Chante Rossignol, chante…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Il m’accompagne régulièrement lors de mes errances matinales et pour cause : nous éprouvons visiblement le même attrait pour les bois et bosquets à sous-bois denses et touffus où la vie foisonne… pour notre plus grand bonheur à tous les deux !

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos). Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos). Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Quand je dis qu’il m’accompagne c’est en fait son merveilleux chant -qui comporte entre 120 et 260 séquences différentes- qui me suit car, pour voir le virtuose c’est une toute autre affaire ! Déjà que sa livrée brune est relativement terne, sachant par ailleurs que ses milieux de prédilection sont les terrains très arborés et touffus et que, de surcroît l’oiseau est d’une rare timidité, et vous comprendrez que pour avoir quelques chances de l’observer, il vaut mieux –comme Claudie Stenger, le photographe qui a aimablement mis ses photos à notre disposition- faire preuve de (beaucoup de) patience et avoir préalablement installé une cache discrète en un lieu que vous savez fréquenté par l’admirable chanteur !

Chant du Rossignol

Hormis du côté vocal où, véritablement, il excelle, l’oiseau est donc assez réservé et se laisse difficilement approcher ! Claudie Stenger raconte : « Ma première rencontre a eu lieu en 2008, à Goetzenbruck. Je commençais la photo animalière et j'étais littéralement ‘’scotché’’ en lisière de forêt par un chant que je n'oublierai jamais. Rempli de doute, j'ai fait une mauvaise photo, toutefois assez bonne pour pouvoir identifier formellement l’oiseau dans mes guides. ». Il s’agissait bien du mythique Rossignol philomèle dont notre photographe croisait alors la route pour la première fois ! Intarissable, il ajoute : « C'était le dernier rossignol que j'ai vu dans mon beau village. Ce n'est que 8 ans plus tard que je l'ai retrouvé, en Alsace Bossue cette fois. Le rossignol chante ou trille haut perché ou caché. Le mâle chante jour et nuit pour attirer les femelles dès qu’il arrive d’Afrique. Quand il a trouvé sa belle, il s’arrête de chanter la nuit. Le rossignol habite dans les bois, les haies... La femelle construit son nid en mai ou juin. Elle le cache à terre ou très près du sol, à 50cm de haut, dans de la végétation dense : il est fait de feuilles, de fibres, de racines… Elle y pond 4-6 œufs vert-olive-brun qu’elle couve pendant 13 ou 14 jours. Le mâle, de son côté, outre de chanter à tue-tête, s’occupe du ravitaillement composé essentiellement d’insectes tels des carabes ou des fourmis… ».

Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)
Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)
Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Pas de doute : depuis qu’il l’a retrouvé, notre photographe a passé beaucoup de son temps à observer le discret passereau mélomane ! Il note ainsi volontiers ses quelques traits caractéristiques –telle sa longue queue rousse visible surtout à l’envol- et ses habitudes comportementales comme sa manière de fureter sur les branches et d’inspecter les feuilles à la recherche du moindre insecte ou encore de se nourrir au sol, le corps légèrement tendu vers le haut sur ses pattes qu’il a longues, et sautillant avec la queue dressée…

Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Photo : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Des scènes au demeurant très ‘’ordinaires’’ mais, pourtant toujours magnifiques au regard de l’observateur attentif et sensible aux choses de la Nature… d’autant plus que celles-ci se font de plus en plus rares ! « Profitons encore un peu de cette merveille avant que les pesticides n’aient tués les derniers insectes… » : Claudie Stenger est tout aussi amer que je ne le suis quant à la marche insensée de notre pauvre Monde : certes, dans les milieux ‘’autorisés’’ comme on dit, on parle quotidiennement de ‘’biodiversité’’ tandis que les beaux discours tardent à se muer en de véritables actions concrètes !

Peut-être pour quelques temps encore, nous avons l’immense chance d’accueillir le charmant Rossignol et d’autres visiteurs d’été : « Grand migrateur, il repart en septembre ou octobre en voyageant de nuit. Il passe l'hiver en Afrique tropicale au sud du Sahara, traversant la Méditerranée à Gibraltar, par le détroit de Messine, mais aussi en franchissant des étendues comme celles qui séparent la Crète ou Chypre de l'Égypte… » mais, en attendant, Claudie Stenger savoure l’instant présent et le Rossignol y tient une bonne et belle place !

Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)
Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

Photos : © Claudie Stenger (Cliquez pour agrandir)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Voilà le fin mot: celui que Jean-Louis entend c'est celui qu'évoque Claudie Stenger : arrivé en Alsace Bossue....lol
Répondre
S
Merci Jean-Louis pour ce bel article sur un oiseau hors du commun qui nous fait l'honneur de revenir tous les ans pour notre plus grand plaisir. On devrait lui dérouler le tapis rouge!! Un mélomane qui sort vraiment de l'ordinaire et tellement discret!sauf quand il ouvre le bec pour nous sortir son chant qui est un merveilleux concerto de phrases cristallines qui se terminent en crescendo.On ne s'en lasse pas. Merci à lui.
Répondre
C
Un pur et grand moment de bonheur avec ce billet, ces photos, ce chant... Merci pour le partage de vos savoirs et talents !
Répondre
J
Merci à vous Claire et à tous les lecteurs et fidèles de ces pages : vous êtes en moyenne 700 par jour à suivre Nature d'Ici et d'Ailleurs !
Z
Merveilleux article qui me remplit de bonheur . Merci!
Répondre
J
Merci Zoé ! Voilà qui me comble et me donne l'énergie de continuer !
D'autres "belles et heureuses rencontres" sont au programme...
Alors, à bientôt !
K
Des photos superbes !
Quel beau chant du rossignol !
Bonne soirée
Répondre
J
On savoure, on déguste... En attendant d'autres belles découvertes !
C
Un très beau chant. J'aime beaucoup la photo où il est le bec grand ouvert. Bisous et bon apres midi
Répondre
J
Merci Chantal : les photos sont en effet impressionnantes !
A
Merci pour ce beau chant du rossignol, cela fait très longtemps que je ne l'ai plus entendu.
Me rappelle une chanson de mon enfance, en allemand: schöne Nachtigall, sing mir noch einmal dein Lied ...".
Par contre, l'autre matin, un couple de geai des chênes est venu batifoler dans notre tilleul, ici à Schiltigheim.
Répondre
J
Merci pour votre commentaire Astrid et ce petit instant de nostalgie ! Si vous n'avez pas la chance d'avoir du rossignol près de chez vous, au moins vous appréciez la présence d'autres volatiles et, les geais ne manquent pas d'intérêt non plus !
C
Moralité de l'histoire: pour trouver le bonheur, levez-vous de bonne heure!
Entendre ce rossignol, si adorable le bec ouvert, est un petit bonheur pour l'oiseau de nuit que je suis!
Merci à vous trois;( Jean-Louis, Claudie et le rossignol).
Répondre
J
Heureusement, le rossignol ne rechigne pas à la tâche et, lorsqu'il est présent, il chante nuit et jour donc même les noctambules ont une chance d'en profiter...
J
Magnifique ! Qualificatif pour l’ensemble de ce sujet sur un petit animal enchanteur que j’ai la chance d’entendre l’été et dont le chant, comme celui de beaucoup d’oiseaux d’ailleurs, permet de savourer comme JLS le dit très bien, l’instant présent!
Répondre
J
A savourer pour ceux qui ont (encore) la chance d'avoir la visite du rossignol qui, comme bien d'autres, peine désormais à trouver des lieux accueillants !
D
belles photos, déjà entendu sa joli voix !
Répondre
J
Un bonheur chaque fois renouvelé lorsque le virtuose en question se fait entendre en ce qui me concerne : tout cela est, hélas, bien éphémère et, déjà, les chants se font plus discrets...
L
Les photos sont magnifiques, merci de nous en faire profiter.
Répondre
J
C'est un plaisir mon cher Luc : plaisir du partage et belle récompense en retour...
A
Très belles photos, et un chant dont on ne lasse pas... ça me fait penser au très sage et très joli Conte d’Andersen, le rossignol et l’empereur...
Belle journée, mes rossignols !
Bises !
Répondre
J
Merci à toi, joli petit oiseau que nous aimons tant : à bientôt !
J
Si j'aime énormément les photos de Claudie Stenger qui sont d'une qualité remarquable, j'aime tout autant ses petites "confidences" sur ses observations : pour tout cela, je l'en remercie une fois encore très chaleureusement !
Répondre