Ils achètent 115 hectares sur Le Bon Coin et créent une réserve interdite aux chasseurs !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Connaissez-vous le Domaine de Bagarry, dans le Var ? Cet espace fait partie des plus vastes réserves privées de France et appartient à un couple, Carole Charpentier et Grégori Lurot. Particularité : le domaine est entièrement consacré à la vie sauvage et la pratique de la chasse y est rigoureusement interdite !

Carole Charpentier et Grégori Lurot sur les hauteurs du domaine de Bagarry (Var). Photo : Catherine Simonet/Le journal minimal

C’est l’histoire d’une belle aventure qui se transforme en concrétisation inspirante. Carole Charpentier et Grégori Lurot sont deux amoureux de la nature vivant dans le Var. Lui est exploitant agricole, elle est institutrice.

Donner corps à un rêve 

En 2014, le couple s’est lancé dans une aventure à peine croyable : ils ont acheté une propriété abandonnée à 900 mètres d’altitude et l’ont transformée en réserve naturelle. Désireux de porter un projet d’une vie valorisant l’agriculture saine et la protection de l’environnement, ils se sont mis à la recherche d’un terrain éloigné de l’activité humaine dans le sud de la France.

Et c’est en effectuant des recherches sur Le Bon Coin qu’ils ont trouvé leur petit coin de paradis ! Pour une somme tout à fait honnête, ils ont pu acheter pas moins de 115 hectares de terrain afin de concrétiser leur rêve.

Une réserve de vie 

Le terrain, à l’abandon depuis 4 ans, comportait un corps de ferme en partie en ruines. Il n’y avait plus à hésiter : c’est là qu’ils s’installeraient pour donner corps à leur projet. Et quel projet : venir grossir les rangs des réserves naturelles privées, ce que l’on rencontre rarement en France. Des initiatives personnelles, des projets de longue haleine et qui ne dépendent pas de l’Etat française (ce qui implique qu’aucune aide n’est versée non plus).

Mais le coup d’éclat le plus retentissant dans cette réserve est que le couple propriétaire a décidé d’y interdire rigoureusement tout acte de chasse, afin d’offrir à la nature un lieu de tranquillité et de régénération. Et force est de constater que ça marche.

Depuis leur installation, la diversité et la population de la faune sauvage n’a fait qu’augmenter au fil du temps. Les animaux viennent s’y réfugier, quand on sait que dans la région du Var, la pression de la chasse est particulièrement importante.

Loup, y es-tu ? 

Comme la réserve n’est pas clôturée, les animaux que le couple élève (volaille, ovins…) peuvent être la cible d’attaques de loup gris, présent dans cette région du sud de la France. Depuis 2014, le couple n’a eu à déplorer que deux attaques. Pour les éviter, une seule solution : toutes les bêtes sont rentrées à la nuit tombante. Une nouvelle preuve que des actions citoyennes, même de petite ampleur, peuvent aider la nature et la biodiversité !

Agathe Perreault/Best friends

"En plus de ça, Grégori et Carole ouvrent les portes de leurs domaines à tous les curieux désireux de réaliser un « stage de survie » dans ce cadre exceptionnel. Au programme : apprentissage de techniques pour faire du feu, découverte de plantes médicinales ou comestibles, repérage des traces animales etc. L’objectif est avant tout de partager un moment de convivialité, loin des bruits et des routes, parfois au rythme de la guitare… Les Woofers sont aussi les bienvenus dans ce sanctuaire pour échanger leur savoir-faire contre le gîte et le couvert !" 

DR. (Cliquez pour agrandir)
DR. (Cliquez pour agrandir)DR. (Cliquez pour agrandir)DR. (Cliquez pour agrandir)
DR. (Cliquez pour agrandir)DR. (Cliquez pour agrandir)DR. (Cliquez pour agrandir)

DR. (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
jirai chasser en limite
Répondre
J
Belle mentalité ! On reconnaît bien là votre souci de la préservation de la biodiversité... Honte à vous !
S
Vraiment, nous vous félicitons d'avance parce que c'est un grand pas que vous aviez fait
Répondre
B
Bravo, rien de l'état . .certe... Mais des compte à rendre. . "identification des anx, suivis sanitaire du troupeaux..
Réglementation Européenne... Ect.. Ect... Bon courrage
Répondre
B
bravo
Répondre
A
Bravo à eux ! J’espère qu’un grand nombre d’initiatives comme celle-ci fleuriront à travers le pays...
Répondre
M
Très bonne initiative ,espérons qu'elle servira d'exemple et qu'on voit fleuri de telles réserves un peu partout en France. Puisque il ni a rien à attendre des pouvoirs publics dans ce domaine.
Répondre
F
Bravo à Carole et Grégori ! Quelle belle initiative ! Puisse-t-elle inspirer le plus grand nombre !
Répondre
A
Merci !
Répondre
K
Bravo à ce couple !
Bonne soirée Jean-Louis
Répondre
A
Face aux obstructions, aux violences et autres crimes environnementaux, ce sont les citoyens et associations qui localement font bouger les lignes.
On ne peut que saluer ces engagements à démultiplier sans aucune modération !
Répondre
C
C'est superbe! Il en faudrait beaucoup comme eux, mais ce n'est pas tout le monde qui peut faire cela! Belle journée !
Répondre
D
Encore de belles personnes, courageuses de surcroît....quasi le rêve de M.Cyprien d'Henri Bosco, mais plus adapté à la réalité; plus le grand prédateur destructeur: l' Homme mais la Nature reprenant ses droits une auto-régulation naturelle , là où les animaux sont chez eux ne l'oublions pas. A vouloir jouer les démiurges, l' Humain qui ramène tout à lui, à ses intérêts, à ses envies, a fait beaucoup de mal, a abîmé le beau cadeau qu'était notre Planète !
Répondre
D
Salut J.Louis, ma question n'était pas en l'air mais correspondait à cette phrase de l'article : "la population de la faune sauvage n’a fait qu’augmenter au fil du temps. Les animaux viennent s’y réfugier"
Pour mon blog j'ai préparé un article sur ce qui représente la bête noire de la sncf, en dehors des grèves, il s'agit des sangliers qui causent de gros retards et coûtent à l'entreprise de transports des millions d'euros par an en endommageant les TGV
Evidemment, si on se place du point de vue des sangliers, il faut interdire la circulation des trains...
Répondre
C
Magnifique projet ! Je croise les doigts pour que cela fonctionne. Merci à ces belles personnes pour cette belle initiative et ce superbe refuge pour la faune sauvage préservée des fusils !
Répondre
M
Sur une si belle surface ouverte en l’occurrence aux super-prédateurs, la nature se chargera elle-même de réguler en temps voulu. Nous n’ignorons pas que la surpopulation des sangliers est entretenue et voulue par les chasseurs ! Le fait que cela fonctionne ici serait une preuve supplémentaire de ce que nous martelons régulièrement et de CQFD !
Répondre
Z
I have a dream: celui-là exactement ! Soustraire des ha et des victimes aux chasseurs.
Cette concrétisation montre que c'est possible et donne de l'espoir.
J'aimerais rencontrer ces belles personnes.
Répondre
D
projet intéressant mais comment seront gérées les éventuelles surpopulations, de sangliers par exemple ?
Répondre
J
Et pourquoi faudrait-il qu’il y ait une surpopulation quelconque ? Une telle surface peut parfaitement être propice à l’installation d’un équilibre naturel… C’est là, du reste, que le projet en question devient enthousiasmant : il permettra probablement à de nombreuses espèces (tant floristiques que faunistiques) de trouver un refuge bienvenu par les temps qui courent…
J
Tu as raison Jean-Louis, on supprime la chasse et voila, c’est fait ! On prend quelques mesures propres pour la culture, l’élevage, on arrête la surproduction et la nature reprendra toute seule son équilibre.
Répondre
J
Un timbre-poste Saxo ? C'est une question de point de vue ! On peut faire beaucoup pour la biodiversité quelle que soit la surface : nous avons un (petit) terrain d'une trentaine d'ares et le résultat est déjà assez génial, alors, 115 ha...
S
une telle surface ? mais 115 ha c'est un timbre poste...
J
Article sympathique et positif.
Répondre
J
Une histoire comme je les aime, idéale pour égayer quelque peu ce matin de dimanche pour le moins encore très tempétueux (en Alsace Bossue en tous cas) ! On se surprend à rêver… A rêver d’une multitude d’actions similaires où le vivant serait préservé des fusils ! Des milliers de "réserves de vie" où bêtes et gens cohabiteraient dans une espèce d’osmose, d’harmonie, d’équilibre parfait… Rêver ne coûte rien et, au contraire, fait du bien : certains osent franchir le pas et, malgré l’adversité et parfois aussi l’âpreté de cette nouvelle existence, arrivent à concrétiser leurs rêves : Carole et Grégori du Domaine de Bagarry, le prouvent…
Répondre