Nidification de Pies-grièches

Publié le par Jean-Louis Schmitt

J’ai la chance d’avoir encore, autour de chez moi, quelque couples de cet étonnant oiseau qu’est la Pie-grièche écorcheur ! Je vous l’ai déjà présenté (ici) et, chaque printemps, je guette fébrilement le retour de ces farouches visiteurs d’été…

Pies-grièches écorcheurs (Lanius collurio) à Rauwiller, le 21 avril 2019. Photos JLS (Cliquez pour agrandir)Pies-grièches écorcheurs (Lanius collurio) à Rauwiller, le 21 avril 2019. Photos JLS (Cliquez pour agrandir)

Pies-grièches écorcheurs (Lanius collurio) à Rauwiller, le 21 avril 2019. Photos JLS (Cliquez pour agrandir)

En dépit des nombreuses alertes quant à la disparition de notre biodiversité, il faut se rendre à l’évidence : les destructions des biotopes se poursuivent et, lorsqu’on fait le bilan d’une année sur l’autre, on s’aperçoit que, doucement mais sûrement, l’agriculture intensive continue son grignotage des espaces naturels ! Chaque année, se sont ainsi des kilomètres de haies et de bosquets qui sont définitivement rayés de nos paysages… et autant de possibilités de gîte et de couvert pour nombre de petits animaux !

La Pie-grièche écorcheur pâtit tout particulièrement de ces transmutations et, nombre d’observateurs notent dorénavant l’absence de ce passereau très sensible à ces modifications ! Claudie Stenger, talentueux photographe que je ne vous présente plus, m’a confié : « Depuis trois ans, je ne vois plus de Pies-grièches autour de mon village : auparavant, elle venait nicher à 200 mètres de la maison… Désormais, plus rien ! Il me faut aller en Alsace Bossue pour en voir… » ! Amer, il ajoute : « Qu’avons-nous fait –ou laissé faire- à notre belle nature ? Les arrachages de haies combinés aux épandages de pesticides, ont, en quelques décennies à peine, eu raison de nombreuses variétés de notre avifaune : ainsi, le Rossignol philomèle se fait de plus en plus rare, les Pies-grièches et autres Tariers ont disparu… C’est à pleurer de rage… ».

Il y a quelques années, en 2014, Claudie avait réalisé un petit montage photos-vidéo sur le couple qui nichait non loin de chez lui : je vous invite à découvrir cet authentique hymne à la vie qui est aussi, hélas, désormais un document d’archive…

Vidéo : 10 jours passés avec un couple de pie grièches écorcheurs et leurs jeunes (6 :31)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Merci Jean-Louis pour cette très belle vidéo...
C'est tellement triste... triste à pleurer
Répondre
Z
Très beau de pouvoir les admirer dans cette magnifique vidéo et terriblement triste d'apprendre qu'elles ne sont pas au rendez-vous. Que d'assassinats de beautés! Et que les vrais coupables ne soient pas pardonnés , ils savent très bien ce qu'ils font!
Je suis ravie de lire que mon Anjou t'offre de belles rencontres ailées .
Répondre
L
Superbe vidéo que je viens de partager !
Bien triste constat d'une faune qui disparait ...
Je suis écœurée de tout ce que l'on peut constater autour de nous.
Bonne fin de semaine et merci pour tous les superbes articles que tu nous proposes.
Répondre
J
Super!
Répondre
J
Magnifique !
Merci de nous montrer l'intimité de cet oiseau que nous sommes peu nombreux à connaître et de nous alerter quant aux dangers qui le menace.
Superbe blog à tous points de vue.
Répondre
D
Merci Jean -Louis et Claudie Stenger. Citadine je ne connaissais pas cet oiseau, la vidéo a permis à ma petite fille de 4 ans de reconnaître mâle et femelle puisqu'on les voit tour à tour et très souvent......elle a aussi été amusée par ces petits becs affamés et béants. Et moi j'admire les capacités de l'un et de l'autre à les repérer et les filmer.....tout en partageant leurs regrets quant à leur raréfaction.
Répondre
S
Merci Jean-Louis de mettre en valeur cet oiseau! ainsi que ma modeste vidéo que je regarde avec tristesse maintenant.Je reviens à l'instant du coin de Butten! et toujours pas de grièches écorcheurs à l'horizon. Cela ne veut pas dire qu'elles ne sont pas là.Par contre 2 coucous gris dans le secteur ainsi que de nombreux chants de rossignols! ouf!! la matinée se termine bien.a+
Répondre
J
En Anjou où nous sommes actuellement, je suis comblé par la gent ailée : il y beaucoup de ramiers, les grives musiciennes ouvrent le concert matinal dès 4h30 accompagnant le rossignol ! Nous avons également la chance de pouvoir observer des huppes fasciées, des rougegorges, grimpereaux, fauvettes à tête noire, grisette... J'ai également eu la chance de photographier mon premier bruant zizi et un Hypolaïs que je n'ai pas encore identifié ( ictérine ou polyglotte)... Bref, c'est un bonheur dès l'aube !
K
Wunderbare Fotos; Vielen Dank ! Karl
Répondre
D
oui triste bilan
Répondre
S
Très belles photos. Merci
Répondre
O
Magnifique document sur la nidification de ces oiseaux de plus en plus rares ! Merci pour cette belle page que je partage avec mes amis ornithologues amateurs comme moi ! Votre blog est une mine d’informations toutes très intéressantes.
Répondre
J
Grand merci à Claudie Stenger qui a la gentillesse de me laisser diffuser le présent magnifique montage : j’espère que vous en apprécierez également la beauté des images ! Les pies-grièches écorcheurs que j’ai encore la chance de voir autour de mon village (photos d’illustration) sont véritablement en sursis et tout cela principalement à cause de la destruction de son habitat : quelle tristesse ! Impossible pour autant de raisonner les agriculteurs qui en sont encore et toujours à raisonner en terme de "rendement" et pour qui les oiseaux -et tout le reste aussi d’ailleurs- n’ont aucune importance : bref, ces exploitants-là n’ont rien compris et je doute fort qu’ils comprennent un jour l’importance de la biodiversité…
Répondre
C
Voilà une publication bienvenue grâce à l’excellence des photos et prises de vue, qui contraste grandement avec celle d’hier (massacre des ânes africains…) bien que, dans les deux cas, ce soient les hommes qui s’avèrent en fin de compte les grands responsables ! Je rejoins votre point de vue sur l’impossibilité de pouvoir raisonner des gens dont les préoccupations sont aux antipodes d’avec les considérations écologiques ! Pour le coup, mon café a, ce matin encore, un goût très amer et les nuages sont encore très nombreux au-dessus de ma tête…