Quand certains rêves deviennent réalité…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Lorsque, en 1978, Jacques Dhorne créait, en Alsace à Schalkendorf, le premier centre de soins pour animaux sauvages en vue de leur réinsertion dans le milieu naturel, il s’agissait, déjà, d’un vieux rêve ! Depuis, le GORNA, association fondée en 1983 qui assure la gestion et la logistique du centre, n’a cessé d’évoluer et, fidèle à sa mission de sauvegarde, inlassablement continue d’innover…

Chevêche d'Athéna ou Chouette chevêche (Athene noctua) placée dans un équipement avant d’être relâchée dans la nature... Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Chevêche d'Athéna ou Chouette chevêche (Athene noctua) placée dans un équipement avant d’être relâchée dans la nature... Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Installé depuis 2003 dans une ancienne maison forestière dans le magnifique et idéal site du Loosthal (massif forestier au-dessus de Neuwiller-lès-Saverne), le centre de soins du GORNA accueille chaque année plusieurs centaines d’animaux provenant du nord de l’Alsace, de l’Eurométropole de Strasbourg et de l’Est de la Moselle et de la Meurthe et Moselle…

Après avoir mis au point un système innovant et original de protection de bassins de pisciculture pour les préserver des prédateurs et éviter ainsi que des Balbuzards pêcheurs ne se prennent malencontreusement dans les filets de protection, après avoir inventé un dispositif pour éviter aux Cygnes strasbourgeois de heurter les câbles des lignes de tram, Guy Marchive, le directeur du centre de soins, œuvre infatigablement afin de faire avancer nombre de dossiers et faire progresser la protection et la réinsertion de la faune sauvage…

C’est ainsi qu’à l’occasion du 35ème anniversaire du GORNA, la municipalité de Neuwiller-lès-Saverne, a spontanément mis un terrain de 2 hectares à disposition du centre après y avoir planté symboliquement 35 arbres fruitiers à haute tige et de variétés anciennes ainsi qu’un tilleul à fleurs : ce « verger sanctuaire » et l’ensemble du site composé d’anciennes vignes, de vieux arbres creux, de haies, de fourrés et de prés non fauchés, constitue un ensemble préservé idéal pour nombre d’espèces animales d’où l’idée d’y effectuer des relâchés associés à un protocole d’émancipation progressive !

Après la signature d’une convention (1) autorisant le GORNA à mettre en place diverses petites installations spécialement conçues et réalisées pour la réinsertion de juvéniles et destinées à accueillir certains petits animaux durant une courte période d’adaptation –généralement quelques jours-, le centre de soins a déjà pu procéder aux premiers relâchés : en l’occurrence, deux Chouettes chevêches (ou chevêches d’Athéna) et deux Lérots, placés dans ces équipements pour retrouver la liberté !

Chevêche d'Athéna ou Chouette chevêche (Athene noctua) et Lérot commun (Eliomys quercinus). Photos : JLS et GORNA (Cliquez pour agrandir)Chevêche d'Athéna ou Chouette chevêche (Athene noctua) et Lérot commun (Eliomys quercinus). Photos : JLS et GORNA (Cliquez pour agrandir)

Chevêche d'Athéna ou Chouette chevêche (Athene noctua) et Lérot commun (Eliomys quercinus). Photos : JLS et GORNA (Cliquez pour agrandir)

Outre le fait de disposer librement des terrains en question -qui se trouvent en outre à faible distance du centre de soins lui-même- pour y procéder à toutes sortes de relâchers dans des conditions idéalement favorables pour nombre d’oiseaux (chouettes, pics et autres passereaux inféodés à ce type de milieu…) et de petits mammifères (hérissons, lièvres bruns, lérots…), le GORNA mise également sur une utilisation pédagogique du lieu ! En effet, selon Guy Marchive « cette action dans sa globalité, constitue un vecteur fort pour éduquer, améliorer la connaissance et sensibiliser jeunes et moins jeunes à la préservation de la biodiversité et du lien indéfectible entre les diverses espèces animales et végétales » !

Un site réellement exceptionnel…

Avec l’urbanisation qui semble ne jamais vouloir s’arrêter, les infrastructures routières, les zones commerciales et artisanales qui poussent tels des champignons, l’agriculture intensive grande dévoreuse d’espace, les zones véritablement favorables au maintien de la biodiversité se font de plus en plus rares ! Abandonnés, nombre de vergers sont hélas arrachés et, de plus en plus, les prés transformés en champs : de fait, bien des espèces totalement dépendantes de ces milieux menacés se trouvent dans l’impossibilité de s’établir et, progressivement, voient très logiquement leurs effectifs dégringoler…

« Nous tenons là l’opportunité de rappeler l’importance et le caractère indispensable de préserver et même de restaurer certains biotopes pour donner toutes les chances de survie aux animaux relâchés lors de leur réinsertion dans le milieu naturel… ». Guy Marchive

Si le site de Neuwiller-lès-Saverne constitue un authentique petit paradis permettant à la vie de s’épanouir, cela reste évidemment fort modeste en regard de ce que l’Homme devrait laisser à la Nature ! C’est certes bien peu mais, cela a le mérite d’exister et, grâce au dynamisme des diverses parties prenantes –la Commune de Neuwiller-lès-Saverne avec le soutien du Ministère de l’Environnement, le Parc Naturel des Vosges du Nord et la Région Grand-Est-, l’exemple produira, on peut l’espérer, une saine et fort utile émulation !

Vue partielle du site mis à disposition du GORNA par la municipalité de Neuwiller-lès-Saverne. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Vue partielle du site mis à disposition du GORNA par la municipalité de Neuwiller-lès-Saverne. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Vue partielle du site mis à disposition du GORNA par la municipalité de Neuwiller-lès-Saverne. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

  1. Convention signée en mai 2019 pour une période de 50 ans, tacitement reconduite ensuite tous les dix ans ! Ce contrat autorise le GORNA a installer des structures en vue de relâcher des animaux, à procéder aux dits relâchers et à récolter les fruits des arbres plantés…

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacky 30/09/2019 08:15

Bravo à ces visionnaires de 1978.

kimcat 29/09/2019 15:26

C'est une très belle initiative pour protéger l'environnement.

Zoé 29/09/2019 10:50

Magnifique initiative et j'espère aussi que cela servira d'exemple . Espérons aussi que les jeunes qui auront le privilège d'y venir en tireront des leçons pour l'avenir!

Jpl 29/09/2019 10:13

Très bonne initiative et qui doit forcément fonctionner, je citerai en exemple la Guadeloupe qui a ouvert depuis au moins une dizaine d’années un centre de recueil, traitement, réadaptation et remise en liberté des tortues marines. Les plus jeunes sont très sensibles à cette mesure de protection et sont les premiers à agir dès qu’un animal est signalé. Initiatives à multiplier bien sûr.

Danielle 29/09/2019 07:36

Belle et bonne initiative. Merci pour l'info !

Claire 29/09/2019 06:32

Voilà un exemple concret de protection de l'environnement et de ceux qui y vivent ! Le site a l'air préservé et, du coup, d'une belle richesse tant floristique que faunistique ! Merci à l'ensemble des acteurs qui se démènent pour mener à bien de tels projets... A partager sans modération !

Jean-Louis 29/09/2019 06:04

Magnifique site que j’ai eu le plaisir de découvrir en compagnie de Guy ! Ce jour-là, nous y avons placé, en vue d’y être relâchés, une chouette chevêche et un lérot… Belle expérience que je tenais à partager avec les lecteurs de "Nature d’Ici et d’Ailleurs" !