Le chant de la Bécassine double

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Je suis tombé « par hasard » sur cette étonnante vidéo d’un oiseau que j’ai peu de chance de rencontrer par chez moi : il est, du reste en très forte régression dans l’Union Européenne, sa population avoisinant les 2 000 couples à peine… La Bécassine double bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire.

Bécassine-double. Photo : Image extraite de la vidéo " Great snipe. Singing and displaying birds. "

La bécassine double ressemble à la bécassine des marais, mais elle s’en distingue par les striures qui recouvrent totalement son estomac. Elle présente des marques foncées sous les ailes et de grandes marques blanches sur le bord de sa queue (bien que ces marques blanches ne soient pas aussi évidentes chez les juvéniles). La bécassine double est également plus grosse et plus trapue que la bécassine des marais. Ses pattes sont jaunâtres ou vert-grisâtre. Son bec et son iris sont marron foncé. Son vol est lourd et direct, à proximité du sol. (Source : NatureGate)

Video: Great snipe. Singing and displaying birds. (2:37)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Oiseaux, Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Bel oiseau au bec surprenant!
Se promener dans la nature va devenir un sport extrême!
Répondre
D
Merci Jean-Louis pour ce beau partage. Je réponds à ta remarque sur ce nouvel accident de chasse; il y a eu aussi la veille un tir qui a fini sur le pare- brise d'une voiture, je pense que le conducteur n'a pas été atteint .....par chance, mais enfin c'est quasi chaque jour désormais ces accidents. Je m'étonne donc à nouveau que la loi permette à des individus armés de déambuler dans la Nature, parfois près des routes et des maisons....inutile de le redire ici, alors comment devons-nous procéder pour faire prendre conscience de ce danger permanent aux pouvoirs publics; les non chasseurs votent aussi alors ....si nous nous y prenons bien, nous devrions être entendus au moins pour cette raison si l'éthique et la sécurité de tous les citoyens importent peu en haut lieu; j'avoue ne pas savoir comment...créer un collectif de citoyens qui veulent être en sécurité quand ils profitent de la Nature ??? passer par de grands médias..... ?? Mais la majorité appartiennent à des milliardaires qui n'ont comme objectif que l' Argent . Si toi ou un de tes lecteurs a une idée...
Répondre
J
On pourra déjà commencer par interpeller les divers candidats aux prochaines municipales : je sais bien que les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent ou qui y croient mais, toutes les occasions étant bonnes, commençons par là...
D
je l'espère respectée comme elle le mérite
Répondre
J
Merci pour la récréation. Peut on la prolonger ?
Répondre
S
Quels beaux sons de la nature !
Tellement plus beaux et apaisants que ceux de la villle !
Répondre
J
Allez : petite récréation avant de replonger dans la "vraie vie", celle ou être vététiste est presque aussi dangereux que de naître sanglier... Et, surtout, ne vous avisez pas à imiter le chant de cette ravissante Bécassine : vous risquez là aussi de prendre une copieuse volée de plombs !
Répondre
J
"Un vététiste a été blessé par un chasseur, mercredi 18 décembre à Saumane-de-Vaucluse, a-t-on appris auprès des pompiers.

L’homme âgé de 45 ans a été touché au bras par le tir d'un chasseur, alors qu'il se trouvait sur un chemin de randonnée, a indiqué le service départemental d'incendie et de secours du Vaucluse, confirmant une information de La Provence. C'est le chasseur qui a alerté les secours. La victime a été prise en charge par les pompiers et évacuée vers le centre hospitalier d’Avignon. Une enquête de gendarmerie a été ouverte.

Cet accident intervient quatre jours après un mortel accident de chasse dans les Alpes-de-Haute-Provence. Un chasseur, âgé de 41 ans a perdu la vie sur la commune du Castellet, mortellement touché par le tir d'un autre chasseur qui l'aurait confondu avec un animal. Les accidents de chasse font régulièrement la une des médias. Le naturaliste Pierre Rigaux en a fait son combat. Dans "Pas de fusils dans la nature : les réponses aux chasseurs", le naturaliste anti-chasse évoque les problèmes de cohabitation avec les chasseurs. Il rapporte une rencontre à risque dans les Hautes-Alpes.

"Un jour où je marchais lentement et le plus silencieusement possible, dans un étroit vallon forestier plein de buissons, je me suis tout à coup retrouvé nez-à-flèche avec un archer, arc tendu, pointé sur ma face". Si les accidents de chasse concernent principalement des pratiquants, les non-chasseurs ne sont pas épargnés. Lors de la saison 2017-2018, 3 morts et 17 blessés non-chasseurs ont été recensés." (France 3 Provence Alpes Côtes d’Azur)