Les Faux de Verzy, les arbres mutants de la montagne de Reims

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La « Montagne de Reims » abrite une curiosité végétale réellement insolite et peu connue : certains arbres, endémiques au lieu, ont développé une étrange aptitude à croître de manière totalement incongrue ! Ce sont les Faux, des hêtres tortillards (Fagus sylvatica), dont les branches forment d’étranges coudes. Ces arbres remarquables forment de véritables igloos végétaux !

 

Un Fau de Verzy est un hêtre tortillard. Les arbres les plus anciens sont multi centenaires. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Un Fau de Verzy est un hêtre tortillard. Les arbres les plus anciens sont multi centenaires. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le mot «fau» désignait le hêtre en ancien français : il dérive du latin «fagus», le terme «hêtre» est d’origine germanique. Ils sont différents des hêtres communs par leur architecture. Les rameaux de hêtres forment des coudes et se soudent entre eux, c'est le phénomène d'anastomose. Un phénomène similaire peut être observé sur le chêne et le châtaignier mais à l'échelle de quelques individus seulement.

L’origine de ces arbres à l’aspect particulièrement exceptionnel reste encore une énigme pour les botanistes, qui, depuis de nombreuses années, tentent d’expliquer comment des végétaux de ce genre ont pu se développer. Plusieurs théories sont régulièrement évoquées comme la contamination du sol par une météorite en des temps très anciens, ce qui expliquerait que cette terre est actuellement ferrugineuse sur le territoire. Une autre théorie serait qu’un virus, pour l’heure inconnu, aurait contaminé les spécimens et ainsi provoqué leur mutation… Bref, le mystère demeure entier !

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

« La cause de l'étrange croissance des tortillards est un secret inexpliqué à ce jour. Pour la croissance, ont été rendus responsables la nature du sol, sa composition chimique, la présence de substances radioactives dans les eaux, le climat, des météores radiants, la forme et la position des bourgeons, des cavités souterraines avec courants d'air ou des rayonnements telluriques. Il y eut une présomption que les arbres à « balai de sorcière » pourraient engendrer encore des tortillards. En outre, le manque temporaire d'eau chez les jeunes plants a été considéré comme pouvant être pris en considération pour expliquer l'accroissement des malformations, mais toutes ces spéculations n'ont pas fait leurs preuves. »

Les Faux de Verzy, les arbres mutants de la montagne de Reims
Les Faux de Verzy, les arbres mutants de la montagne de ReimsLes Faux de Verzy, les arbres mutants de la montagne de Reims
Les Faux de Verzy, les arbres mutants de la montagne de ReimsLes Faux de Verzy, les arbres mutants de la montagne de Reims
Qui dit magie, dit également culte : Saint-Basle, évangélisateur de la Lorraine, y vécu en ermite. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Qui dit magie, dit également culte : Saint-Basle, évangélisateur de la Lorraine, y vécu en ermite. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Qui dit magie, dit également culte : Saint-Basle, évangélisateur de la Lorraine, y vécu en ermite. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Les hêtres tortillards sont l'objet de soins depuis des décennies. Le site de Verzy appartient à l'ONF et de ce fait il reçoit des centaines de milliers de visiteurs par an qui ont été une menace pour la survie de la variété. Le chemin forestier a été dévié pour diriger le flot des visiteurs vers quelques dizaines de spécimens entourés de barrières. La contrainte modérée apportée par le plan de protection est justifiée par le plaisir de transmettre ces beautés naturelles aux générations futures. Des panneaux explicatifs ont été posés et sensibilisent les promeneurs à l'importance de la sauvegarde d'un tel patrimoine naturel : la forêt domaniale de Verzy possède environ 800 spécimens de ces curieux arbres : certains portent d’ailleurs un nom tels « le Parapluie », « la Mariée », « la Tête de Bœuf », « la Demoiselle »…

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
ces arbres sont vraiment très beau !
Répondre
Z
Ah j'adore! On s'attend à ce que des elfes et des sorcières sortent des igloos. Les arbres qui communiquent entre eux se sont donné le mot pour se déguiser comme ça !
Répondre
K
Insolite et beau !!
Répondre
C
Intéressant et insolite en effet ! Belle découverte pour moi.
Répondre
P
C'est effectivement curieux, cette déformation, en une telle quantité, des arbres. Merci, Jean-Louis, de cette information. Bonne journée à vous deux.
Répondre
J
Content de te lire Philippe ! En espérant que tout va bien dans tes chères Alpes... Au plaisir !
D
étonnant et beau, je connaissais
Répondre
J
Après Jacky, toi aussi tu connaissais les "Faux de Verzy" : le phénomène est insolite, il est donc normal que le lieu attire !
C
Intéressant. Je dirais même, c'est tordant!
Répondre
J
...mais pas évident à peindre, n'est-ce pas ?
J
Encore une Information très intéressante sur un phénomène que j'avais constaté sans me l'expliquer. Et je ne connais pas cette forêt. Merci de l'info.
Répondre
J
Il est vrai que le phénomène pose question ! En même temps, le fait de n'avoir pas réponse à tout ajoute au côté mystérieux et permet d'entretenir de nombreuses légendes !
J
Superbe endroit que j'ai visité. A conseiller.
Répondre
J
En effet, je me souviens que tu nous en avais parlé ! Pour ce qui est de recommander le lieu, c'est désormais chose faite...
J
Une bizarrerie de la Nature tout à fait intéressante que nous avons eu beaucoup de plaisir à découvrir : le lieu est, de toute évidence, très prisé puisque nous y avons croisons nombre de promeneurs de la région...
Répondre