Fragile Courlis

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Il y a quelques semaines, je laissais Emilie Hartweg, assistance technique de terrain à la LPO Alsace, vous présenter cet étonnant oiseau à long bec dont nous sommes nombreux, en Alsace, à attendre chaque printemps, le retour (voir ici) ! Les populations sont en net déclin, cela ne surprendra personne puisqu’il en est ainsi pour la biodiversité en général… Le constat n’en est toutefois pas moins amer !

Courlis cendré (Numenius arquata). Photo : © Gérard Lacoumette (Cliquez pour agrandir)

Courlis cendré (Numenius arquata). Photo : © Gérard Lacoumette (Cliquez pour agrandir)

Avec le Courlis, oiseau emblématique de nos rieds alsaciens, c’est tout un pan de notre culture qui, doucement mais sûrement semble-t-il, se meurt : la maïsiculture, l’intensification des pratiques agricoles dans les prairies et les pratiques de loisirs trop invasives auront finalement eu raison de cet étonnant limicole –le plus grand d’Europe- qui, il faut se rendre à l’évidence, a bien du mal à maintenir une population viable dans notre région !

Victime au premier chef de la perte de son habitat

Si l’on ne peut naturellement pas ignorer que la fréquentation humaine des zones de reproduction constitue un risque accru d’abandon ou de destruction de nichées, il est non moins évident que l’agriculture, avec le morcellement des prairies voire leur disparition au profit de cultures céréalières, est la principale responsable de la disparition des rieds et, par voie de conséquence, de l’habitat des courlis cendrés !

Malgré de nombreuses campagnes de sensibilisation, rien ne semble en effet pouvoir inverser désormais la tendance et l’avenir de cet oiseau est, de fait, de plus en plus préoccupant dans notre belle mais si fragile plaine d’Alsace…

Photos : © Gérard Lacoumette (Cliquez pour agrandir)
Photos : © Gérard Lacoumette (Cliquez pour agrandir)Photos : © Gérard Lacoumette (Cliquez pour agrandir)Photos : © Gérard Lacoumette (Cliquez pour agrandir)

Photos : © Gérard Lacoumette (Cliquez pour agrandir)

Afin de ne pas rester sur une note trop alarmiste, je vous propose une petite vidéo de Christophe Klein qui, dans " Le printemps du courlis" (voir ci-dessous), sans nier les menaces bien réelles qui pèsent sur l’ensemble de la faune et de la flore des rieds, se veut néanmoins considérablement plus optimiste que je ne le suis ! Je ne demande pas mieux que d’y croire aussi…

Vidéo : Le printemps du courlis (10 :55)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Belle découverte d'un magnifique oiseau ! les photos sont remarquables.
Répondre
C
Ce sont là encore de très belles images d'un oiseau que j'ai découvert ici même avec la précédente publication qui lui était consacrée ! Je suis attristée de savoir qu'il y en a de moins en moins et en colère parce que cela n'a pas l'air de déranger grand-monde...
Répondre
Z
Superbes photos! Que cet oiseau est beau!
Espérons que l'on saura protéger ceux qui restent et faire remonter les effectifs des populations populations mais je suis comme toi pessimiste , car franchement je ne sens aucune volonté de préserver à tout prix le vivant! .
Répondre
S
Super ! J'aime beaucoup cet oiseau, ici superbement présenté ! Une publication que je vais m'empresser de partager avec mes amis !
Beau travail.
Répondre
C
Un constat assez sombre pour ce magnifique volatile du Ried dont le Dr Pierre Schmitt disait fort justement : "S'Rieth esch s'Harz vom Elsass, lon's net volls verbluede" (Le Ried est le cœur de l'Alsace, ne le laissez pas perdre tout son sang) ! A croire qu’il n’a pas été entendu…
Répondre
J
Merci Camille d'évoquer ici la mémoire du Dr Schmitt qui fut un des pionniers en matière de sensibilisation et de défense de nos rieds. D’autres ont heureusement repris le flambeau et ne ménagent pas leur peine : je ne citerais que François Steimer, grand défenseur des rieds et des Courlis et qui est également un contributeur régulier de ce blog… pour notre plus grand plaisir !
K
Encore un bel oiseau en danger !
Bonne soirée
Répondre
J
J'enrage de savoir que, durant des décennies, des naturalistes se sont battus -et se battent toujours- pour sauver l'oiseau en question et son milieu de vie et, malgré tout, les biotopes continuent à être saccagés...
R
La première photo est sublime
Bonne journée
Répondre
J
La première est sublime mais les autres ne le sont pas moins... Enfin, c'est un avis personnel !
B
Bel article superbement illustré.
Bravo pour votre blog et l'énergie que vous y mettez !
Répondre
J
Merci, vos encouragements me sont précieux !
M
Belle présentation d'un non moins bel oiseau... Comme c'est le cas de bien d'autres, ses populations sont malheureusement gravement menacées par les activités humaines ! C'est d'autant plus rageant car rien ne semble vraiment bouger : ne prendrait-on pas la menace de l'effondrement en cours au sérieux ?
Répondre
J
Il y a les discours d'un côté et les actes de l'autre ! Les deux ne sont pas forcément en phase mais, là, je ne vous apprends rien !
J
Superbe vidéo. Les explications du président de la LPO sont claires. Un nom d'oiseaux avec cendré me fait toujours penser à la galinette cendrée des inconnus....
Répondre
J
Ah, la galinette cendrée des Inconus ! C’est un poème… Concernant le Courlis cendré, s’il n’est pas chassable sur les lieux de reproduction, il l’est en revanche sur les voies de migration et sur les lieux d’hivernage ! Quand on sait que l’espèce est durement menacée, on a du mal à comprendre cette logique… Mais, y-a-t ’il une logique quand parle de « chasse » ?
J
Merci à Gérard Lacoumette, auteur de plusieurs ouvrages de référence sur l’Alsace et, tout particulièrement sur ces zones menacées que sont les rieds, qui a, spontanément, mis quelques-unes de ses magnifiques photos à ma disposition pour illustrer la présente publication !
Répondre
D
il me semble que c'est aussi un oiseau littoral
tu m'apprends le mot ried qui mériterait peut être un article si ce n'est déjà fait ...
Répondre
J
Tu as doublement raison Domi : le courlis n’est qu’un visiteur d’été –fort rare désormais- chez nous, en Alsace ! On peut en revanche l’observer dans les marais, vasières littorales et sur les côtes et estuaires de l’Atlantique et, entre autres, de la Manche… Enfin, c’est une excellente idée : je vous présenterai prochainement un de nos rieds !