Balade vosgienne (3)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Toujours au Trois Fours… Mon complice Michel me l’avait dit et redit : « Si tout va bien, là-haut, nous devrions voir du chamois… » ! J’en étais tout fébrile et espérais intensément cette rencontre…

Le chalet-refuge des Trois Fours au petit matin… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le chalet-refuge des Trois Fours au petit matin… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Et, de fait, sitôt que le jour s’est mis à décliner, les premières petites cornes sont apparues au loin comme par magie ! Séquence émotion pour moi avec juste une pointe de regret : la lumière, déjà, était bien trop faible pour une séance photo telle que je l’espérais…

Le chamois est de retour dans le massif des Vosges depuis 1956. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Le chamois est de retour dans le massif des Vosges depuis 1956. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le chamois est de retour dans le massif des Vosges depuis 1956. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Réveillé, comme d’habitude, à l’aube, j’ai bénéficié de quelques minutes féériques avec l’apparition du soleil… Hélas, le ciel s’est très rapidement chargé de gros nuages menaçants et, le temps de contourner le petit groupe de chamois qui s’égayaient sur les prés et les premières gouttes se sont mises à tomber… La séance photo était encore compromise mais, tant pis : on reviendra…

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Petite histoire des chamois vosgiens

Le chamois n'a pas toujours gambadé sur les crêtes vosgiennes. Si certaines traces évoquent sa présence à l'ère du quaternaire, l'animal avait depuis disparu du massif. Il y est réintroduit en 1956, à la faveur d'un cadeau diplomatique fait par l'Allemagne à la France. A la sortie de la Seconde Guerre mondiale en effet, quand l'Allemagne se retrouve sous administration des Alliés, la France récupère l'administration de la région englobant le massif de la Forêt-Noire. C'est pour remercier les forestiers français, pour la bonne gestion de ce massif, que les chasseurs allemands leur font don des bovidés.

Le lâcher des onze chamois se déroule dans la soirée du 8 au 9 janvier 1956. Capturés à l'aide de filets dans la journée sur les pentes du massif du Felberg, en Forêt-Noire, les animaux sont relâchés sur un terrain de chasse du Haut-Rhin. Quatre autres boucs seront introduits quelques années plus tard pour éviter la consanguinité au sein des troupeaux.

Afin de garantir son bon développement, l'espèce reste interdite de chasse jusqu'en 1975. Elle dispose par ailleurs d'un terrain où les prédateurs se font rares (pas de loup, pas de rapace, le lynx ne sera introduit que dans les années 80). Cette tranquillité permet à l'animal de voir rapidement sa population augmenter, jusqu'à essaimer dans les cinq départements jouxtant le Haut-Rhin…

Depuis son introduction, l'histoire s'est répétée, mais à l'envers. En 1973, plusieurs chamois ont à leur tour été prélevés dans le massif des Vosges pour être réintroduits dans le Cantal, où l'espèce était en voie de disparition… (Source : France3 Grand Est)

 

A suivre…

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
passionnant et oui, dommage pour le temps... <br /> Est-ce toi en rouge ?? Si oui, je ne te reconnais pas ??
Répondre
J
Eh non, Simone : les photos, c'est moi qui les prends ! En T-shirt rouge, c'est mon comparse et guide Michel, plusieurs fois cité par ailleurs ! Du coup, je vais rajouter une photo sur la dernière publication de cette série (Balade vosgienne 5) : peut-être me reconnaîtras-tu ? Tu me diras... Bises
F
Tout randonneur dans les Vosges espère cette rencontre qu'il faut toutefois mériter ! Le Hohneck est répété pour ses chamois qui, tantôt, se montrent, tantôt disparaissent complètement de la vue des promeneurs qui en ressentent une certaine frustration !
Répondre
K
Superbe rencontre... <br /> Merci pour ce bel article sur le Chamois vosgien
Répondre
J
Superbes tes photos !
Répondre
N
Belles photos d'une belle rencontre : merci de nous en faire amplement profiter ! Ces balades sont un réel bonheur...
Répondre
D
L'aventure continue pour nos deux enthousiastes randonneurs...Merci Jacky, en retour chaleureux, je vous envoie à Michèle et toi mes amicales pensées....je sais que le balisage des chemins qui nous a beaucoup servi avec la carte du club vosgien, tu y es pour quelque chose avec tes amis ! <br /> Hélas justement pas grand chose à raconter ce jour tant mieux pour les éventuels lecteurs car je suis toujours trop bavarde; j'ai pourtant une anecdote très drôle entre chèvres de la ferme des trois Fours, une de leurs jeunes employées d'été (des courageuses) et les chamois que j'ai aperçus au loin ...mais trop long . Je me contente d'apprécier ici les photos de Jean-Louis qui me permettent de les voir de près!... Ah mais si un soir d'octobre très froid, Christian étant resté à l'auberge devant un chocolat chaud, j'ai pris seule le chemin qui mène à une pente du Hohneck; personne d'autre, heure tardive, brume....je me suis trouvée quasi nez à nez avec 2 chamois ..qui ont détalé aussitôt...
Répondre
R
Rencontrer les chamois ou, tout au moins, pouvoir les voir même de pas trop près, j’en rêve aussi ! Le massif du Hohneck est célèbre pour la population de ce mammifère que, dans les Pyrénées, on appelle "Isard" et qui semble bien installé désormais dans les Vosges ! <br /> Joli reportage. <br /> Merci à vous.
Répondre
J
J'attends de lire les commentaires de Dominique la vosgienne. Je lui envoie mes amitiés.
Répondre
M
Merci pour cette belle balade !
Répondre
Z
Quelle belle rencontre! J'aurais été très émue aussi!
Répondre
J
Très belles images, je comprends ton émotion lors de la rencontre , ça fait rêver!
Répondre
L
Je comprends ta fébrilité, j'aurais été dans le même état je pense...<br /> Superbe rencontre que toute personnes aimant les animaux rêvent de faire !<br /> Merci du partage et belle journée
Répondre
J
Pas besoin d'aller loin pour de magnifiques découvertes.
Répondre
J
La pause au refuge des Trois Fours fut bienvenue : nous y avons rencontré un Colmarien et un Ecossais, un papy allemand randonnant avec son petit-fils, deux autres marcheurs venant d’Outre-Rhin (dont l’homonyme de Michel) et un jeune couple d’alsaciens de la région de Rosheim ! Ensemble, nous avons partagé le repas préparé par Emmanuelle la gardienne des lieux, dîner qui, en notre honneur, fut végétarien et que tout le monde apprécia beaucoup ! Puis, il y eu les chamois…
Répondre