Les Secrets des Fleurs Sauvages

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Voici un extrait d'un épisode de la série « Les secrets des fleurs sauvages », où un herboriste nous dévoile son merveilleux jardin "sauvage" et les plantes et fleurs qui s'y trouvent…

Images extraites du documentaire « Les secrets des fleurs sauvages ». (Cliquez pour agrandir)
Images extraites du documentaire « Les secrets des fleurs sauvages ». (Cliquez pour agrandir)Images extraites du documentaire « Les secrets des fleurs sauvages ». (Cliquez pour agrandir)Images extraites du documentaire « Les secrets des fleurs sauvages ». (Cliquez pour agrandir)

Images extraites du documentaire « Les secrets des fleurs sauvages ». (Cliquez pour agrandir)

Thierry Thévenin, paysan-herboriste, en excellent vulgarisateur, nous présente son jardin aves ses quelques 400 ou 500 variétés de plantes. Petit, il voulait être vétérinaire : « Je voulais déjà soigner sans doute… ». Les prémices d'une vocation qui prendra d'abord racine dans les Combrailles, là où ce Berrichon venait passer les vacances scolaires dans la ferme de ses grands-parents au Montel-de-Gelat. « J'ai connu les Combrailles enfant, explique Thierry Thévenin. Et ça m'a beaucoup marqué. Je pense que c'est là que j'ai vraiment pris contact avec la nature et les plantes. »

 

La Creuse, il y reviendra à la fin des années quatre-vingt. Toujours dans les Combrailles, à deux pas du Puy-de-Dôme : c'est dans le petit village de Mercin, sur la commune de Mérinchal, que Thierry pose ses valises. « Je suis arrivé là sans trop savoir ce que j'allais faire mais avec l'idée de vivre avec la nature. » Et bien d'abord avec les plantes…

 

Tisanes, sirops, produits cosmétiques : Thierry Thévenin a commencé à faire les marchés où le client se montrait plutôt rare. « Aujourd'hui, dans ma clientèle, il y en a qui ne m'auraient jamais acheté le moindre truc à l'époque. » Des tisanes, sirops, cosmétiques faits pour un tiers de plants cultivés et deux tiers de cueillette. Dans son jardin aujourd'hui, il a entre 400 et 500 espèces. « Mais elles ne sont pas toutes dédiées à la vente. Dans ma gamme, j'en utilise seulement 80. » Qui, après avoir été cueillies, sèchent patiemment dans la grange avant d'être emballées. Thés du soir, thés du matin, tisanes : chacun a ses vertus… sur lesquelles Thierry ne peut dire mots alors que les gens qui les achètent le font pour ça. « Je peux vendre des tisanes, tous mes clients savent que ces plantes sont des produits de santé mais je n'ai pas le droit légalement de communiquer, de dire que telle plante est bonne pour telle affection. »

Vidéo : Les Secrets des Fleurs Sauvages : L'herboriste (6 :58)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Vraiment belle personne!
Répondre
J
Un joli reportage sur un herboriste véritablement attachant : voilà qui me semble davantage positif que l'exploitation effrénée des narcisses présentée dans une publication antérieure !
Répondre
J
Superbe jardin et chouette personnage.
Répondre
D
un vrai jardin botanique
Répondre