Pour la fin de l’âge de la cage

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les porcs, les poules, les lapins, les canards et les cailles sont emprisonnés dans des cages d'élevage industriel dans toute l'UE. End the Cage Age travaillera à l'élimination de toutes ces cages. Nous avons besoin de votre aide pour apporter ces changements. Cela n'arrivera pas du jour au lendemain, mais avec votre soutien, cela arrivera.

Veau séparé de sa mère… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Veau séparé de sa mère… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Il vous reste un peu moins d’un mois pour signer l’ICE End the Cage Age, « Pour une ère sans cage », menée par Compassion in World Farming. Je rappelle de l’initiative citoyenne européenne (ICE) n’est pas une pétition mais un vote : c’est pourquoi il faut donner les coordonnées de votre carte d’identité. Elles seront détruites six mois après la fin de l’initiative et ne serviront à aucune autre ICE.

 

Son objectif est de mettre fin à l’emprisonnement de quelque 370 millions d’animaux en Europe. L’ICE concerne les poules pondeuses, les poules reproductrice, les poulettes, les truies (pour les cages de mises bas et les cages de gestation lorsqu’elles ne sont pas déjà interdites dans certains pays…), les lapins, les cailles, les canards, les oies. Et les veaux.

 

Les veaux…

 

Les petits des vaches, inséminées artificiellement, régulièrement, sont 12 millions en Europe, dont la France, à être arrachés à leur mère, pratiquement dès la naissance pour, pendant deux mois, être enfermés dans des cases individuelles.

 

« Plus de 60% des veaux européens sont ainsi privés de leur liberté de mouvement, constate CIWF. Sans accès au pâturage, ils n’ont pas de contact avec les autres veaux sinon à travers les barreaux qui les entravent, leur interdisant de jouer, de se toucher ou de faire plus de deux ou trois pas. » Traduction : le lait que produisent les vaches laitières n’est pas destiné à leur petit mais aux humains. Quant aux veaux, ils sont alimentés de façon à être anémiés (lait en poudre et fibre) pour la "bonne" raison que les français –enfin, ceux qui en mangent…- veulent que cette "viande" soit blanche (pratique d’ailleurs contraire à la réglementation) ce qui implique un grand déficit en fer : pensez-y avant le prochain rôti…

 

Signatures au 12 août : 1 334 470 : le million nécessaire est largement dépassé mais, l’ICE nécessite d’atteindre bien davantage en raison des risques d’invalidation (fautes d’orthographe, erreurs dans le numéro de la carte d’identité…). Si vous ne l’avez pas encore fait, signez (lien ci-dessous). Date limite : le 11 septembre… Alors, n’attendez plus !

 

 

Signez l’ICE contre les cages ICI

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Déjà signé aussi , j'espère que ça va suivre, pour faire avancer les choses ...doucement comme le dit Jean-Louis; s'il y a une volonté grandissante dans la population, il faut aussi une volonté politique et je ne la vois pas poindre...<br /> Les veaux même sans cage sont de toute façon retirés à leur mère pour que nous bénéficiions du lait; grande bête que je suis, si je ne mange plus de veau depuis que je suis adulte,(donc fort longtemps) j'ai réalisé il y a peu que mangeuse de fromage et produits laitiers , je contribue à faire perdurer ce système; qqu' un ici le sait peut-être: comment continuer à avoir du lait tout en préservant non seulement le sort mais aussi la vie de ces petits ?
Répondre
J
Il est difficile de concilier le fait d'avoir du lait sans condamner les bébés nécessaires pour déclencher la lactation de la mère ! Cependant, je reste persuadé qu'une "autre" agriculture, moins productiviste et, surtout moins violente avec les animaux est possible : il faut, pour cela, accepter une production réduite et certains le font ! Je me souviens avoir fait une publication sur des exploitants qui fonctionnaient ainsi mais, difficile de la retrouver comme ça en quelques minutes ! En tous cas, il y a des exemples (comme celui-ci : http://natureiciailleurs.over-blog.com/2019/02/terre-a-terre.html ) qui sont beaucoup plus "humains" et, ça, c'est déjà énorme... Enfin, il y a le veganisme qui constitue une alternative, certes radicale mais réellement sensée, à l'exploitation des bêtes !
K
Pauvres petits veaux séparés de leur mère et parqués de cette manière pour finir à l'abattoir...
Répondre
Z
Signé . Je suis tellement en colère et triste de voir ça et le manque de réelles volonté politique .
Répondre
Z
réelle .
D
au moins de grandes cages !
Répondre
B
Signé et partagé ! Merci pour la diffusion.
Répondre
J
Les "choses" avancent, certes, mais tellement doucement et, véritablement, en traînant les pieds que c'en est désespérant : mais, quoi de plus "normal" avec des ministres comme celui chargé du bien-être animal qui se délecte du spectacle de la souffrance infligée à tes taureaux dans des arènes ?
Répondre