Le « glyphosate moins cancérogène que la charcuterie » : le rapport sénatorial qui fait hurler les écologistes

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un groupe de sénateurs affirme, dans un rapport, que le glyphosate «est moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge». Le député européen José Bové et le sénateur morbihannais Joël Labbé dénoncent un discours «qui ne tient pas la route», ainsi que «le fort lobby glyphosate».

Un rapport parlementaire polémique sur le glyphosate sera publié, jeudi, par un groupe de sénateurs. Photo : Pablo Aharonian/AFP

Le glyphosate est-il nocif pour la santé? Cet herbicide, principe actif du Roundup fabriqué par Monsanto (racheté à l’été 2018 par le groupe pharmaceutique et agrochimique allemand Bayer), fait régulièrement polémique. Certains scientifiques dénoncent sa très grande dangerosité pour la vie humaine. D’autres chercheurs estiment a contrario qu’il est «sans effets». Une controverse qui n’a pas fini de s’éteindre. Pour preuve, ce rapport d’information qu’un groupe de sénateurs s’apprête à rendre public jeudi prochain. Parmi ces parlementaires: Pierre Médevielle, élu UDI de Haute-Garonne, pharmacien de profession.

«Moins cancérogène que la charcuterie»

Selon lui, interrogé par le quotidien régional La Dépêche du midi, «aucune étude scientifique ne prouve formellement la cancérogénicité du glyphosate, ni en France, ni en Europe, ni dans le monde. Ce produit est d’ailleurs moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge qui ne sont pas interdites», affirme le sénateur.

Pierre Médevielle se trouve donc sur la même longueur d’onde que son collègue de la Manche, le sénateur LR Jean Bizet, qui s’est fortement énervé, jeudi soir sur France 2, à l’occasion d’un reportage consacré au fichage de 200 personnalités par Mosanto. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que le sénateur de la Manche faisait parler de lui et de ses «relations» avec Monsanto. En février 2008 déjà, Greenpeace lui avait remis un prix: le Monsanto d’or pour ses diverses déclarations et prises de position pro OGM.

«Révisionnisme environnemental»

Sollicité par La Dépêche du midi, le député européen José Bové dénonce ce rapport, qualifiant le travail des sénateurs concernés «de révisionnisme environnemental. Quand certaines personnes affirment que le glyphosate n’est pas dangereux, c’est comme celles qui prétendent que le réchauffement climatique est un fantasme. Ce discours ne tient pas la route.» Pour mémoire, la vente du glyphosate aux particuliers est interdite en France depuis le 1er janvier 2019. Le gouvernement a également promis que le produit serait interdit «dans ses principaux usages» dici à 2021 et «pour tous les usages» dici à cinq ans.

«Je réclame une commission denquête parlementaire»

Joël Labbé, sénateur écologiste du Morbihan, tombe des nues, ignorant totalement la publication imminente de ce rapport sénatorial. «Je nen ai eu aucun écho. Par hasard, il arrive juste après la révélation des personnes fichées par Monsanto. Cest grave. Cela montre combien le lobby glyphosate est encore très puissant au Parlement. Et nous savons pertinemment que des scientifiques roulent pour le lobby.»

Joël Labbé compte s’adresser rapidement au président du Sénat, Gérard Larcher, afin de lui demander la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur le fichage opéré par Monsanto. «Je souhaite également ne plus participer aux travaux du groupe de suivi sur la réforme de la politique agricole commune, présidé par le Normand Jean Bizet.»

Débat politique

Pour le député européen de gauche Eric Andrieu, candidat à sa réélection sur la liste de Raphaël Glucksmann, «le sénateur Médevielle sassoit sur un certain nombre d’études» prouvant la dangerosité du glyphosate «et sur santé des citoyens.» Invitée ce dimanche matin du Grand jury sur RTL, la tête de liste LREM aux européennes, Nathalie Loiseau, estime pour sa part «quun sénateur nest pas un scientifique».

 

Ouest-France/Yves-Marie ROBIN (12.05.2019)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
ete la charcuterie assaisonnée au glyphosate ?
Répondre
J
On y est mon cher Domi, on y est ! Dommage que les consommateurs préfèrent "les plaisirs de la bouche" et, lorsqu'ils se mettent à table, ne se soucient guère de l'impact de leur gourmandises sur leur propre santé ni sur l'environnement...
S
Si nous pensons rêver après cette lecture, il n'est pas certain que nous puissions nous réveiller dans un état indifférent !
Répondre
O
Nous avions été épatés par le délit d'entrave à le chasse il y a peu. Dans leur grande clairvoyance quelques sénateurs en remettent une couche avec l'innocuité du glyphosate. Je suis bien d'accord, halte à la confusion, place à la vraie science. Depuis la publication de la liste des 200 personnalités classées en fonction de leurs positions pro ou anti pesticides c'est l'hystérie. Il faut faire confiance aux sénateurs qui dans la foulée feront des propositions pour soutenir l'industrie charcutière et d'augmentation du budget de la sécurité sociale pour soigner nos futurs cancers.
Répondre
J
Monsanto utilise depuis très longtemps la stratégie des « portes tournantes » consistant à faire nommer à des postes clefs des gens à eux, individus qui montent en grade rapidement dans les ministères et /ou politiquement pour faciliter le plus possible cette entreprise en signant des décrets, en influençant les décideurs lorsque ce ne sont pas eux mêmes qui sont pro « chimie agricole ». Quelques années après ,ces personnes retournent à l’entreprise pour ne pas être « grillés « .<br /> Ce qui m’inquiète le plus avec le glyphosate, c’est qu’on le met probablement exprès sur la sellette tout en retardant son interdiction pour nous intoxiquer avec d’autres molécules n’attirant pas l’attention, c’est très possiblement l’arbre qui cache la forêt.
Répondre
O
Vous n'avez pas tort, pour l'instant on nous amuse. Tout le monde se focalise sur le glyphosate, alors que l'agrochimie a certainement beaucoup de belles molécules nouvelles dans ses cartons en attente d'autorisation de mise sur le marché. Les agriculteurs n'attendent que ça. Et les substances interdites depuis longtemps polluent toujours l'eau et les sols.
Z
Et bien faisons d'une pierre deux coups: plus de charcuterie, plus de viande rouge !
Répondre
G
Pourquoi se priver, il vaut mieux devenir végétarien ou végan et fermer les boucheries, charcuteries et traiteurs.<br /> Je ne m’imaginai pas les Sénateurs et Députés en scientifiques. Ce sont donc de véritables « « savants » à la solde des lobby.<br /> Pourquoi certaines études ont-elles été clauses. Les scientifiques qui les ont réalisées ont vu les subventions destinées à l’étude coupées, ils ont été menacés.
Répondre
J
Formidable : comme je le disais ce matin (voir publication précédente), avec de tels "experts" (les sénateurs) le glyphosate et assimilé ont encore un bel avenir et tant pis pour le vivant que l'on continue à anéantir... Il n'y a même pas une semaine, on évoquait -des trémolos dans la voix- le triste sort de la biodiversité : voilà qui semble déjà loin...
Répondre
S
Pas besoin être un scientifique pour savoir que le glyphosate et cancérigène.Du reste les animaux de boucherie avec la viande desquels on fabrique la charcuterie sont aussi nourris avec des tourteaux de soja et du maïs au glyphosate, auxquels se rajoutent les antibiotiques et la souffrance qu'on leur inflige durant toute leur vie et à leur mort.<br /> Le mieux serait donc de s'abstenir de tout cela. Lorsque plus personne n'achètera , plus personne ne produira. Sylvia Hecker
Répondre