Le hérisson, menacé de disparition ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les bénévoles de SOS hérissons appellent au secours : les hérissons sont en danger, cet hiver en particulier. Car ils n’ont pas pu emmagasiner assez de graisse cet été à cause de la sécheresse. Du coup, ils n’ont pas le stock de nourriture nécessaire pour entrer en hibernation et meurent de froid…

Deux tiers des hérissons de France ont disparu en l'espace d'à peine vingt ans… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Deux tiers des hérissons de France ont disparu en l'espace d'à peine vingt ans… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Officiellement, le hérisson est classé en "préoccupation mineure" sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il est par contre protégé en France depuis un arrêté de 1981, qui a depuis été consolidé par de nouveaux articles de loi. Concrètement, il est interdit de de capturer, de mutiler, de perturber ou de mettre en vente un hérisson sous peine d’être poursuivi. En 2014, le tribunal correctionnel de Lille avait condamné un homme à une amende de 1 000 euros pour avoir mangé des hérissons.

 

Omnivore, le hérisson dévore insectes, escargots, souris et autres petits mammifères. Par son rôle de régulateur, il protège les cultures des nuisibles. Afin de protéger cet "ami du jardinier", le mieux est de bannir de ses plantations les insecticides ou les anti-rongeurs, l’empoisonnement étant la seconde cause de mortalité de ce mammifère nocturne. Attention aussi si vous brûlez votre tas de bois ou de feuilles, dans lesquels les hérissons ont tendance à établir leurs nids.

 

Si vous trouvez un hérisson mal en point, n’hésitez pas à faire appel au centre de soins le plus proche de chez vous !

 

 

Vidéo : Le hérisson, menacé de disparition ? (5 :20)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Merci pour ce petit animal que j'aime beaucoup
Répondre
M
Merci pour ce nouveau plaidoyer en faveur de ces charmants et de plus en plus rares hôtes de nos jardins ! Il est triste de constater que l'espèce est de plus en plus en difficulté mais, c'est tout à fait logique au fond puisque l'espace dédié au "sauvage" est de plus en plus rare...
Répondre
F
Il faut tout faire pour les protéger construire des abris ou laisser des tas de branchages et de feuilles pour qu’ils puissent s’installer pour l’hiver et leurs mettre de la nourriture à disposition
Répondre
K
Pauvres hérissons...<br /> <br /> Je partage...
Répondre
S
On en a plusieurs qui hibernent dans les abris qie l'on a fait pour eux dans notre jardin.<br /> C'est adorable comme petit animal.<br /> On en a souvent récupéré qui sortait en plein jour.<br /> On les mettait à l'abri jusqu'à la tombée de la nuit.
Répondre
C
C'est gentil à toi de sensibiliser le public à la cause de ce petit animal doux. @mitiés!
Répondre
Z
Délicieux petit animal qui paie un lourd tribut aux activités humaines. <br /> J'ai eu l'occasion d'en recueillir un, attiré par des croquettes tombées d'un sac devant ma porte , en pleine ville! Je l'ai confié au centre de soins que m'avait indiqué l'association nationale :une dame est venu le chercher . Il n'était pas blessé et a donc été mis en pension dans leur terrain protégé.
Répondre
D
un des petits mammifères les plus sympas
Répondre
J
Bravo à ces dames. Est ce que les bénévoles masculins sont en voie de disparition ? J'ai installé des abris propices aux hérissons. Je n'ais malheureusement pas observé de visiteurs.
Répondre
J
C’est que, malgré les températures assez basses, on voit encore des jeunes hérissons en quête de nourriture ! Trop faibles, ils ne font pas le poids (c’est le cas de le dire) pour hiberner : il faut donc impérativement leur venir en aide si vous en voyez ! N’hésitez pas à prendre contact avec le centre de soins le plus proche de chez vous…
Répondre