Cinq idées reçues sur le renard

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Tout comme Julien, j’ai une réelle fascination pour Goupil : un animal magnifique qui ne mérite vraiment pas la guerre qu’on continuer à lui mener malgré les connaissances actuelles !

Non, le renard n'est pas un nuisible, et celui-ci n'est pas si nocturne qu'on ne le croit. Démontons les fausses idées sur ce mammifère. Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

Non, le renard n'est pas un nuisible, et celui-ci n'est pas si nocturne qu'on ne le croit. Démontons les fausses idées sur ce mammifère. Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

Un face-à-face avec le renard est un cadeau incroyable de la nature. Ce canidé est pourtant chassé tout comme il est l'objet de trop nombreuses idées reçues. Il est temps de rendre sa gloire à Maître renard.

Idée reçue n°1 : Le renard est nocturne

La nuit est un refuge pour le mammifère. L'obscurité lui permet d'échapper aux persécutions. Le ralentissement des activités humaines est une sécurité pour lui et d’autres animaux mal-aimés. Mais en fait, il peut chasser en plein jour. Surtout quand il doit nourrir une portée de renardeaux affamés. Dans les régions sans chasse, il devient essentiellement diurne. De plus, les renardeaux alternent, de jour comme de nuit, des périodes de sommeil et d’activité.

Idée reçue n°2 : Le renard creuse son terrier

Le véritable terrassier des tanières forestières est plutôt le blaireau. Ses larges pattes agissent comme des pelles efficaces pour extraire la terre. Le renard préfère utiliser le terrier du blaireau. Soit un terrier déserté, soit en partage avec son voisin.

Idée reçue n°3 : Les renards mangent des poules et du gibier

Le renard peut en effet prélever certaines nuits une poule facile à capturer. Cependant, un poulailler bien fermé chaque soir limite les attaques. Sa prédation sur le gibier est vraiment minime. Elle concerne essentiellement des oiseaux d’élevage, comme des faisans, inadaptés aux lois de la nature. Un lièvre adulte, par exemple, ne craint pas du tout le renard. Si vous voyez un renard avec un lapin dans la gueule, en général il s’agit d’une victime du trafic routier. L’essentiel de son régime alimentaire est constitué de rongeurs. C’est donc un précieux allié des agriculteurs. Un simple couple de renards élimine chaque année des milliers de mulots et de campagnols qui dévasteraient les pâturages sans la présence du canidé. Pour le reste cet opportuniste se nourrit aussi de fruits et d’insectes.

Idée reçue n°4 : Les renards sont trop nombreux

Ce concept est complétement faux. Le renard est capable de s’adapter à de multiples biotopes. C’est très difficile d’évaluer une population sur un territoire. Dans tous les cas, ce mammifère s’autorégule. Il adapte ses portées au nombre de proies disponibles sur son secteur. La femelle peut mettre au monde de 6 à 8 renardeaux s’il y a beaucoup de proies. Les années de disette elle donne naissance à aucun petit. Ce n’est pas le prédateur qui limite le nombre de proie, c’est le nombre de proie qui limite le prédateur.

Idée reçue n°5 : Le renard transmet des maladies

On l’a longtemps chassé parce qu’il était vecteur de la rage. Cette maladie a aujourd’hui disparu de nos campagnes. On reproche aujourd’hui au renard de transmettre l’échinococcose, une maladie qui s’attaque au foie. Mais les chiens qui pullulent sont tout autant porteurs de cette maladie transmise par leurs excréments. Pour éviter la transmission, il ne faut pas manger les fruits sauvages qui sont à portée de cuisse de canidé. On a récemment découvert que, par sa prédation sur les rongeurs, le renard limite la propagation de la maladie de Lyme. Cette maladie très ennuyeuse transmise par les tiques.

Beau, intelligent et utile, il est temps de réhabiliter le renard.

Vidéo : 5 idées reçues sur le renard (n°159) 6 :16

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacky 19/09/2019 17:59

Super article. Les sujets sur le renard sont tous passionnants.

dominique 19/09/2019 14:52

"Beau, intelligent utile " , nous le savions déjà mais cette vidéo est propre à convaincre les ignorants...les chasseurs sous-espèce au cerveau reptilien, j'en doute Jean-Louis; ici on voit justement un faisan d'élevage proie facile comme évoqué dans la page de ce jour, une aberration de plus, une preuve bien connue du non rôle de régulateur avancé par les tueurs pour se justifier...
J'aime aussi les mulots et les campagnols, j'en raffole même mais l'équilibre naturel nous oblige à respecter cette loi de la Nature: proies et prédateurs; d'ailleurs ne sommes-nous pas de grands prédateurs ?
Oui Goupil on t'aime infiniment

Emilie 19/09/2019 07:16

Beau plaidoyer pour un animal qui ne mérite vraiment un tel acharnement à le détruire ! Merci pour cet intéressant partage.

Patricia 18/09/2019 23:22

Moi j’adore les renards

Claire 18/09/2019 20:34

Magnifique ! A force de voir vos photos et argumentaires, je suis moi-aussi devenue une inconditionnelle du renard ! Comme quoi, vos messages et autres publications ne sont pas des coups d'épée dans l'eau !
Ah, s'ils pouvaient aussi convaincre les porteurs de fusil à renoncer à leur sinistre loisirs...

kimcat 18/09/2019 17:54

J'aime le renard !!
Et je partage !

domi 18/09/2019 17:27

Bon article, la nature a besoin de prédateurs et l'analyse quant à l'autorégulation est juste

Zoé 18/09/2019 17:18

Un très beau reportage sur ce magnifique animal que j'aime aussi infiniment . Et qui paie un tribut intolérable à la cruauté et à la bêtise des chasseurs .
je vais commander le livre aussi .

Jean-Louis 18/09/2019 13:21

Ah ! Merci Julien pour ce magnifique portrait ! J’aime le renard et, à chaque fois que j’en rencontre un, je suis toujours aussi fasciné ! De même, lorsque je découvre un cadavre criblé de balles, je suis toujours aussi en colère contre les auteurs de ces forfaits, véritables ignorants et incapables de succomber tout simplement à la beauté du canidé…
Le livre de la Salamandre, je l’ai commandé par souscription et je ne suis pas déçu par le résultat : il est splendide tout simplement ! Je ne peux que vous le recommander tout comme je vous invite à envoyer la présente page à vos éventuelles connaissances qui chassent ! Je sais que c’est peine perdue mais, malgré tout je continue à essayer de me convaincre qu’une petite graine germera peut-être un jour…