Deux ministres assistent à une corrida et provoquent la colère des défenseurs des animaux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Didier Guillaume et Jacqueline Gourault ont été aperçus dans le public d'une corrida à Bayonne, mercredi. Une présence jugée "scandaleuse" par les associations de défense des animaux.

Le matador espagnol Curro Diaz, à Bayonne, le 15 août 2017. Photo : Daniel Velez – AFP

Une présence pour le moins inattendue. Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales ont été aperçus au premier rang du public d'une corrida à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) mercredi. Cette venue dans l'arène n'a pas manqué de provoquer l'indignation générale des associations de défense des animaux.

Les deux ministres ont assisté, aux côtés du maire de Bayonne Jean-René Etchegaray, à la corrida goyesque de Bayonne. Dans l'arène, le matador espagnol Daniel Luque était en "représentation" face à six taureaux, rapporte France Bleu. Ils ont été photographiés par un journaliste de Sud-Ouest qui a ensuite partagé les photos sur Twitter.

Les ministres @j_gourault et @dguillaume26 avec @JreneEtchegaray aux arènes de #Bayonne pour la corrida goyesque

"Séance de torture animale"

Une présence qui ne passe donc pas auprès des défenseurs des animaux. La fondation Brigitte Bardot a dénoncé ce jeudi "l'indécence" des deux membres du gouvernement. Elle critique en particulier la présence de Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture censé être "en charge de la protection animale" et qui assiste à "une séance de torture animale". "C'est au-delà du scandaleux et de l'écœurement", abonde la fondation dans un second tweet.

L'association se présentant comme le "Comité radicalement anti-corrida" a également fait part de son effarement, en interpellant les deux ministres sur Twitter: "Affligeant et révoltant. Vous n'avez pas honte ?"

Un ministère dédié à la question animale

De son côté, le Parti animaliste estime qu'il s'agit d'une "nouvelle preuve qu'il n'est plus tenable que la protection animale soit rattachée au ministère de l'Agriculture". Le parti, qui a obtenu 2,2% des voix aux élections européennes de mai dernier appelle à la création "d'urgence" d'un ministère de la condition animale. Une indignation à laquelle les deux ministres mis en cause n'ont, pour l'instant, pas réagi.

 

Pierre Sabathié/BFM TV (15/08/2019)

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

Publié dans Animaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je me permets: lien pour une pétition demandant la démission du ministre et la séparation du secrétariat à la cause animale du ministère de l'agriculture...... https://www.mesopinions.com/…/demission-ministre-didi…/71645. /// Certes il ne faut pas s'attendre à la démission ces gens-là sont trop sûrs de détenir la Vérité et pas prêts à évoluer, mais pour que l'on sache que beaucoup de Français ont eux évolué, sont écoeurés et le demandent car "qui ne dit mot consent !"
Répondre
J
En ce qui concerne la corrida qui me répugne, la tradition ne peut pas constituer une raison de poursuivre ces méfaits barbares. Quand au chomage que son arret risquerait de provoquer c'est une belle niaiserie sans intérêt au regard des chômeurs véritablement victimes d'un système perverti. <br /> Les deux guignols gouvernementaux qui y assistent ne m'inspirent que du mépris, mais un mépris bien puant, bien sale, un mépris aussi malodorant que leur attitude et leur exercice du pouvoir, un mépris aussi putride que leurs pensées engluées dans cette illusoire prétention qu'ils affichent sous le régime de la bassesse du lécheur de botte car en se montrant ainsi, ils exercent cet exécrable activité d'affichage de leur soumission à cette minorité admirative de la mise a mort d'animaux innocents et sans defense, que l'on prend bien soins de torturer en public avant de tuer.
Répondre
H
Nous sommes bien sur la même longueur d'ondes , et je suis généralement moins poli avec ces bouffons du roi...<br /> Il m'est arrivé de hurler "Ollléééé" dans ma vie...A chaque fois , pas assez souvent toutefois , qu'un de ces psychopathe se fait encorner par un Taureau...
J
Merci à vous, j’aurais bien fait moins soft …
Z
Merci Jpl de dire aussi bien tout le mal que je pense de ces 2 ignobles personnages.
J
Merci à toi JP : chouette plaidoyer contre cette saleté de corrida !
Z
Dans "Coups de sang " le regretté François Cavanna a écrit plusieurs chroniques contre la Corrida , voici l'extrait d'une d'entre elles:<br /> ../.. Jusqu'aux banderilles, ces horribles instruments de torture, qu'on orne de rubans de couleur et de je ne sais quelles cochonneries frisottées (tradition !) dignes d'un mirliton, dissimulant l'engin sadique sous l'accessoire de cotillon... Le jeune futur matador aux fesses bien moulées dans sa culotte à la con (tradition!) qui se dresse gracieusement sur la pointe des pieds pour enfoncer rituellement ses deux javelots enguirlandés dans la nuque offerte, et puis fait un non moins gracieux saut de côté pour éviter les cornes du "fauve", oh que je le hais !... Mais il risque sa peau, Monsieur !... Et alors ? Qu'en ai-je à foutre ? Le couvreur aussi risque sa peau, et tous les jours, mais il n'a pas de fanfare, lui, ni d' "habit de lumières", lui, ni de "Olé !", et il n'assassine ni ne torture personne, lui... Et le taureau, rendu fou par la souffrance, ne comprenant rien à ce qui lui arrive, à ces douze centimètres d'acier affûté en forme d'hameçon soudain enfoncés dans sa chair, court et rue, et les banderilles, du coup - Oh, que c'est donc ingénieusement calculé ! Oh, raffinement dans la dégueulasserie ! - oscillent et s'agitent avec violence, et déchirent les muscles, et cisaillent les nerfs, à la grande joie du public qui voit joliment virevolter dans les airs les pimpants oripeaux aux riantes couleurs... Et le sang, le sang qui gicle et qui arrose "en pluie vermeille", comme chante le poète en s'accompagnant sur la lyre sonore. Ah, le sang, le sang ! Extase des extases, frisson suprême, qui fait sur les gradins de bois mouiller les culottes des mémères et bandouiller les impuissants.<br /> On leur ferait applaudir l'égorgement de leurs propres enfants, à ces sales cons, pour peu que le spectacle en vaille la peine... Et si, en même temps, une fanfare leur jouait "Carmen", bien sûr. "Carmen", minable musiquette de bastringue bricolée sur une anecdote d'un sordide fait divers, "opéra le plus joué dans le monde" - pardi, c'est le plus con ! -, "Carmen", que de mal tu auras fait, triste pute, en réinjectant dans les crânes épais qui n'y pensaient plus la fascination morbide de la corrida ! ../..<br /> <br /> ../.. La corrida, bien "médiatisée" - pour ça, si tu as le fric ou l'espérance du fric, aucun problème -, pouvait devenir une puissante pompe à drainer le fric de la poche du connard en bermuda à fleurs et aussi - et surtout ! - celui du "sponsor" et du publicitaire, car elle a lieu dans une arène, grand machin rond avec une balustrade tout autour, vous voyez ce que je veux dire. Suffisait que la télévision acceptât de jouer le jeu. Elle accepta, la salope.<br /> Et je ne parle pas des paris, encore artisanaux et semi-clandestins. A quand le toro-loto ?<br /> (fin)
Répondre
J
Merci Zoé pour ces savoureux (?) extraits : du Cavanna pur jus ! N'ayant jamais eu le courage (?) d'assister à une de ces atroces mises à mort, je ne peux qu'imaginer... J'ai, en revanche, beaucoup lu sur le sujet et, les divers écrits se rejoignent tous quant à la perversité de l'homme et à la souffrance de l'animal ! Les vidéos -disponibles nombreuses sur YouTube- démontrent, elles aussi, très nettement que, pour les suppliciés, c’est l’horreur absolue ! Quand Cavanna écrit "(qu’) on leur ferait applaudir l'égorgement de leurs propres enfants, à ces sales cons…" je pense qu’il est tout à fait dans le vrai ! Pour peu qu’il y ait, de surcroît, quelques caméras pour filmer et diffuser la scène, d’aucuns sont vraiment prêts à tout… Y compris, comme ici, des ministres qui, pour le coup, ne méritent pas d’autres qualificatifs que les autres : ils se sont eux-mêmes réduits à l’état de "sales cons" !
S
Indécent et minable de se divertir avec un spectacle pareil, surtout quand on est ministre chargé du bien-être animal.
Répondre
C
Sans arme, le courage du cœur, la tolérance et une solidarité interespèces, l'une des clefs de notre avenir..
Répondre
R
Le taureau de combat est un animal domestique et de rente sous la responsabilité de l'Agriculture. C'est une activité d'élevage sous la tutelle de ce ministère. SI demain l'on interdit la mise à mort et tout simplement la corrida, les manades n'ont plus d'intérêt et elles arrêteront donc chômage, perte de la diversité biologiique etc..Le ministre avait raison d'assister, c'est de son ressort.
Répondre
O
Désolé, "reconvertiront" c'est mieux....
O
Cher Robert, si ce n'est que pour l'intérêt biologique du taureau de combat on pourra stocker gamètes et ovocytes, on fait des miracles ces jours-ci. Quant au chômage des manadiers, ça ne doit pas être grand chose parmi nos 8 millions de chômeurs, ils se reconvertirons en bibliothécaires et les toréros en danseuses au Lido, vous voyez, c'est simple.
C
Un jour les bourreaux aussi ont dû être mis au chômage. La reconversion c'est depuis 30 ans qu'il faudrait la préparer. Mais à force d'attendre...
K
Choquant !!!<br /> Ignoble spectacle...
Répondre
L
Je suis contre la corrida et outrée de voir (enfin je ne peux pas regarder) de tels massacres d'animaux.<br /> C'est intolérable de laisser faire de telles choses à notre époque...<br /> Le gouvernement aime la provocation et nous montre à quel point il se moque du peuple, des animaux et de la nature. ..
Répondre
O
Il ne faut pas voir le mal partout. Ces deux ministres font au contraire preuve d'un grand sérieux en profitant de leur temps de vacances pour s'assurer par eux-mêmes que la corrida est une pratique cruelle et immonde. Mme Gourault et Mr Guillaume sont simplement des travailleurs acharnés. Convaincus ils prendront dès la rentrée du gouvernement en septembre les mesures d'interdictions qui s'imposent.
Répondre
L
comment peut on être en charge de la protection des animaux et assister à leur massacre ? c'est une honte , et c'est à vomir quand on sait la torture infligée à ces malheureux ; où est la protection des animaux quand celui qui doit les protéger se délecte de leur agonie ?
Répondre
Z
C'est à vomir! De tous les sévices infligés aux animaux , ceux qui sont donnés en spectacle sont à mes yeux les plus ignobles. Élever au rang de divertissement la torture et l’agonie d’un être vivant et sensible relève de la perversion la plus hypocrite . Ces 2 dirigeants , par leur présence à cette mise à mort , rejoignent les barbares de tout temps . C’est effectivement en plus une pure provocation et un mépris affiché envers tous les acteurs de la Protection Animale . C'est choquant et insultant . Je n'ai en retour aucun respect pour ces enflures .
Répondre
C
Voilà qui est effectivement choquant ! Les intéressés rétorqueront que le "divertissement" en question est tout à fait légal... et, c'est bien là le problème : comment une telle monstruosité peut-elle être "légale" ?
Répondre
J
Tant que notre pays sera gouverné par des personnes affichant publiquement un tel mépris pour le vivant, il est évident qu’il n’y a pas grand-chose à espérer pour ce qui est de ce pseudo "bien-être" animal ! Si l’éleveur de l’autre jour (http://natureiciailleurs.over-blog.com/2019/08/le-giec-conseille-de-manger-moins-de-viande-le-bien-etre-animal-il-y-en-a-marre-peste-un-eleveur.html) exprimait haut et fort ce qu’il pense de tout ça, le message de Didier Guillaume et de Jacqueline Gourault n’en est pas moins clair : "Allez vous faire voir ! Nous, les tueries et les spectacles sanguinaires on s’en délecte et on vous emm…" ! C’est en tous cas ainsi que j’interprète cette exhibition bayonnaise des intéressés. <br /> "Qui rendra leurs larmes aux pauvres taureaux soumis à une série d’épreuves douloureuses qui auront commencé bien avant leur entrée dans l’arène, étroitement confinés au cours de cette première période de "châtiment", sans témoins, entre connaisseurs : le plus affreux reste à venir. Ce sera d’abord la cruelle blessure ouverte dans la nuque et le garrot par la redoutable pique du picador avant que le taureau n’ait le le thorax perforé par les six harpons d’acier des banderilles… Ensuite, on verra la bête s’efforcer d’encorner un tissu rouge alors que la malheureuse ignore qu’à faible distance s’offre à ces coups un ennemi particulièrement vulnérable…" Ce ainsi que le regretté Théodore Monod décrivait ces "spectacles" morbides dont nos ministres semblent tant s’amuser… C’est indigne et choquant !
Répondre
D
Voilà encore de quoi pleurer...malgré mon retrait partiel actuel devant les horreurs j'ai voulu voir qui sont les 2 monstres, sans regarder les photos...oui, un autre article dit que les 6 taureaux ont été tués, un bain de sang, c'est immonde; je ne peux comprendre, vraiment je ne peux comprendre ; <br /> Je me suis dit en voyant le titre : dans les deux il y a sûrement le ministre de l'agriculture, connaissant son profil, eh bien oui ; et dire que le bien-être animal est rattaché à son ministère, encore de la provocation mais qu'allons-nous faire, Macron l'a nommé en connaissance de cause, provocation aussi, ça devient trop douloureux, trop angoissant et désespérant Comment faire un grand coup d'éclat pour lui retirer la condition animale, et vite ?
Répondre
G
Dans la pseudo-démocratie, la classe dirigeante politique et affairiste, méprise profondément le vivant. Chasse et tauromachie le prouvent. Contre 80% des citoyens cette petite oligarchie népotique s’affiche volontiers aux arènes sanglantes ou aux chasses mondaines. Cette oligarchie feint de jouer l’alternance, alors que son idéologie perdure et que ses divergences ne visent qu’à abuser le peuple et à asseoir ses prébandes et maintenir sa nuisance.<br /> Preuve par la corrida et la chasse, révélateurs de la bassesse d’esprit de ces personnages !
Répondre
P
Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture, était hier au premier rang des arènes de Bayonne, pour se réjouir de l'agonie de pas moins de 6 taureaux, lors d'un spectacle de corrida. Il était accompagné de la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault Est-ce ce même ministère de l'Agriculture qui ose affirmer que « la lutte contre la maltraitance animale est une priorité » ? Cette hypocrisie ne peut durer plus longtemps ! Tant que les décisionnaires assisteront eux-mêmes à des "spectacles" cruels, les animaux continueront de vivre un calvaire. Leur situation ne s'améliorera pas. Le Parti animaliste demande la création en urgence d'un ministère dédié à la condition animale et totalement indépendant des autres ministères. Il est également plus que temps d'abolir totalement la corrida qui n'est aujourd'hui légale que dans 11 départements du sud de la France, alors qu'elle constitue un délit pénal sur tout le reste du territoire.
Répondre