Délicate Fauvette grisette

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Alors que certains oiseaux migrateurs entreprennent déjà leur long et périlleux voyage vers le Sud, d’autres, telle la gracieuse fauvette grisette, s’attardent encore un peu chez nous… pour mon plus grand plaisir !

La Fauvette grisette (Sylvia communis) fréquente les milieux ouverts, les lisières de bois ainsi que les cultures, pourvu qu'elle y trouve des haies pour nicher. Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

La Fauvette grisette (Sylvia communis) fréquente les milieux ouverts, les lisières de bois ainsi que les cultures, pourvu qu'elle y trouve des haies pour nicher. Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

Elle n’est pas facile à photographier : bien que facilement repérable par les petits cris qu’elle ne cesse d’émettre lorsque l'on s’approche, elle est en effet en perpétuel mouvement et se montre assez rarement à découvert ! C’est au printemps, lorsque le mâle, passe d’un poste de chant à un autre, qu’on a le plus de chance de pouvoir enfin immortaliser la belle…

Chant de la Fauvette grisette

Pendant de longues années, la fauvette a été un oiseau très répandu en Europe, mais sa population a subi une forte chute à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. La cause en est la sécheresse de ses quartiers d'hiver africains situés au Sahel dans l'Ouest africain. Après cette diminution des effectifs, l'espèce semble en voie de se reconstituer, mais elle reste très vulnérable aux changements climatiques.

Comme c’est un oiseau qui a besoin de haies et de buissons pour nidifier et que ces précieux biotopes sont, partout, cruellement menacés, il est évident que l’espèce en pâtit comme de nombreuses autres… La Fauvette grisette fréquente assez peu les jardins : cependant, il m’arrive de l’entendre aux Joubarbes où de nombreuses zones de végétation dense ont été préservées afin, justement, de palier quelque peu aux destructions alentours !

Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)

La Fauvette grisette se nourrit principalement d’insectes pendant la saison de reproduction, et plus particulièrement des coléoptères, des chenilles et des punaises capturés dans l’herbe ou les petits buissons. En dehors de la période de reproduction, le régime comprend des baies de diverses plantes qui constituent la majeure partie du régime à cette période. Elle se nourrit habituellement dans la végétation basse et glane des proies sur les feuilles et les brindilles  mais, les insectes sont également parfois capturés en vol...

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

Publié dans Oiseaux, Portrait, Biodiversité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Si jolie petite fauvette...
Répondre
Z
Désolée, j'arrive avec un peu de retard , mais je ne rate aucun article de ce blog depuis que je le connais.
Joli petit passereau !
Répondre
A
Elle est si discrète que j’ai vu la poire avant ????????
Répondre
D
J' ai accroché une horloge avec les sifflements des différents oiseaux , aux différentes heures, oui cela me plait a moi! tant pis si je suis démodée.
Répondre
E
Chouette présentation d'un petit oiseau que j'ai également la chance de croiser de temps à autre... Eloi (Moselle)
Répondre
C
Si si Jacky : moi je suis là aussi et, comme vous, j'aime bien ces articles présentant les oiseaux qui nous entourent et que, pour le plus grand nombre, je découvre ! Mais, j'aime bien aussi les publications plus militantes qui donnent d'ailleurs un réel sens à ce blog !
On n'a malheureusement pas toujours le temps de commenter, j'en connais même qui n'osent pas !
Répondre
J
Youhou, ya quelqu'un sur le blog?
Répondre
J
Hé non, visiblement, à part toi et moi, y'a personne... Faut croire que "les p'tits oiseaux" ça n'intéresse pas grand-monde ! Dommage...
J
J'aime ce genre d'article sur notre nature proche. Au fait, tu as de magnifiques poires.
Répondre
J
Un peu de légèreté pour changer d'avec les sujets graves précédents : admirons donc ce joli petit passereau... lui aussi menacé ! Ah zut, voilà qu'on en revient à des réalités décidément incontournables... C'est grave Docteur ?
Répondre