La désobéissance fertile pour préserver le vivant

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Créer de nouvelles sociétés qui respectent le vivant au lieu de le détruire, c'est l'objectif de la Désobéissance fertile. Et c'est le mode de vie qu'ont choisi Jonathan et Caroline pour élever leurs enfants…

« La désobéissance fertile nous fait du bien ! ». Images extraites de la vidéo « La désobéissance fertile pour préserver le vivant ». (Cliquez pour agrandir)
« La désobéissance fertile nous fait du bien ! ». Images extraites de la vidéo « La désobéissance fertile pour préserver le vivant ». (Cliquez pour agrandir)« La désobéissance fertile nous fait du bien ! ». Images extraites de la vidéo « La désobéissance fertile pour préserver le vivant ». (Cliquez pour agrandir)

« La désobéissance fertile nous fait du bien ! ». Images extraites de la vidéo « La désobéissance fertile pour préserver le vivant ». (Cliquez pour agrandir)

Totalement à contre-courant de ce que vit le plus grand nombre d’entre nous, le mouvement « Désobéissance Fertile » s’érige en véritable collectif de "gardiens de la Nature" : il ne s’agit pas en fait comme on pourrait le croire, de quelconques squatteurs s’appropriant des zones naturelles et s’y installant à la manière de zadistes occupant la plupart du temps illégalement les terrains en question. On peut dire que la Désobéissance Fertile est, avant tout, une philosophie de la vie…

« Si quelqu’un rêve seul, ce n’est qu’un rêve. Si plusieurs personnes rêvent ensemble, c’est le début d’une réalité. »

Comment pourrait-on blâmer ces individus qui n’aspirent qu’à préserver ce qu’il reste de vivant et qui, à leur manière, démontrent que d’autres façons de vivre sont non seulement possibles mais hautement souhaitables ?

Vivre en symbiose avec notre environnement pour assurer la survie de notre espèce

Le défi est à l’image de l’enjeu : énorme et ô combien exaltant ! Alors que les terres agricoles s’appauvrissent de plus en plus avec l’agriculture intensive et terriblement polluante, les « désobéissants » tentent de régénérer les écosystèmes et vivent au plus près de la Nature… Un choix osé certes mais également salutaire semble-t-il !

Vidéo : La désobéissance fertile pour préserver le vivant (6 :48)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Et en cas,par exemple, de probleme medical grave vous ferrez quoi? Des soins avec des herbes ou faire appel aux derniers progres de la chimie et des technologies??
Répondre
J
Lorsqu’on adopte un certain choix de vie, on en accepte aussi les désagréments ! Si les désobéissants se mettent volontairement en marge de la société, ce n’est pas pour venir en profiter au moindre bobo ! Il est aisé de montrer du doigt des personnes qui ne demandent rien à personne alors que notre société ne se pose aucune question concernant certains assistés…
J
Je suis moi aussi partagé sur ce choix un peu extrême tout de même. J'ai connu des personnes ayant, dans la mouvance post-soixante huitarde et hippie, choisi dans les années 70 un retour à la campagne ou à la montagne. La quasi-totalité sont revenus avec une expérience certes mais souvent écornés. Je n'en ai pas connu qui sont allés dans des sectes mais l'expérience a du être encore plus traumatisante. Dans mes nombreuses randonnées pédestres, j'ai été hébergé dans des gîtes tenus par des survivants quelquefois heureux mais restés peu nombreux dans les villages, hameaux ou fermes qu'ils avaient contribué à sauver un peu. Expériences variées mais à l'inverse du Cid, ils partirent plus nombreux qu'ils ne restèrent. Je leur souhaite bon vent, et surtout aux enfants mais je reste très dubitatif. On peut aussi choisir de ne pas tout accepter dans le mode de vie actuel !
Répondre
K
Un choix de vie pour ces jeunes gens... Pourquoi pas ?
Quant aux enfants, ils verront plus tard...
Je pense à ma fille et son compagnon qui sont loin du chemin classique avec leur petit de 2 ans et demi.
En vivant en Creuse, à la campagne, ils s'y sentent bien...
Bonne soirée Jean-Louis.
Répondre
O
Comme d'autres intervenants je suis vaguement dubitatif. C'est très bien d'élever des enfants en harmonie avec la nature et de manger des orties, mais si ça se trouve ces courageux et industrieux jeunes gens n'ont même pas de 4X4, ni de télé ou pire pas d'internet et là ça devient quand même limite comme expérience, car comment commander l'indispensable sur Amazon et vérifier sa page Facebook?
Répondre
D
Le progrès technique est arrivé au bout de son évolution, pour avoir beaucoup détruit ! Un retour en arrière est-il possible; en tout cas voilà une nouvelle philosophie de vie qui émerge , peut-être sauvera-t-elle le Monde si elle devient partagée?
Répondre
C
Comme Domi, je pensais aux enfants quand ils seront adolescents et adultes... En attendant, s'ils sont heureux ainsi, c'est bien. Je comprends leur point de vue. Belle semaine!
Répondre
C
Et l'école, qu'est-ce qu'ils vont faire? Juste apprendre à vivre avec la nature et faire des ustensiles et autres choses utiles à leur survie? C'est déjà super bien, puisque bien des gens, à commencer par moi, ne pourraient pas survivre en forêt! Il faudrait que ce soit plus grand et qu'il y ait une école et autres services nécessaires. Pour ce qui est des sectes, je ne suis d'aucune religion et je ne crois à aucune de ces sectes. Tu as raison : c'est bien pire! Bon, chaque personne a le droit à son opinion, n'est-ce pas Jean-Louis? Ce que j'aime le plus de ce reportage, c'est qu'aucun animal n'est exploité! Belle semaibe!
J
Eh bien Cléo, quand les enfants auront grandi, ils feront tout simplement leur choix de vie... comme tout le monde ! Je ne comprends pas ces réticences alors qu'on est loin d'un embrigadement sectaire ! A ce propos : je trouve qu'on fait moins de cas de certaines sectes alors même qu'il y aurait matière critique !
D
Il faut aussi mesurer le pour et le contre, notamment quand il y a des enfants impliqués sans avoir encore les moyens de choisir
Répondre
J
Parce que les enfants vivants ailleurs ont le moyen de choisir leur existence ? Il serait intéressant de poser la question aux gamins ne connaissant rien d'autre que l'enfer de Dandera, la décharge de Nairobi ou des bidonvilles de Calcutta...
Il me semble que, dans le cas présent, les enfants sont, au contraire, non seulement préservés de manques indispensables éventuels mais, de surcroît, bénéficient d'un cadre de vie idéal à bien des égards : la Nature !
Tous les bambins n'ont hélas pas cette chance, loin de là, ballottés entre les crèches, les nourrices, les embouteillages et autres "joyeusetés" des vies citadines et trépidantes de leurs parents...
Z
Un mode de vie pas forcément adaptable à tous mais une belle philosophie que cette désobéissance fertile. C'est sûr que nos sociétés sont totalement destructrices . Pendant une dizaine d'années de ma jeunesse, je vivais l'été en camp d'éclaireuses en totale immersion dans la Nature et ces années m'ont beaucoup apporté .
Répondre
J
Un choix de vie osé certes mais dans lequel les "désobéissants" semblent totalement s'épanouir ! Il ne nous appartient pas de les juger mais, en revanche, d'en tirer des enseignements et, peut-être, de mesurer combien nous nous sommes progressivement éloignés des vrais valeurs et de la Nature en général !
Répondre