enfants; moi-même, si j'avais 20 ou 30 ans maintenant, je me poserais des questions : avoir ou non des enfants.<br /> La surpopulation est aussi un facteur aggravant de la crise écologique.<br /> En tout cas, Aurélien Barrau est un scientifique de très haut niveau et il a raison de nous alerter; on ne peut pas mettre en doute la parole des scientifiques.