Le jardin, une oasis de vie…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Selon diverses études menées durant ces dernières années, il apparaît que près de 80 % de la biomasse des insectes a disparue en quelques décennies à peine ! Principalement en cause : les activités humaines, véritables désastres pour l’avenir de l’humanité en général…

Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Depuis trente ans, les populations d’insectes accusent une diminution sensible mais, tout étant intimement lié, les mammifères, les criquets, les carabes, les araignées, les plantes et les oiseaux se font tous de plus en plus rares ! Selon Vincent Bretagnolle, directeur du CNRS : « les populations d’alouettes des champs et de perdrix grises sont en déclin spectaculaire : les premières ont diminué pratiquement de moitié et les secondes de 95 %... ».

Avec l’agriculture intensive et productiviste, contrairement au nombre d’exploitations qui diminuent irrémédiablement, les parcelles agraires, en revanche, ne cessent d’augmenter tandis que les surfaces exploitées présentent une homogénéité désolante ! Les prairies « naturelles » font, de plus en plus, place à des prairies dites « temporaires » et aux champs cultivés et, par conséquent, les haies, bosquets, bords de chemins, mares, zones humides… ne présentant pas le moindre intérêt pour cette agriculture-là, sont impitoyablement sacrifiés. Et puis, il y a l’urbanisation, le bétonnage incessant des espaces naturels… Evidemment, les insectes, les oiseaux, les micromammifères et, plus généralement, toute la vie qui trouvaient refuge en ces lieux, privés de leurs habitats, disparaissent… Si le processus est aisément compréhensible, il n’affole manifestement pas pour autant les intéressés qui continuent gaillardement et sans le moindre état d’âme semble-t-il, le carnage !

Si nous pouvons tous aisément observer les changements et surtout les effets dus à l’accélération de ce phénomène, on ne semble pas cependant vraiment en mesurer les conséquences à plus ou moins brève échéance : en dépit des rapports alarmants, les mesures qui pourtant s’imposent, tardent et, telle l’autruche qui met sa tête dans le sable, on préfère ignorer la réalité de crainte de devoir changer ses habitudes…

Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Quelles solutions

Toujours selon le chercheur Vincent Bretagnolle : « Les trois mécanismes [pesticides, herbicides et réduction des espaces semi-naturels], peuvent expliquer la grande diminution de la biomasse des insectes. La solution est donc d'être plus raisonnables sur l'utilisation des pesticides -et des herbicides-, mais aussi de mieux protéger les haies, les prairies, les bosquets, et les espaces où se reproduisent les animaux. » Mais, face à l’inaction de nos dirigeants et face au lobbying des vendeurs de l’industrie chimique et phytosanitaire, il semble illusoire que les choses changent rapidement : mieux vaut donc que nous prenions nous-même notre destin en main ! C’est également à cette conclusion qu’en sont venus les membres du Réseau Hortus, un groupement de passionnés particulièrement motivés et convaincus « qu’il est possible et même indispensable de réussir à protéger la nature dans son propre jardin, petit ou grand… ».

Mais, qu’est-ce qu’un « Hortus » ?

Littéralement, comme l’indique le vocable latin, il ne s’agit ni plus, ni moins d’un jardin : mais, en l’occurrence un jardin écologique pour la nature et les humains ! Un espace véritablement étonnant s’il est consacré aux insectes, indispensables alliés de l’agriculture et des jardiniers… ce que beaucoup d’entre eux semblent avoir totalement oublié !

Le Réseau « Hortus » tente donc d’inciter le plus grand nombre à rétablir ces équilibres en accueillant chez eux le plus grand nombre d’alliés ! Pour cela, il faut commencer par le commencement à savoir : modifier notre regard sur l’ensemble des bêtes, petites ou grandes, qui vivent -ou tentent de survivre- à nos côtés ! L’opération n’est pas aisée puisque des générations de jardiniers et d’agriculteurs ont été formées et formatées à lutter contre la nature plutôt qu’à l’accompagner et c’est là tout le problème… et la principale difficulté aussi !

S’ériger en exemple

Sébastien Heim est un de ces « Hortus » ! Ambassadeur du mouvement pour la France, il est également le concepteur et l’animateur enthousiaste de « Hortus Hymenoptera » : son jardin de 42 ares situé dans le nord de l’Alsace, est devenu, en quelques années seulement, un lieu de rencontres incontournables pour tous ceux que ce type de jardin intéressent et qui souhaitent éventuellement se lancer à leur tour dans de telles réalisations ! Sébastien en est convaincu : l’exemple est le meilleur moyen de faire passer efficacement des informations ! Son jardin-hortus qui porte le nom d’un ordre d’insectes comprenant les abeilles et les guêpes, a été conçu en trois zones [la zone tampon qui entoure le jardin et le protège de l'extérieur, la zone-hotspot maigre, une réserve de biodiversité et enfin, une zone de Production qui concentre la culture de légumes et de fruits] le tout, indemne de tout produit chimique, offrant de nombreux abris à la petite faune et des biotopes rêvés pour la flore sauvage…

 

Rocailles, verger, potager en permaculture, milieux aquatiques et friche…

 

Les aménagements de « Hortus Hymenoptera »sont nombreux et variés ! C’est que tout, ici, est pensé, élaboré, agencé pour créer un authentique coin de nature vivante et permettre d’accueillir au mieux les abeilles, les papillons, les insectes en général mais aussi l’avifaune, les batraciens, les petits mammifères… et ça marche avec, de surcroît, un minimum d’interventions humaines pour ce qui est du travail du sol et de l’entretien une fois bien sûr les différentes zones établies et les installations mises en place ! Non seulement, le résultat ne tarde pas à être visible pour ce qui est des nombreux insectes qui, rapidement, prennent possession des lieux s’y établissent et l’ensemble est très esthétique !

 

« Un jardin propre est impropre à la vie… » Sébastien Heim

 

A l’exemple de Sébastien Heim, changez votre regard sur le monde qui vous environne et devenez vous aussi, un acteur efficace et engagé pour la sauvegarde de notre biodiversité qui en a grand besoin ! Bannissez définitivement les produits phytosanitaires, les pesticides et autres engrais chimiques : la vie que vous pourrez alors observer récompensera largement vos divers efforts consentis !

Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Jardin expérimental « Hymenoptera ». Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sébastien HEIM Hymenoptera 24/07/2019 07:53

Il est excellent, cet article. Voilà qui fait plaisir, merci Jean-Louis!

Jean-Louis 24/07/2019 10:25

Merci Sébastien. Tu peux également jeter un œil sur "Hyménoptères et Cie" (publication du 21 juillet) qui est une suite au présent article !
Bonne continuation...

Simone 22/07/2019 16:28

Mme BORNE, chantre de l'écologie ????????? Je demande à voir mais pourquoi pas ? un petit miracle de temps en temps , pour la nature...

kimcat 20/07/2019 16:02

Bien d'accord !
Bon samedi

osswald pierre 20/07/2019 13:18

Toujours ce même défaitisme. Le pessimisme n'est plus de mise mes chers. Mme Borne va nous régler le problème en un tour de main. Vous avez vu Mme Borne, rien à voir avec le dandy mollasson amateur de langoustes. Les polistes, cétoines et autres abeilles maçonnes n'ont qu'à bien se tenir. D'ailleurs Mme Lambert de la FNSEA vient d'appeler ses troupes à prendre le maquis, c'est dire.

osswald pierre 21/07/2019 09:44

Pas d'inquiétudes J. Louis, nous avions avant une écologie marshmallow, avec Mme Borne elle sera disruptive et thatchérienne. Mme Borne a mis au pas les cheminots, elle saura faire de même avec les agriculteurs drogués aux pesticides, les camionneurs retords et les chasseurs revêches. Soyons optimistes.

Jean-Louis 20/07/2019 22:04

J'attends -j'avoue avec quelque appréhension- de voir ce que Mme Borne va bien pouvoir pondre... A chaque fois, on se dit que ça ne peut pas être pire que le précédent résident de l'Hôtel de Roquelaure et puis, miracle (ou catastrophe c'est comme vous voulez) c'est la surenchère !
Wait and see donc...

ddelsass 20/07/2019 13:16

si seulement je pouvais marcher. Cela me convient entièrement! Bisous Jean Louis.

Jean-Louis 20/07/2019 22:05

Oui, ce serait génial qu'il y ait un miracle du côté de tes jambes...

Zoé 20/07/2019 12:16

Complètement d'accord!
Adepte du jardin fouillis , des vivaces envahissantes et ayant banni tous les produits phytosanitaires, je fais ma petite part !

Jean-Louis 20/07/2019 21:58

Entre Colibris, on se comprend :) !

DOMINIQUE ARNAUD 20/07/2019 10:22

d'accord à 110%

Jean-Louis 20/07/2019 22:06

110%... qui dit mieux ;-)

Raymonde 20/07/2019 09:52

Merci pour cette belle découverte source d'inspiration ! En attendant de pouvoir inscrire mon jardin sur la carte Hortus, j'essaie d'organiser mon îlot de biodiversité au centre d'une petite cité de caractère...

Jean-Louis 20/07/2019 21:56

Bonsoir Raymonde,
N'hésitez pas à nous en dire plus sur votre "Hortus" selon votre envie : je relaierai avec plaisir si vous le souhaitez ! Merci de votre passage sur "Nature d'Ici et d'Ailleurs" !

Marina 20/07/2019 08:58

Belles photos et article très intéressant ! Merci...

Jean-Louis 20/07/2019 21:57

Merci à vous...

Jacky 20/07/2019 08:02

Le jardin doit être un aosis de vie. C'est évident. J'observe depuis quelques jours des guepes fouisseuses dans le mien. C'est passionnant.

Jean-Louis 21/07/2019 06:08

J'ajoute : l'infiniment petit certes mais pas que ! Tout ce qui nous entoure mérite bien sûr notre plus grande attention !

Jean-Louis 20/07/2019 21:58

L'infiniment petit est un monde fabuleux pour qui sait y regarder ! Bonnes observations à toi l'Ami...

Jean-Louis 20/07/2019 07:17

Face à l’inaction et à l’incurie de nos décideurs, face au désintérêt du plus grand nombre quant au devenir de notre biodiversité, nous n’avons d’autre alternative que d’agir ! A notre petit niveau pour commencer –ce que nous faisons depuis bien longtemps- en essayant de faire des émules autour de nous ! Semons quantité de petites graines : malgré la pression et la soif du "toujours plus" de l’agriculture conventionnelle, intensive et hyper productiviste et tout autant destructrice, il finira bien par rester quelque chose… ou pas ?

Jean-Louis 20/07/2019 22:08

Merci Claire : en effet, changer notre regard est un préalable indispensable ! Espérons que nous soyons de plus en plus nombreux mais, le temps presse désormais...

Claire 20/07/2019 07:20

Vous nous donnez envie de visiter cet Hortus : peut-être un premier pas pour certains vers un changement de mentalité et de pratique ! Il faut l’espérer…

Aurélie Quirin 20/07/2019 06:44

Eh oui, toutes ces espèces sont interdépendantes... Prenons soin chacun à notre échelle de ce qui nous entoure !

Jean-Louis 20/07/2019 22:06

Merci à toi chère Aurélie : je sais que tu fais "ta part" !