Brésil : l'Amazonie brûle, Bolsonaro en accusation

Publié le par Jean-Louis Schmitt

L'Amazonie brûle depuis le début de l'été. Les scientifiques tirent la sonnette d'alarme. Polémique autour du président brésilien qui a relancé la déforestation et accuse les ONG.

Pompier luttant contre le feu dans la forêt amazonienne du Brésil. EPA/MAXPPP

Si le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit «profondément préoccupé» par les incendies en Amazonie, pour Emmanuel Macron, ces feux constituent une «crise internationale» et il donne rendez-vous aux membres du G7 pour «parler de cette urgence». Car, depuis juillet, l'Amazonie brûle.

Selon les scientifiques de l'INPE, l'agence spatiale brésilienne, les feux ont augmenté de 83 % en un an. Pendant juillet, 1 340 km2 de forêt ont été détruits. C'est la taille du Luxembourg ou de l'agglomération de Londres. Chaque minute, l'équivalent de 3 terrains de football brûle. Lundi dernier, un impressionnant nuage noir a couvert Sao Paulo, dans le sud-est du Brésil. Les incendies dans l'Amazonie, à plusieurs milliers de kilomètres, en sont la cause. Ricardo Salles, le ministre de brésilien de l'Environnement, affirme que «tous les effectifs de secouristes et les avions» sont mobilisés.

Brûler la forêt pour du soja et des bœufs

Les actes et décisions de Jair Bolsonaro en matière d'environnement sont-ils responsables des feux ? Selon le Fonds mondial pour la nature, il n'y a pas de doute. Les incendies sont dus à la déforestation, amplifiée par l'action du gouvernement. Des parcelles de l'Amazonie sont défrichées et remplacées par des zones de culture de soja et d'élevage de bœufs. L'exploitation des mines dans la région accroît également l'ampleur de la déforestation. Claudio Angelo, chercheur à l'Observatoire du climat à Brasilia, explique que «Bolsonaro est en train d'abolir à peu près toutes les politiques environnementales instaurées depuis 1992».

Pour s'opposer aux mesures du gouvernement brésilien, l'Allemagne et la Norvège ont suspendu leurs aides financières de 35 et 30 millions d'euros. Face aux critiques de la société civile, le Président brésilien insinue que ce sont les ONG qui ont déclenché des incendies. Selon l'élu brésilien, les associations chercheraient à «attirer l'attention» en commettant «des actions criminelles». Le conflit entre Bolsonaro et les ONG pourrait s'envenimer. Le Président brésilien assume avoir «retiré l'argent» aux organisations. Les dizaines de milliers de feux en Amazonie ont provoqué de vives émotions, souvent exprimées sur Internet.

Sur Twitter, le mot-clé «PrayForAmazonas» a été la 1re tendance mondiale. Des dizaines de milliers d'internautes ont écrit à propos des incendies et partagé des photographies de feux, parfois montrant des événements datant de plusieurs années ou provenant d'autres régions du monde.La situation en Amazonie est extrêmement préoccupante. Pourtant, de 2004 à 2012, les gouvernements brésiliens avaient pris des mesures contre la déforestation. Lorsque Jair Bolsonaro a été élu Président du Brésil en 2018, son principal opposant, Fernando Haddad, a prédit que c'était «le début de la fin pour l'Amazonie».

Raoni : «Nous risquons tous de mourir»

D'abord, ce sont ses lèvres déformées par un plateau labial traditionnel qui éveillent l'intérêt. Ensuite, ses revendications politiques pour la préservation de l'Amazonie et de la culture indigène marquent l'esprit. Raoni Matuktire, ancien chef du peuple kayapo, est depuis plusieurs décennies une figure emblématique de la lutte contre la déforestation.

Le chef indigène Raoni Metuktire. Crédit photo : Gero Rodriguez / Shutterstock

Au courant de la décennie 1970, Raoni est déjà une espèce de porte-drapeau de la cause amazonienne. Mais, c'est en 1989, lorsqu'il fait une tournée internationale avec le chanteur Sting, que Raoni accède à une immense notoriété.

Durant des décennies de lutte, il a été officiellement soutenu par de nombreux responsables politiques, comme François Mitterand et Jacques Chirac. En 2010, il mène la fronde contre la construction du barrage Belo Monte, dans l'Amazonie. Il est alors soutenu par des artistes comme Arnold Schwarzenegger, Bernard Lavilliers et Jacques Weber. Quelques années après, en 2013, Raoni demande la reconnaissance internationale du crime d'écocide. À présent, Raoni est un nonagénaire. Il continue d'exprimer avec fermeté ses convictions pour la préservation de l'Amazonie.

Avec Macron en mai

En mai, il a fait un nouveau tour d'Europe pour dénoncer Bolsonaro qui n'arrête «pas de détruire la forêt amazonienne». Avant d'expliquer que «s'ils détruisent tout, nous risquons tous de mourir». Quand Emmanuel Macron l'a reçu, il a promis d'organiser un sommet international sur les autochtones, au printemps ou à l'été 2020. Raoni s'exprimera à Bordeaux, le 7 septembre.

 

Valentin Chomienne/La Dépêche.fr (23/08/2019)

Soutenez l’appel des Indiens d’Amazonie à l’ONU

Les peuples indigènes d'Amazonie sont partout menacés par la perte de leur habitat, la forêt tropicale : au Brésil, en Equateur, au Pérou et dans les pays voisins. Ils lancent aujourd’hui un appel à l'ONU et aux gouvernements pour stopper la destruction du plus grand écosystème de la planète. Soutenez-les avec votre signature !

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Epouvantable...nous pensons tout de suite aux autochtones et aux animaux mais toute la Planète va gravement souffrir....je n'ai pas réussi à signer ici ...pour l'avoir déjà fait sur ce site "sauvons la forêt" mais sur d'autres comme: https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/urgence-amazonie-stop-deforestation-sauvons-planete/71433 et sur change.org
Répondre
O
Le président Bolsonaro fait un barbecue géant pour ses amis et le monde entier est en émoi. Bon il y quelques dommages collatéraux, huit fourmis et trois jaguars pelés, quelques indiens aussi. Mais eux ont de grandes jambes pour rejoindre la mission évangéliste voisine, apprendre la vraie foi, à s'alcooliser et porter des Nike. L'indigène est fainéant et placide, pour le convaincre de s'adapter à la vie moderne il faut le bousculer un peu. Le regretté Levi Srauss le disait déjà. Et quitte à me répéter, un champ de soja ça a quand même une autre allure qu'une jungle désordonnée. Une jungle c'est du grand n'importe quoi inutile. Je crois qu'il fallait un point de vue sensé face à toute cette hystérie, il n'y pas là de quoi fouetter un tapir.
Répondre
Z
Que dire devant cette tragédie pour les peuples indigènes et pour les animaux qui ne peuvent fuir. Partout on les abandonne , dans les incendies comme sur la banquise qui fond ou leurs habitats dévastés . Ils ne quittent pas mes pensées .
Répondre
J
C’est malheureusement toujours le même scénario, un illuminé imbus de pouvoir est mis aux manettes par les puissants, ensuite il renvoie l’ascenseur en oeuvrant contre l’avis de la majorité, contre la planète et la sauvegarde générale en laissant faire et en favorisant des actions comme ces incendies. Les autres responsables crient haut et fort leur désapprobation mais font à l’identique chez eux. Ce désespérant manque d’intelligence ruine notre terre, mais comment faire pour obtenir une gestion saine, raisonnable et empathique de notre « maison » comme se plaît à le rappeler Macron en répétant les propos de Chirac qui n’avait rien fait non plus pour elle.
Répondre
L
je pense aux milliers d'animaux qui ne peuvent échapper aux flammes, j'en suis bouleversée
Répondre
J
Après les balades insouciantes, retour aux tristes réalités du monde : il y a le Brésil avec cette Amazonie en proie aux flammes avec toute l'horreur que cela implique pour la biodiversité ! Des incendies, il y en a également en Angola, au Congo, en République Démocratique Du Congo, en Tanzanie ou encore en Zambie... des milliers d’incendies consument des quantités phénoménales de végétation, dans l'indifférence générale ! Une fois de plus, on préfère "regarder ailleurs" en se contentant de prononcer quelques discours larmoyants et puis, très vite, de passer à autre chose ! L'économie du monde mobilise bien davantage : le profit, toujours le profit, au détriment de tout le reste... Désespérante humanité !
Répondre
K
L’Amazonie qui brûle... Aux infos de 13 heures, j'avais plus que le cœur serré devant la détresse et le désarroi des peuples indiens. Tristesse... Impuissance... Ces gens qui n'ont rien demandé, vont mourir si on ne fait rien... Et puis je pense à tous ces animaux qui périssent dans les flammes... J'avoue être pessimiste pour la suite. L'Homme court à sa propre perte à oublier qu'il fait partie de la nature, à oublier l'essentiel de la Vie. Sans eau potable, sans air respirable, il va finir par mourir... L'argent, les richesses matérielles ne sont rien... Tout va s'effondrer pour de bon si ça continue comme ça... Et nous ne sommes pas assez nombreux pour arrêter cette spirale infernale. Hélas ! <br /> Oui je soutiens les indigènes d'Amazonie !!!
Répondre
J
Bonne réaction de l'Allemagne et de la Norvège.
Répondre