Une deuxième nappe de pollution près du littoral atlantique après le naufrage du « Grande-America »

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Selon François de Rugy, des nappes de pétrole « pourraient toucher le littoral dimanche ou lundi ». La Charente-Maritime et la Gironde sont en « préalerte ».

Le navire italien « Grande-America » a sombré mardi 12 mars, après qu’un incendie s’est déclaré à bord. Photo : Loïc BERNARDIN / AFP

Deux jours après le naufrage du navire italien Grande-America, une deuxième nappe de pollution a été constatée aux larges des côtes françaises, a annoncé jeudi 14 mars le ministre de la transition écologique, François de Rugy, lors d’une conférence de presse à Brest.

La première nappe, d’aspect compact, mesure 13 km de long par 7 km de large, tandis que la seconde, d’aspect disloqué, mesure 9 km de long par 7 km de large, a précisé le porte-parole de la préfecture maritime de l’Atlantique, Riaz Akhoune, ajoutant que les deux nappes sont distantes d’environ 20 km l’une de l’autre. Un navire antipollution est déjà sur zone et d’autres devraient être déployés. Si les conditions météorologiques le permettent – la mer est très agitée –, les autorités tenteront de pomper la nappe en mer et d’installer des barrages flottants.

Le « Grande-America » a coulé à 333 km des côtes françaises. Le Monde

Avant son déplacement à Brest, M. de Rugy a toutefois averti ce matin que des nappes de pétrole « pourraient toucher le littoral français vers dimanche ou lundi ». Pour l’heure, les départements potentiellement concernés sont la Gironde et la Charente-Maritime, « mais nous verrons s’il faut étendre la zone de protection à terre ». Les deux départements ont placé leurs services en « préalerte », une phase qui « comprend la préparation et le prépositionnement des moyens antipollution nécessaires, et l’organisation des opérations de reconnaissance à venir », expliquent les préfectures.

Le bateau transportait 365 conteneurs

Le bateau, qui a pris feu dimanche soir et dont les 27 membres d’équipage ont été secourus, transportait 365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses, selon le préfet maritime de l’Atlantique, mais « on pense que la plupart ont brûlé », avait précisé, plus tôt, sur Franceinfo, le ministre. Cependant, « plusieurs containers sont passés par-dessus bord avant que le navire coule » puis d’autres se sont dispersés quand le bateau a coulé.

« Malheureusement, le très mauvais état de la mer, la faible visibilité n’ont pas permis pour l’instant d’identifier si ces containers avaient coulé ou si certains flottent entre deux eaux aux alentours de la zone où le “Grande-America” a coulé. »

Face à la situation, M. de Rugy a assuré que l’Etat fait tout pour « réduire l’impact » sur les côtes françaises de la pollution aux hydrocarbures provoquée par le naufrage du navire italien. « Des avions de reconnaissance ont décollé de Bretagne pour aller mesurer l’ampleur de cette nappe et voir si elle continue à être nourrie par les cuves du navire qui a coulé et est actuellement à 4 500 m de fond », a-t-il précisé sur BFM-TV.

Un robot sous-marin pourrait également être déployé pour voir si des fissures sur l’épave pourraient encore laisser échapper du fioul. La première nappe d’hydrocarbures découverte, de « plus de 10 km »repérée en mer ne correspond en effet pas aux 2 200 tonnes de fioul de propulsion que contenait le navire, a précisé le ministre. « Nous préférons anticiper un risque de pollution et déployer des moyens », a-t-il encore assuré.

Jadot critique le « laxisme » autour du transport maritime

L’association de défense de l’environnement Robin des bois a annoncé son intention de porter plainte « pour pollution et abandon de déchets ». Jeudi, Yannick Jadot, tête de liste d’Europe Ecologie-Les Verts pour les élections européennes, a critiqué sur France 2 le « laxisme autour du transport maritime » « L’organisme maritime international est trusté par tous les pavillons de complaisance qui essayent en permanence de lutter à la baisse contre toutes les règles à la fois sociales, de sécurité, d’environnement. C’est dans ce cadre-là qu’on n’arrive pas à taxer le fioul lourd. » L’écologiste a demandé une plus forte intervention de l’Europe sur le sujet :

« A partir du moment où un navire arrive sur un port européen, il faut absolument renforcer tous les contrôles (…). Dans les ports européens, pour ne pas se poser trop de problèmes, on n’exige rien, on préfère qu’un bateau soit à la mer plutôt que fixé à un port. »

M de Rugy a lui nié tout laxisme. « Nous avons une action qui est extrêmement déterminée pour la sécurité maritime », a-t-il répondu sur Public Sénat, citant la création de routes maritimes « surveillées de façon très stricte » et d’une Agence européenne pour la sécurité maritime. « A partir du moment où on vient (…) dans un grand port européen, il y a des contrôles », a-t-il assuré.

Le Monde (14.03.2019)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Et hop : un "fleuron" du transport maritime de plus... au fond de l'océan !
Répondre
O
C'est très bien que les associations portent plainte contre l'état, mais je crois que l'on peut s'arracher les cheveux et se rouler par terre, ça ne sert à rien. L'augmentation du trafic par porte- conteneurs géants est constante, dopée par la libéralisation des échanges, la spéculation et la finance. Et la politique maritime agressive de la Chine dans ce domaine est également inquiétante. La réduction du trafic, donc des naufrages potentiels et des pollutions n'est même pas envisageable. Pour les curieux voir www.marinetraffic.com, ça donne le tournis Seule solution, là comme ailleurs moins consommer. Maintenant pas de mauvais esprit, si M.de Rugy mène une action extrêmement déterminée, nous ne pouvons être que rassurés, nous connaissons la vigueur de ses engagements. L'armateur négligent et le capitaine sont quasiment déjà lourdement condamnés à de fortes amendes et à nettoyer les plages souillées avec des petites pelles. Tout va bien.
J
Si la pêche industrielle se charge de vider les mers et les océans, d’autres se chargent de combler ces vides : on compte en effet un naufrage tous les trois jours dans une quelconque mer du globe avec les marées noires qui s’en suivent et qui ne sont pas toujours visibles car elles surviennent en haute mer. Mais il y a aussi d’autres pollutions (comme ces containers tombés à l’eau…) qui entraînent l’extinction de milliers d’espèces aquatiques… De tout temps, la mer a été considérée comme la "poubelle de l’humanité" ! L’ennui, c’est que ça commence à se voir sérieusement !
F
Le naufrage du Grande America au large des côtes de françaises est une sombre répétition du passé. Pour France Nature Environnement, ce tragique évènement sonne une nouvelle alerte pour l'État français. Il est capital que la France ait plus d'audace environnementale dans ses ambitions de politique maritime. Elle rédige justement actuellement cette politique au travers de ses documents stratégiques de façades - et ceux-ci se montrent bien trop timorés. France Nature Environnement porte plainte pour faire la lumière sur les responsabilités.<br /> Un drame qui se répète, encore et encore. Il y a cinq mois seulement, les pollutions venaient de la collision de deux navires aux abords de la Corse. Mardi 12 mars, c'est le navire Italien Grande America a sombré à 333 km à l'ouest de la Rochelle. Une nappe de fioul lourd d'une dizaine de kilomètres pollue l'océan. Ce fioul devrait très bientôt venir souiller les côtes françaises, notamment en Charente-Maritime et en Gironde. À cette pollution s'ajoute de fortes incertitudes sur les 365 conteneurs que transportaient le navire et notamment les 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses. Les 2 200 tonnes de fioul dans les soutes du navire se révèlent elles aussi particulièrement menaçantes pour l'écosystème marin. Face à ce terrible évènement, France Nature Environnement et ses associations membres envisagent de porter plainte pour que la lumière soit faite sur les responsabilités mais surtout, nous réitérons notre appel à l'État : il doit se montrer plus audacieux dans sa politique environnementale.<br /> Une politique maritime… en forme de naufrage.<br /> Concernant sa politique maritime, la France rédige actuellement « ses documents stratégiques de façade ». Ces documents exigés par l'Europe doivent permettre d'établir les objectifs de préservation des mers de l'hexagone sur ses quatre façades maritimes. Comment la France protège-t-elle nos littoraux des échouages et catastrophes maritimes de navires et porte-conteneurs et de leurs pollutions associées ? Telle est l'une des questions auxquelles doit répondre l’Etat dans ces documents qui seront opposables devant les tribunaux.<br /> « 90 % des échanges mondiaux se font par la mer et les naufrages souillent nos littoraux régulièrement. Pourtant, dans la politique maritime que la France rédige actuellement, l'État se montre bien peu ambitieux pour protéger nos littoraux de tels drames. Il se montre complaisant avec ce type de pollution puisqu'il promeut le développement du transport maritime tandis que les moyens de protection et de surveillance de son espace maritime sont continuellement à la baisse. . » souligne Elodie Martinie-Cousty, responsable des questions maritimes de France Environnement.<br /> La France ne voit-elle pas les catastrophes écologiques qu'un tel manque d'ambition autorise ? Le naufrage du grande America comme celui du TK Bremen fin 2011 sont des signaux d'alarme. Nous devons mieux nous protéger de telles pollutions. »<br /> Les associations du mouvement France Nature Environnement sur le littoral sont sur le qui vive<br /> Sur le terrain, les associations du mouvement France Nature Environnement : Bretagne Nature Environnement, France Nature Environnement Pays de la Loire ou encore Nature Environnement 17 deviennent malheureusement habituées à ces naufrages. Ensemble, nous étudions les possibilités de déposer plainte et de faire la lumière sur les responsabilités. Nous restons également en alerte sur les types de pollutions issues des 45 containers de produits dangereux et la capacité des services de l’action de l’Etat en mer de les récupérer.
Répondre
J
Quelle est l'origine d'un tel incendie ? Que transportait ce navire ?
Répondre
J
Le Grande America transportait 2000 véhicules et "365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses" et 2 200 tonnes de fioul lourd dans ses soutes, qui servait de carburant pour la navigation. Un incendie d'origine encore inconnue s'est déclaré dimanche à bord, alors que le bateau se trouvait au large du Finistère. Le sinistre s'est déclenché sous les conteneurs, sur les ponts supérieurs du navire…
J
Encore une de nos magnifiques merdes au fond de l'océan... avec les diverses et destructrices pollutions qui vont avec !
Répondre
O
Naufrage c'est un joli mot. Notre civilisation est un naufrage. Sans être fan absolu d'Hergé, l'un de mes albums préférés c'est le secret de la Licorne et sa suite. Les chasseurs de trésors d'aujourd'hui trouvent sous l'eau des choses anodines ou parfois somptueuses qui témoignent des temps anciens. Nos descendants trouveront quelques pépites, mais plus vraisemblablement des quantités inimaginables de détritus et quand je dis détritus je reste poli. En ce sens notre civilisation est absolument unique et géniale. Les parents soucieux de l'avenir de leurs enfants les inscriront dès la rentrée en fac de lettres, option archéologie marine, il y aura du boulot. Il est possible que ces choses n'existent plus, on a bien supprimé plus ou moins le latin et le grec. Il nous reste un président qui a fait je crois ses humanités chez les jésuites. C'est mieux que rien, la France est un grand pays. Quant au bateau en question l'avenir proche nous apprendra certainement que c'est sans solutions, les vagues sont trop hautes, la mer trop profonde et les goélands ne font aucun effort.