Quelles sont les espèces classées « nuisibles » en Alsace ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le ragondin fait partie des espèces classées susceptibles d’occasionner des dégâts dans l’ensemble du territoire métropolitain.  Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le ragondin fait partie des espèces classées susceptibles d’occasionner des dégâts dans l’ensemble du territoire métropolitain. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Dans le Bas-Rhin, le renard, la fouine, le corbeau freux et la corneille noire sont listées par l’arrêté ministériel du 3 juillet dernier comme étant des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (Esod), appellation qui remplace désormais celle de « nuisible ». Cette liste est identique dans le Haut-Rhin, à l’exception du renard, déclassé dans une large partie du département. Encore considérés comme « Esod » dans le Bas-Rhin par le précédent arrêté ministériel du 30 juin 2015, la pie bavarde et l’étourneau sansonnet ont été déclassés au début du mois.

À ces espèces s’ajoutent, pour l’ensemble du territoire métropolitain, la bernache du Canada, le chien viverrin, le ragondin, le rat musqué, le raton laveur et le vison d’Amérique. Espèces pour lesquelles les modalités et périodes de destruction sont également fixées par arrêté ministériel.

Enfin, trois espèces peuvent être classées comme nuisibles par arrêté, préfectoral cette fois. Il s’agit du lapin de garenne, du pigeon ramier et du sanglier.

Dans le Bas-Rhin, seul le sanglier a été classé comme susceptible d’occasionner des dégâts par l’arrêté préfectoral du 28 juin dernier. L’animal subit le même classement dans le Haut-Rhin, par arrêté préfectoral du 10 avril qui classe également le lapin de garenne dans la catégorie des « Esod », uniquement dans 127 communes du département.

L’inscription des espèces d’animaux sur les arrêtés préfectoraux ou ministériels se justifie par au moins l’un des motifs suivants : l’intérêt de la santé et de la sécurité publique, pour assurer la protection de la flore et de la faune, pour prévenir des dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles, pour prévenir les dommages importants à d’autres formes de propriété, sauf pour les espèces d’oiseaux…

Morgane Schertzinger

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Et l’homme quand à lui à le droit d’occasionner tout les dégâts ! Et lui qui le sanctionne ou l’arrête dans ces conneries ?
Répondre
Z
Dans le dernier paragraphe je crois qu'il serait bon de préciser que l'inscription se fait surtout en fonction du lobby de la chasse , de la soumission que lui voue le préfet local !
Pauvres animaux!
Répondre
K
Nuisible est l'homme, je ne le répéterai jamais assez...
Répondre
O
Dieu a dit, tout ceci est à vous, croissez et multipliez vous. Il a oublié de dire croissez mais pas trop et ne salopez pas la prairie. Dans la galaxie M51 il y a aussi une petite planète bleue, Dieu leur a dit ne faites pas trop de petits et faites attention à ce qui vous entoure et bien tout se passe au mieux et même le Diable trouve que c'est préférable à l'enfer d'ici. Mais on ne peut pas reprocher à Dieu une erreur de débutant. A cette époque ancienne la notion de nuisibles et d'interdépendance des écosystèmes était encore assez floue.
Répondre
O
Merci cher Jean, vous savez ce que c'est, on fait son intéressant juste pour faire rire les petits camarades et en fin de semaine on est un peu fatigué. Mais je vous promets de vérifier par moi -même la prochaine fois.
J
Dans M51 ,la planète bleue a peut être reçu le message de Dieu, mais vu que les habitants sont absents, l'idée philosophique n'a pas été accepter. Cette planète est gazeuse et de température très élevée ,de plus de 900 degrés. Dommage l' idée est bonne, mais pas l'exemple.................................
J
Ah, c'est subtil !
Si dieu existe, moi aussi j'aurai deux mots à lui dire...
K
J'aime bien votre commentaire....
C
L'espèce la plus nuisible sur terre est de loin l'être humain, car c'est à cause des humains que notre planète est menacée à très court terme (réchauffement climatique, pollutions de toutes sortes, disparition des espèces, etc.). Mais qui pourra faire inscrire l'être humain dans la classification des nuisibles (et surtout, à quoi cela servirait-il ?).
Sans intervention de l'humain, la Nature se débrouillerait tellement mieux toute seule...
Répondre
J
"Espèces susceptibles d'occasionner des dégâts "! notre société n'a même pas le courage des mots. C'est le même refrain partout. Que d'énergies perdues en phrases. Nous devenons stériles.
Répondre
J
Ces "listes" d’animaux à supprimer par tous les moyens possibles, ont le chic de me mettre hors de moi ! Désormais pudiquement rebaptisés "espèces susceptibles d’occasionner des dégâts" (Esod) cela ne change pas grand-chose pour le destin des ex-nuisibles ! "Détruire" toujours et encore, semble être le leitmotiv de ceux qui initient de telles pratiques… Détruire et aggraver toujours davantage le déséquilibre qui, sans les interventions la plupart du temps malheureuses de l’homme, n’existerait tout simplement pas !
Répondre
G
A part l'homme je n'en connais pas...
Répondre