L’heure de l’Epervier

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Sa stratégie, c’est l’effet de surprise ! Dans cette optique, l’Epervier d’Europe vole à faible hauteur au-dessus du sol, profitant de l’abri de haies, de buissons ou de bâtiments pour se dissimuler et fondre de manière soudaine sur sa proie…

Redoutable chasseur, l’Epervier d’Europe (Accipiter nisus) est un rapace pour le moins discret… Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Redoutable chasseur, l’Epervier d’Europe (Accipiter nisus) est un rapace pour le moins discret… Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Ce comportement de chasse lui a valu d’être longtemps en conflit avec ses voisins humains et, en particulier les éleveurs de pigeons de compétition (les colombophiles) et ceux de volailles et de « gibier » à plumes, concentrations dans lesquels il prélève volontiers une quote-part pour subvenir à ses besoins : opportuniste, l’oiseau de proie a en effet rapidement compris qu’il était plus facile de se servir dans ces élevages plutôt que de se lancer dans une poursuite de passereaux nettement plus aléatoire…

La technique de chasse très efficace de ce rapace a également durablement impressionné les « fauconniers » qui utilisent les Eperviers depuis le XVI ème siècle au moins ! Timide et, de fait, peu visible, l’oiseau n’en est pas moins relativement commun… En hiver, lorsque les mangeoires sont bien fréquentées, il n’hésite pas à faire des incursions dans les jardins et à s’abattre sur les visiteurs habituels des points de nourrissage ! Naturellement, ces prélèvements sont généralement peu ou mal acceptés : cette prédation est pourtant autrement plus naturelle que certaines méthodes de chasse perpétrées par les hommes…

L’épervier est un spécialiste de la chasse aux passereaux, qui représentent 97,5% des proies capturées pendant la période de nidification. Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)L’épervier est un spécialiste de la chasse aux passereaux, qui représentent 97,5% des proies capturées pendant la période de nidification. Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

L’épervier est un spécialiste de la chasse aux passereaux, qui représentent 97,5% des proies capturées pendant la période de nidification. Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Si la grande majorité de son alimentation est constituée de passereaux (jusqu’à la taille du pigeon…) l’Epervier capture aussi des petits mammifères, des rongeurs, des insectes…

La situation de cet oiseau est globalement favorable : néanmoins, les populations des bocages sont menacées par les pratiques d’ouverture du paysage par arasement des haies et une conversion des herbages en cultures, induisant une raréfaction importante des espèces proies. L’usage des pesticides en agriculture constitue également une menace non négligeable pour l’ensemble de l’avifaune. Par ailleurs, l’épervier est parfois victime de tirs lors de la chasse aux pigeons dans les bois (constat en Normandie ou encore dans le Limousin…), peut-être par confusion mais il y a certainement aussi des actes parfaitement délibérés tant la haine du rapace reste vive dans certains milieux…

A noter que, malgré son statut d’espèce protégée, l’Epervier d’Europe, comme l’Autour des palombes, peut faire l’objet d’autorisations de désairage (prélèvement d’œufs ou jeunes au nid) dans le seul but de satisfaire les loisirs de fauconniers pratiquant la chasse au vol…

Tout le monde ne l’aime pas, car il se nourrit d’oiseaux. Pourtant, l’Epervier d’Europe ne met à mal aucune espèce d’oiseaux… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)
Tout le monde ne l’aime pas, car il se nourrit d’oiseaux. Pourtant, l’Epervier d’Europe ne met à mal aucune espèce d’oiseaux… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)Tout le monde ne l’aime pas, car il se nourrit d’oiseaux. Pourtant, l’Epervier d’Europe ne met à mal aucune espèce d’oiseaux… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)Tout le monde ne l’aime pas, car il se nourrit d’oiseaux. Pourtant, l’Epervier d’Europe ne met à mal aucune espèce d’oiseaux… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Tout le monde ne l’aime pas, car il se nourrit d’oiseaux. Pourtant, l’Epervier d’Europe ne met à mal aucune espèce d’oiseaux… Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Merci infiniment à Claudie Stenger pour la mise à disposition de ses superbes photos !

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Magnifique oiseau !
Répondre
C
Un très beau reportage sur un superbe oiseau. C'est un prédateur, mais, contrairement à l'homme, il participe à l'équilibre de la nature, il ne la détruit pas...
Répondre
S
Comme d'habitude, joli reportage et superbe présentation d'un oiseau remarquable. Merci d'avoir mis en valeur mes photos.
Répondre
B
Superbe présentation d'un oiseau véritablement magnifique ! C'est un redoutable prédateur mais, lui, à l'inverse de l'humain, ne chasse que pour survivre !
Très belles photos, bravo...
Répondre
Z
Très belles photos! J'ai toujours été fascinée par le regard de ces rapaces!
Répondre
N
Tres Tre article tres instructif
Les photos de ce rapace sont magnifiques
Merci
Répondre
N
Désolée pour ces erreurs de frappe
Je rectifie. Article tres tres instructif (les accents ne passent pas)
D
un article intéressant faisant un parallèle très orienté, comme d'habitude, entre le chasseur de passereaux qu'est l'épervier et le porteur de fusil, lequel fait pourtant, en nombre, bien moins de victimes...
Répondre
J
L'épervier de ma colline n'est pas un bon chrétien, l'épervier de ma colline chante comme un vrai païen.....
Commençons l'année en chanson. Les photos sont magnifiques.
Répondre
C
Très beau portrait d'un oiseau méconnu (par moi) !
Les photos sont magnifiques : continuez à nous faire rêver avec vos publications toujours présentées avec soin !
Répondre
J
Il y a longtemps que je souhaitais vous présenter ce magnifique rapace : les photos que Claudie Stenger a aimablement mises à ma disposition ont enfin permis cette publication ! Que le talentueux photographe en soit encore une fois infiniment remercié. Il y a d'autres contributions du même genre en projet mais... ça ce sont d'autres histoires !
Répondre